Publicité
Tech by VICE

Le premier test public de l’Hyperloop sera réalisé aujourd'hui

On va enfin savoir si Hyperloop One a bluffé.

par Jason Koebler
11 Mai 2016, 9:28am

L'une des entreprises les plus sérieuses dans la course au développement de l'hyperloop, vient d'être rebaptisée en l'honneur de son premier test public de la technologie. Le système de propulsion sera en effet mis à l'épreuve aujourd'hui dans le désert qui borde Las Vegas. Pour la première fois, le monde devrait voir l'hyperloop, ou un concept approchant, en action.

Hyperloop Technologies est devenu « Hyperloop One, » afin d'éviter les confusions avec son principal concurrent, Hyperloop Transportation Technology. Aujourd'hui, il fera la démonstration des capacités de son système de propulsion, en utilisant des moteurs à induction linéaires pour faire accélérer une capsule sur des rails. Hyperloop One n'a pas annoncé combien de temps durerait ce test, quelle vitesse il compte atteindre, ni même quel objectif il s'était fixé.

À l'heure actuelle, on peut considérer Hyperloop One comme le leader dans la construction de l'hyperloop, le système de transport futuriste à base de tubes imaginé par Elon Musk. La société a annoncé mardi dans un haut lieu artistique de Las Vegas chic qu'elle avait dégagé 80 millions de dollars supplémentaires à ajouter à son capital qui était jusque-là de 26 millions de dollars.

Les moyens financiers et humains sont une chose. L'entreprise possède d'ailleurs déjà plus de 150 employés dans des bureaux gigantesques à Los Angeles, et a déjà entamé la construction de rails à proximité de la ville. Mais tous les financements du monde ne suffiront pas à réaliser le rêve d'Elon Musk dans le cas où la technologie en question n'arriverait pas à maturité, ou si la construction de l'hyperloop s'avérait trop onéreuse ou trop complexe.

Brogan VamBrogan devant un concept de « port hyperloop. » Image: Jason Koebler

C'est pour cette raison que je suis à Las Vegas en ce moment même : pour observer ce que l'hyperloop est vraiment. Jusque-là, Hyperloop One n'avait pas laissé filé la moindre information sur ses réelles capacités.

« Pourquoi ne pourrions-nous pas révolutionner les transports. Je pense que c'est possible. On est au 21e siècle, après tout, » fanfaronne le co-fondateur d'Hyperloop One, Brogan VamBrogan, à l'aube de l'événement.

« Il est plus facile de construire un hyperloop qu'un vaisseau spatial. »

Cette attitude optimiste et un tantinet bravache semble être la marque de fabrique de l'entreprise. Les premières présentations publiques étaient avant tout basées sur la prospective et le fantasme : hyperloop sous-marin, hyperloop côtier, port hyperloop flottant en haute mer, hyperloop cargo pour le transport de marchandises, et enfin, hyperloop destiné au transport public. Il y en avait pour tous les goûts. Rob Lloyd, le PDG d'Hyperloop One, décrit un système qui peut être adapté à tous les environnements et à tous les usages possibles.

C'est pour cette raison qu'il est très difficile d'évaluer le sérieux de la société, et surtout, ses compétences réelles. « Nous pouvons construire un hyperloop dès maintenant, » avance VamBrogan. « Il suffit juste de réduire les coûts. » Hyperloop One s'est tellement dispersée en termes d'idées et de projets qu'il est impossible de déterminer en quoi consistera sa première démonstration publique. Ou si elle compte vraiment construire un hyperloop un jour.

Pour le moment, Hyperloop One affirme qu'elle travaille sur un projet destiné à relier la Finlande et la Suède, sur un autre qui permettra de traverser la mer Baltique, et même sur un dernier qui concerne le trajet Stockholm-Helsinki. Elle envisage également de tester le transport de containers entre Long Beach et Los Angeles. Enfin, elle voudrait réorganiser l'ensemble de la logistique en Suisse grâce à un système de tunnels.

Évidemment, ces projets coûteraient des milliards et des milliards de dollars, à tel point qu'ils ne pourront jamais voir le jour sans l'investissement des États. Ils ne sont donc pas pour aujourd'hui, ni pour demain.

Nous attendons donc de savoir en quoi consistera exactement la démonstration d'Hyperloop One, entamée par la diffusion d'une vidéo d'un test réalisé à Kitty Hawk.

« Il est plus facile de construire un hyperloop qu'un vaisseau spatial, » affirme VamBrogan. En tant qu'ex employé de Space X, il devrait savoir de quoi il parle. Nous saurons bientôt s'il nous a menti.

Tagged:
Tech
Motherboard
Technologie
elon musk
SpaceX
motherboard show
hyperloop
Hyperloop One
infrastructures
technologies