FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

Les autorités américaines accusent la Russie d’avoir piraté les boîtes mails du Pentagone

Des enquêteurs pensent que l’attaque a été menée par les mêmes hackers qui avaient essayé de s’introduire dans les systèmes du Département de la Défense américain le mois dernier.
7.8.15
Le Secrétaire de la Défense, Ashton Carter (à gauche) et le Général Martin Dempsey (à droite), en charge du Comité des chefs d’état-major interarmées, lors d'une audience sénatoriale. (Photo by Jim Lo Scalzo/EPA)

La Russie aurait lancé une « cyberattaque sophistiquée » contre le système de messagerie utilisé par le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) américain, qui a été immédiatement fermé par le Pentagone après que l'attaque a été détectée. Cela fait 11 jours que le système est inactif d'après les autorités américaines et des enquêteurs.

La chaîne NBC rapporte que des cyberpirates russes seraient suspectés d'avoir lancé l'attaque à l'aide de comptes cryptés sur des réseaux, d'après les autorités. L'attaque sur des comptes de messagerie non classifiés aurait affecté 4 000 employés de l'état-major, militaires comme civils, et a été menée via un système automatisé capable de siphonner de grandes quantités d'information afin de les redistribuer à des milliers de comptes Internet.

Publicité

À lire : Le piratage d'une boîte d'espionnage informatique continue de révéler les secrets de ses gros clients, comme le Mexique

Les autorités ont indiqué à NBC que les pirates n'ont obtenu que des données non classifiées. Le Pentagone avait aussi immédiatement réagi en désactivant le système de messagerie utilisé par le JCS, dès que l'intrusion avait été découverte. Le système de messagerie devrait être remis en service en fin de semaine.

Des officiels américains ont déclaré que, vu la magnitude de l'attaque, cette dernière relevait « clairement du travail d'un acteur étatique ». Pour le moment, rien ne prouve que le Kremlin a approuvé cette attaque. Il pourrait aussi très bien s'agir de l'oeuvre d'individus agissant seuls.

Contacté par VICE News ce jeudi, le JCS n'a pas souhaité commenter l'affaire.

Des enquêteurs auraient confié au média en ligne The Daily Beast que l'attaque a été perpétrée il y a plus de 11 jours, débutant le 27 juillet dernier. Les autorités pensent qu'il s'agit des mêmes pirates qui ont tenté de s'introduire dans au moins 5 systèmes de messagerie du Département de la Défense le mois dernier, mais aussi ceux qui auraient mené des cyberattaques contre des réseaux de la Maison Blanche et du Département d'État américain l'année dernière.

Michael Adams, un expert en cyber-sécurité et ancien employé du Centre américain de commandement des opérations spéciales, indique au Daily Beast que les pirates employaient des méthodes de plus en plus sophistiquées pour forcer les employés à télécharger des virus qui peuvent ensuite dérober des données depuis leurs ordinateurs.

À lire : Des hackers essaient de faire chanter le site de rencontres pour époux infidèles Ashley Madison

Suivez VICE News sur Twitter : @VICENewsFr