FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

IL FAUT QUE VOUS VENIEZ À L'ÉTRANGE FESTIVAL

25.8.10

L'Etrange Festival reprend au Forum des Images à Paris à partir du 3 septembre. Puisque c'est l'événement cinématographique le plus intéressant de la capitale hormis certaines rétrospectives hyper institutionnelles à la Cinémathèque et que c'est aussi le plus obscur, on vous propose une petite sélection dans le programme sans trop la ramener parce qu'on vous avoue que même si on a le sentiment qu'un jour on aura vu tous les films chelous de ce monde, l'Etrange Festival est toujours là pour nous rappeler le contraire.

Cette année, ce sera donc l'occasion de croiser Jodorowsky, le génial réalisateur libre et pas du tout surestimé de Santa Sangre, El Topo et La Montagne Sacrée, mais aussi Nicolas Winding Refn (le mec qui a fait en trois longs-métrages l'équivalent d'un The Wire au Danemark, plus le film de viking ultime), Tobe Hooper ou le génial Jean-Pierre Kalfon à qui le festival rend hommage à travers quelques films. Il y a un milliard d'autres trucs genre concerts (notamment de The Pop Group – Eva Revox vous en parlera mieux que moi) et plein de rencontres probablement aussi fabuleuses qu'elles sont rares, mais là on va essayer de vous vendre quelques films à pas rater.

Publicité

AFRICA ADDIO / Gualterio Jacopetti & Franco Prosperi - 1966

Réalisé par les deux mecs qui ont inventé le Mondo Cinema (faux documentaires mettant en image les aspects les plus obscènes du monde), ce portrait de l'Afrique ultra complaisant dans le malaise a été éprouvant à une époque, a un peu vieilli maintenant, mais demeure un bon exemple de ce qu'on pouvait faire en Italie à une époque où on n'en avait rien à foutre de trouver des subventions au CNC italien. Et que le cinéma italien a eu des balls à une époque.

THRILLER / Bo Arne Vibenius - 1974

Ce film de « rape revenge » suédois est vraiment bizarro, d'abord à cause des rapports SM qu'il met en scène mais surtout de sa cinématographie éthérée et hypnotique plutôt rare pour le genre, créant par la même occasion une icône de meuf badass et borgne nourrissant une soif de vengeance tragique. Horrible et sublime.

RUBBER / Quentin Dupieux - 2010

OK, c'est hyper facile de dire d'aller voir le nouveau film de Quentin Dupieux. Vous irez juste pour dire que vous y étiez. Alors cette notule ne servira qu'aux glands comme moi qui se diraient que le personnage de Dupieux est quand même un tissu d'ambiguïté cynique et gênante. Ouais, peut-être, mais Rubber est le meilleur film de monstre en caoutchouc qu'on ait vu ces dernières années et aussi le plus sincère, en plus d'être un bel hommage au genre. Si t'aimes pas les films de monstre, oublie. Si tu aimes, tu vas pleurer. Alors arrête de faire chier à propos de Dupieux.

LEMMY / Greg Oliver & Wes Orshovski - 2010

Tu connais Motörhead ? Bon.

THE DELIAN MODE / Kara Blake – 2009

Tu connais pas Delia Derbyshire ? Bon.

LES IDOLES / Marc Gilbert Guillaumin – 1968

Film punk avant le punk officiel, Les Idoles vaut plus pour le témoignage historique que pour ses qualités cinématographiques. Mais si tu es nostalgique du Palace alors que tu es née en 1988, tu pourras la ramener dans les salons en disant que le Palace, c'était déjà dépassé en 82. Tu seras pas devenue plus intelligente mais un peu plus cultivée. À toi de voir si c'est synonyme.

WARRIORS OF CHAOS / Tarek Ehlail - 2009

On n'a pas vu ce film mais ce faux docu-fiction relatant une rixe entre les flics, les punks et les skins à Hanovre en 1994 a l'air de défoncer.

A SERBIAN FILM / Srdjan Spasojevic - 2010

Ils doivent être bien pétés en Serbie vu que A Serbian Film a été financé par le CNC local (ouais, le CNC est partout) et que c'est probablement le shocker le plus shockant que tu verras avant longtemps. Peut-être que tu en as déjà entendu parler. Si tu as créé un groupe sur Facebook qui s'appelle « Le palmarès des 10 films les plus violents », tu peux être sûr que A Serbian Film va vite rejoindre le top 3 dès que tout le monde l'aura vu. Pour autant je ne sais pas si ça aidera les gens à prononcer correctement le prénom du réalisateur.

Il y a encore 1000 trucs genre A l'ombre de la Canaille Bleue, film hyper rare de Pierre Clémenti, La Route de Salina avec Mimsy Farmer, Fondu au Noir, ou les courts métrages de Lionel Soukaz. Le plus simple c'est que t'ailles sur leur site et que tu voies les reste du programme toi-même.

AL BATARD