FYI.

This story is over 5 years old.

Sept enfoirés du futur qui s'apprêtent à vous pourrir l'existence

Une typologie des chieurs de demain, de Nick Starr aux amateurs de drones.

Ceci n’est pas Nick Starr, via Flickr/CC. 

Vous avez peut-être déjà entendu parler de cet enfoiré de Nick Starr qui a récemment fait chier tout le monde à Seattle ? Cet ingénieur réseau a fait une scène de gros bébé dans un restaurant parce qu’il tenait à garder sa paire de Google Glass à 1 100 €. Plutôt que de les retirer à la demande du serveur, Starr a exigé qu’on lui montre une loi écrite interdisant le port de lunettes digitales. Il est parti et a posté un statut particulièrement embarrassant sur Facebook, dans lequel il demandait notamment le licenciement du serveur.

Publicité

Dans une interview accordée à Forbes, le propriétaire du restaurant, David Meinert, a soulevé le gros problème des porteurs de Google Glass : « C’est une chose de prendre une photo dans un restaurant. Si les gens ne veulent pas être dessus, ils ont juste à sortir du cadre, a-t-il déclaré au magazine. Avec les Google Glass, ça devient problématique. Nous voulons que nos clients se sentent à l’aise, sans avoir l’impression d’être épiés. »

La plupart des gens ne vivent pas dans une version nulle de la singularité. Ce n’est pas parce qu’ils sont à proximité de quelqu’un qu’ils souhaitent faire partie de leur réseau. Ils ne pensent pas nécessairement que porter une serviette futuriste sur la tête fera d’eux une personne plus cool ou plus intelligente ; ils aimeraient juste que leur journée se déroule normalement, sans sources inutiles d’anxiété.

Dans ma version de la réalité, Nick Starr n’aurait même pas le droit de me regarder avec ses vrais yeux d’humain. Je ne veux pas qu’il soit conscient de mon existence, et encore moins qu’il se souvienne de moi. Rien que cette pensée me donne des frissons d’angoisse. J’emmerde ce gros creep.

Il faut comprendre que les « Gogole Glass » ne sont qu’un début. Facebook, Amazon et Google s’acharnent à se faire une place matérielle dans nos vies, comme dans un putain de film des frères Quay.

J’ai réfléchi à toutes les nouvelles merveilles technologiques qui s’apprêtaient à débarquer et à leur influence sur nos vies, dressant ainsi une typologie des gros bébés du futur. Sans surprise, les résultats sont peu réjouissants.

Publicité

Le postconducteur

Dan Neff/Flickr

Vous voyez, la famille mignonne mais un peu chiante qui prend le petit train dans une ville touristique et s’extasie à chaque bâtiment qu’elle croise ? Imaginez la même chose, mais dans la petite capsule d’une voiture qui se conduit toute seule. Ça marche plutôt bien, en fait. Ce qui est triste, c’est qu’elles se feront encore plus critiquer que les gens qui se contentent d’imaginer qu’ils ont des voitures qui se conduisent toutes seules tout en jouant à Candy Crush dans le bus.

L’hypocondriaque

Ryan Hyde/Flickr

On connaît tous le phénomène d’hypochondrie qui sévit sur Internet. Ces gens sont accros aux sites de santé et aux simulateurs qui estiment la date de leur mort. Ils changent de docteur comme de chemise, achètent des tonnes de médicaments douteux à des pharmacies douteuses parce que quelqu’un le leur a suggéré sur un forum, ils collectionnent les diagnostics de médecins exaspérés et ils ne comprennent toujours pas pourquoi vous ne savez pas faire la différence entre le TSH et le T3.

Mais aujourd’hui, nous entrons dans une nouvelle ère en ce qui concerne les diagnostics médicaux. On risque de se retrouver avec des capteurs injectables qui nous tiendront au courant de ce qui se passe dans notre corps, des changements de notre composition chimique au séquençage ADN, en passant par notre pression artérielle. La plupart de ces informations ne devraient pas être interprétées par des patients qui n’y connaissent rien, mais ce sera forcément le cas.

Publicité

Les Vraies Filles

faungg/Flickr

Vous voyez les poupées dans lesquelles certains hommes aiment insérer leur pénis ? Imaginez ces poupées tracer dans des supermarchés ou aider leurs enfants à faire leurs devoirs. Les robots sont merveilleux. Ça risque d’être gênant pendant un moment, notamment quand on verra les robots destinés à un usage sexuel déambuler aux côtés des robots ménagers dans les rayons du Monoprix. Mais je préfère de loin me faire mater par une Vraie Fille que par Nick Starr.

La mauvaise copie

Certaines personnes étaient proches de l’orgasme quand elles ont appris qu’il serait bientôt possible de téléverser le contenu de leurs cerveaux sur un disque dur. Le problème, c’est qu’on ne sait toujours pas trop comment fonctionne le cerveau humain. Des neurologues ont avancé pas mal de théories, mais les études portant sur la neuroscience se contredisent en permanence.

Cependant, on peut presque affirmer avec certitude que le téléchargement de connaissances se fera un jour. Les premières personnes-ordinateurs risquent de comporter pas mal de bugs qui leur feront oublier le plot de Comte Zéro et devront redémarrer tout le temps, ou s’asseoir pendant six heures le temps d’un nettoyage antivirus (ce qui est la moindre des choses pour préserver son propre système nerveux).

Le cyborg merdique

chrisjtse/Flickr

C’est la catégorie de gens qui sont allés un peu trop loin dans l’idée de pouvoir altérer l’humanité elle-même grâce à des opérations chirurgicales faites par des étudiants en médecine et des tattoo artists. Regardez, j’ai une horloge greffée à l’oreille ! Je me suis fait tatouer un QR codesur la poitrine !

Publicité

Le fan de drones

star5112/Flickr

Ne lui demandez surtout pas à quoi ces drones lui servent, ni pourquoi il tient à stocker ses engins dans son putain de salon plutôt que de les reléguer dans sa cave. Un jour, il sera méga défoncé et il essaiera de se choper une pizza avec son drone. Après avoir essuyé plusieurs refus des employés de toutes les pizzerias de la ville, il finira par y arriver, mais des gosses lui voleront sa pizza en donnant quelques coups de pied au drone. Et même si ça finit par marcher, ça reste une idée de shithead.

Le gamer

Capture du film eXistenZ

Les vrais gamers. Ils sont plutôt inoffensifs, mais ils se plaignent souvent de la réalité. Ne leur demandez jamais de vous montrer leurs bioports infectés.

@everydayelk