FYI.

This story is over 5 years old.

La caverne de la brutalité : ces putains de machines qui ne fonctionnent pas

Une lettre de menace destinée à nos cousins les machines.
8.2.12

 Pourquoi est-ce que les machines ne fonctionnent-elles jamais ? Pourquoi autant de putains d’objets à la con sont toujours en panne ? Sérieux, QU’EST-CE QU’IL SE PASSE PUTAIN ? MARCHE, ESPÈCE DE MACHINE DE MERDE !!! MARCHE !

 Une vie entière à lutter contre des putains de machines qui ne marchent pas m’a permis d’apprendre à réagir lors de certaines situations.

 - En 1976, furieux d'avoir perdu 20 cents, j’ai balancé un kick de karaté dans le distributeur de chewing gum d’un centre commercial new-yorkais. (Je me suis immédiatement fait escorter dehors par la sécurité [ma mère]).

 - En 1993, humilié par une tondeuse électrique pourrie qui n’arrêtait pas de m’écorcher, j’ai fini par la fracasser dans un nuage de débris qui m'a rappelé les nombreux détecteurs de fumée que j’avais arraché des plafonds et les très nombreux réveils balancés contre le mur le plus proche (ces enfoirés ne voulaient pas la fermer). Même si, en soi, les détecteurs et les réveils faisaient simplement leur travail, ils entraient dans le cadre de mon principe de ne Pas Me Laisser Emmerder par les machines. Le fait de devoir passer la nuit avec une tête rasée aux deux tiers me semblait le prix à payer pour que justice soit faite.

- En 1998, énervé par la fonction shuffle qui refusait catégoriquement de respecter le principe de hasard total (j'avais noté l'ordre de passage à chaque fois), j'ai fini par frapper mon lecteur CDs de trois kilos en pleine poire.

- En 2002, un système d'alarme tonitruant pété m'a immédiatement mis dans un état de crise de panique. Épileptique, j'ai transformé le panneau de contrôle en mur ensanglanté et je me suis retrouvé avec des poings maculés de croûtes, ainsi qu'un système nerveux endommagé.

- En 2006, lassé par toutes les conneries que me faisait subir une imprimante laser vieille de plus de dix ans et peu conciliante, j'ai arraché l'engin de sa prise, me suis précipité dans le jardin et l'ai jeté en l'air dans un grand geste démonstratif. J'étais tellement hors de moi que je m'attendais à avoir la force de l'incroyable Hulk pour l'envoyer carrément au dessus du toit de la maison voisine. En réalité, elle a atterri sur le sol avec une lenteur pathétique et est restée là pendant des semaines, comme un genre d'avertissement pour les autres appareils de ma maison.

Même si chacun de ces incidents représente une prise de position solitaire contre les forces de l'inertie, de l'abandon et de la Terminatorisation du monde occidental, j'en garde de bons souvenirs. Je pense qu'on est tous d'accord pour dire que j'ai fait preuve de beaucoup de courage.

Le problème, aujourd'hui, c'est que les Gremlins qui pourrissent ma vie ont de moins en moins de présence physique et, par conséquent, je ne peux pas les avoir sous la main pour les détruire. Le code HTML de mon blog (récompensé à de nombreuses reprises par les « internautes ») s'est par exemple apparemment modifié tout seul, du coup, j'ai l'air d'un putain d'incapable. Parfois, les posts se réorganisent sans même que j'y touche. Je m'y connais juste assez en HTML pour savoir que ce n'est pas le genre de choses qui arrive « tout seul ». Vos tiroirs à chaussettes par exemple, ne peuvent pas se transformer en tiroir à couverts dans la nuit.

C'est en partie le prix du mode de vie hautement avancé de notre méga civilisation capitaliste. Blogspot, Gmail et Word appartiennent à des entreprises cotées en bourse et sujettes aux demandes incessantes des actionnaires. Le pire est inévitable et les entreprises privées ne sont pas non plus à l'abris des lois de la production de produits de plus en plus baisés. Le mois dernier, j'ai essayé d'obtenir des infos sur un petit tremblement de terre via le miracle des réseaux sociaux infiltrés, mais la nouvelle interface Twitter pour smart-phones ne m'a pas laissé y accéder avec mon téléphone. Que se serait-il passé si j'avais tenté d'alerter les gens qu'un tireur fou se cachait dans les fourrés ? Et, surtout, comment faire pour foutre un coup de boule à Twitter ?

Précédemment dans La caverne de la brutalité : les poils de chat

@sammcpheeters