FYI.

This story is over 5 years old.

Construire son pays flottant, pourquoi pas ?

Ces derniers temps, plusieurs membres du Tea Party et quelques autres conservateurs américains ont revendiqué les mêmes idées que les libertaires : les suppressions
5.12.11

ILLUSTRATION : THE ATLANTIS PROJECT

Ces derniers temps, plusieurs membres du Tea Party et quelques autres conservateurs américains ont revendiqué les mêmes idées que les libertaires : les suppressions simultanées de la Sécurité sociale et de la Banque fédérale. Cependant, un truc reste trop extrême pour eux : le seasteading. Concrètement, le seasteading consiste à se regrouper avec ses potes, à aller dans les eaux internationales et à construire une île pour en faire un pays. Personne n’a réussi à aller au bout, mais plusieurs ont déjà essayé. Parmi eux, Eric Klien. Malgré ses efforts, le projet Atlantis, né au début des années 1990, n’a pas vu le jour du fait d’un manque d’intérêt généralisé. Cela n’empêche pas Eric Klien d’être ­encore captivé par les idées un peu débiles. En ce moment par exemple, il gère la Lifeboat Foundation, dont l’objectif est d’empêcher les gens de se buter. Du coup, on lui a passé un coup de fil, juste pour voir à quel point le mec est atteint.

VICE : Comment est né le projet Atlantis ?
Eric Klien : Dans les années 1990, un ami libertaire s’est présenté aux élections sénatoriales du Nevada. À l’époque, je me souviens, il y avait énormément de fraude électorale. J’en avais marre. Du coup, je me suis dit : « Qu’à cela ne tienne, je vais créer mon propre pays. »

Les partisans du seasteading sont tous plus ou moins libertariens, y compris le Seasteading Institute. Comment se fait-il que d’autres utopistes, comme les communistes par exemple, n’aient jamais essayé de construire un pays artificiel ?
Parce que les communistes n’ont jamais eu de mal à avoir leur propre territoire. Dans le passé, ils ont réussi à s’imposer­ dans des pays immenses comme la Chine ou la Russie. Aujourd’hui, ce qui se rapproche le plus d’un pays libertarien, c’est les États-Unis. Ce qui explique en partie pourquoi les libertaires partisans du seasteading proviennent presque tous d’Amérique et pas des pays européens.

Beaucoup de gens en parlent, mais pensez-vous que quelqu’un va véritablement prendre les devants et construire un pays flottant dans un avenir proche ?
Depuis qu’il est financé par un milliardaire, le Seasteading Institute a les moyens de créer un petit pays quelque part dans le monde. En tout cas, il pourrait mettre un bateau en pleine mer et déclarer que c’est un pays. On pourrait faire ça dès demain.

Le problème, ce serait de trouver un moyen de rendre ça viable.
L’une des possibilités serait de faire de ce bateau un genre de navire-hôpital où l’on proposerait les dernières technologies médicales. Aux États-Unis, la Food and Drug Administration met trois plombes à approuver ce genre d’innovations. C’est pourquoi j’ai acheté le nom de domaine lifeboat.com. Je me disais que j’allais peut-être lancer un projet dans ce genre-là.

Que pensez-vous de l’idée de créer différents pays et de les rassembler ensuite ?
C’est compliqué, parce que les gens n’arrivent pas à travailler ensemble.

Surtout les libertariens.
Oui, j’en suis bien conscient. Il faudra, d’une manière ou d’une autre, que notre organisation soit assez cohésive pour s’étendre rapidement à une centaine de familles, afin que le projet ne s’effrite pas.