Publicité
Music by VICE

Viet Cong a changé de nom et c'est la seule de nos Preoccupations

On est allés demander au groupe canadien pourquoi il avait accepté de changer de nom sous la pression d’une poignée d’illuminés.

par Albert Potiron
13 Septembre 2016, 4:03pm

Selon Wikipedia, Viet Cong « désigne péjorativement les forces armées communistes du Front national de libération du Sud Viêt Nam qui se battaient contre la République du Viêt Nam et les États-Unis pendant la guerre du Viêt Nam ». Mais ce que Wikipédia ne précise pas, c'est que Viet Cong, c'est aussi un groupe de post-punk canadien qui a signé l'an dernier un album assez impressionnant et extrêmement bien reçu par la critique. Un groupe qui revient aujourd'hui avec un nouvel album et surtout un nouveau nom particulièrement idiot : Preoccupations. N'ayant pas vraiment envie de s'intéresser à leur disque, on est allés demander à Viet Cong (parce que pour nous, ce sera toujours Viet Cong) pourquoi ils avaient accepté de changer de nom sous la pression d'une poignée d'illuminés.


Noisey : Ça va, Viet Cong ?
Matt Flegel : Ahahah, très drôle. On répond toujours quand un journaliste utilise ce nom mais on s'appelle Preoccupations maintenant, tu sais ? Et en même temps, un nom, c'est un peu comme la cigarette après une bonne gueule de bois : juste une habitude.

Preoccupations, ça sonne pas mal mais c'est moins bien que  Viet Cong pour un groupe de post-punk. C'était trop rebelle pour vous ?
Matt Flegel : Certains journalistes nous disent ça, en effet. Les deux fonctionnent, mais maintenant on est Preoccupations. Point barre.

Scott Munro : On avait une liste de noms possibles, et honnêtement, Preoccupations était le seul qui ne soit pas pris. C'est un choix par défaut.

Quels étaient les autres noms ?
Matt Flegel : On ne va pas te le dire parce que je sens que tu vas nous emmerder avec ça s'il y en a un que tu préfères dans la liste.

Scott Munro : C'est vrai. En plus je ne me souviens pas des autres noms.

Quand vous avez commencé, pourquoi aviez vous choisi Viet Cong ?
Matt Flegel : On ne s'est jamais vraiment pris la tête pour choisir un nom. Mais un jour, on a dû faire un concert et on n'avait pas encore de nom. Notre batteur avait trouvé Viet Cong. Et voilà, c'était fait. Simple. Aucune stratégie derrière ce choix.

À l'époque, saviez-vous ce qu'était un Viet Cong ?
Matt Flegel : On savait évidemment ce que c'était, mais je crois qu'on n'avait pas assez creusé sur internet pour cerner le sujet. Evidemment, on était au courant du Viêt Nam, etc. Mais on n'a pas mesuré à quel point cette question était encore sensible, ni à quel point ces gens avaient fait des choses horribles. Maintenant, on le sait.

Pourquoi avoir changé de nom ? Tu ne crois pas que les gens sont suffisamment intelligents pour faire la part des choses entre un groupe de rock qui s'appelle Viet Cong et l'action réelle des Viet Congs ?
Matt Flegel : Non. Les gens ne sont pas intelligents.

Pourquoi avoir changé de nom alors ? Vous leur donnez raison en cédant aux protestations. Vous avez reçu des menaces physiques ?
Matt Flegel : Je ne dirais pas ça, non, mais il y a eu une grosse vague de protestations à nos concerts.

Scott Munro : Personne n'a été violent. Les gens ont plutôt été sympathiques.

Matt Flegel : Sympathiques c'est pas le mot. Ces gens n'appréciaient vraiment pas qu'on utilise ce nom.

Ces manifestations étaient concentrées aux États-Unis. Quid du Viêt Nam ?
Scott Munro : On n' a jamais joué là-bas. Seulement à Singapour, et là-bas, tout le monde nous disait de garder le même nom, et de ne rien changer. En vérité, les protestations étaient vraiment concentrées aux Etats-Unis, particulièrement à Détroit.

À quel moment vous êtes vous dit « il faut absolument qu'on change de nom sinon ça va mal se finir » ?
Matt Flegel : Je crois qu'on savait depuis un moment que ce deuxième album serait enregistré sous un autre nom que Viet Cong. Dès l'enregistrement, on a eu des doutes. Et quand on a commencé à penser aux futurs concerts, on n'a plus hésité du tout. Il fallait changer de nom.

C'est quand même pas une stratégie commerciale ?
Matt Flegel : Non, bien sûr. Mais il fallait éteindre la polémique qui courait partout sur le net et qui nous associait aux actes commis par les Viet Cong. On ne pouvait pas recommencer à tourner dans un tel merdier.

Le monde virtuel aurait donc plus de poids que le monde réel ?
Oui, on en est pratiquement rendu là et c'est bien triste.

Changer de nom pour quelques manifestations, c'est quand même pas terrible.
Tu as raison. Mais on fait juste de la musique, on n'a pas d'idéaux, on ne fait pas de politique. On ne délivre aucun message particulier. C'est juste de la musique. Nous ne sommes pas en rébellion contre la société.

Vous pourriez peut-être changer de nom à chaque nouvel album ?
C'est pas si con. Ça redonnerait une fraîcheur au groupe à chaque fois et ça aurait tendance à égarer les fans, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Ça va être super pratique pour les disquaires. Où vont-ils  ranger vos disques maintenant, à la lettre P ou la lettre V ?
Franchement, je m'en fous. Et avec le concept de changer de nom à chaque album, l'idée pourrait être de sortir 26 albums. Sous 26 noms commençant tous par une lettre différente. Comme ça, on serait présents dans tous les rayons du magasin. Pas mal, non ?

Viet Cong collait parfaitement à votre musique abrasive. Preoccupations, par contre, ça n'a pas une consonance très forte, ni très intéressante d'ailleurs.

Viet Cong fonctionnait pour le premier album. Et Preoccupations fonctionne pour le second. On a aucun regret à ce sujet, et pour être clair, je me fous de comment on s'appelle. C'est notre musique, et elle sort de tes enceintes. C'est le seul truc qui compte.

Que se serait-il produit si nous n'aviez pas changé de nom ?
Je pense qu'il ne se serait pas passé grand-chose. On ferait la même chose, jouer de la musique, faire des concerts, mais on aurait probablement des gardes du corps pour les concerts.

Scott Munro : Les manifestations contre le groupe commençaient à être virulentes aux États-Unis pendant nos concerts. Et ça ne se calmait pas. À chaque tournée, il y avait de plus en plus de monde qui protestait. Ce ne pouvait pas durer, ça aurait pu mal se terminer.

Tu veux dire que ça aurait pu devenir dangereux pour vous ?
Matt Flegel : Peut-être pas dangereux, non. Mais inutilement compliqué et flippant.

Scott Munro : C'est pas forcément super agréable d'entendre des « fuck you, racists » à chaque morceau. Des gens sont aussi venus nous expliquer que toute leur famille avait été tuée par des Viet Congs. Quand tu les rencontres en face-à-face, pour de vrai et pas sur internet, tu réfléchis un peu plus. Avec les trolls un peu partout, on ne sait jamais vraiment ce que pensent les gens. Quand tu en rencontres en chair et en os, c'est différent. Les personnes expliquent ce qu'elles ressentent vraiment. Et c'étaient pas des hipsters, mais des grand-mères vietnamiennes. Alors t'as le droit d'être touché. Progressivement, on a commencé à parler entre membres du groupes, à évoquer la possibilité de changer le nom. Et on a finit par le faire, alors qu'on n'avait aucune pression de la part du label. On ne pouvait pas rester dans la polémique tout le temps.

Et la transgression, dans tout ça, elle existe encore ?
Matt Flegel : Peut-être, même si on vit dans un monde où elle est de moins en moins possible. C'est évident que le politiquement correct gagne du terrain un peu partout. C'est moins visible de ce côté-ci de l'Atlantique mais en Amérique du Nord, c'est vraiment un mouvement super important. Tout doit être pacifié, doux, et politiquement correct. Ça me paraît dingue, mais le monde tourne comme ça.

Tu viens d'emménager à Montréal. C'est plus serein comme ville ?
Matt Flegel : Oui, je crois. Mais là-bas aussi, il y a toujours un crétin pour me demander pourquoi on a changé de nom. Mais bordel, qui es-tu pour me dire si je dois ou pas changer le nom de mon groupe ?

Les groupes qui changent de nom comme ça, à cause d'une petite polémique, sont quand même peu nombreux. Alors ça interpelle.
On en connaît un, The Muslims. Ils avaient sorti un premier album vraiment cool, et pour des raisons évidentes, ils ont dû changer de nom. Et sont devenus The Soft Pack. Mais c'est le seul exemple que j'ai en tête. Des mecs cools qui veulent juste jouer de la musique. Comme nous.

Au final, c'est pas pénible de plus parler de ce nouveau nom que de ce nouvel album ?
Pas du tout. Ça fait partie du truc pour ce nouvel album. Et au moins, on sait qu'on aura quelque chose à dire pendant les interviews. De quoi va-t-on parler sinon ? De musique ?

Oui, vous avez raison, ce serait chiant. 


Viet Cong sort son nouvel album, Preoccupations, ce vendredi 16 septembre sur Jagjaguwar. 

La pochette du nouvel album de Viet Cong, corrigée avec leur vrai nom. Astuce : imprimez-là et collez-là par-dessus l'autre bien proprement.

À noter que Viet Cong sera également en concert le 19 novembre au Trabendo avec Girl Band.

Tant qu'on ne lui demandera pas de changer de nom, Albert Potiron sera sur Twitter.




Tagged:
Music
Noisey
Noisey Blog
Viet Cong
preoccupations
articles