Facebook ne parvient pas à faire face à ses contradictions en matière de censure

Sur Facebook, l'apologie de la haine raciale passe crème, mais pas les photos de mammographie. Y aurait pas un problème ?
26.10.16

Facebook a finalement reconnu officiellement que ses algorithmes, qui décident si un post est, ou non, « acceptable », n'étaient pas si performants que ça. Il a donc décidé que, dans les prochaines semaines, le volume des publications autorisées serait plus important même dans le cas où ces dernières violeraient les règles de la communauté.

Cela fait des mois que le réseau social est sous le feu des critiques, après avoir censuré entre autres une photo emblématique de la guerre du Vietnam et une illustration d'un article du Monde montrant une mammographie.

Publicité

On comprend que le traitement d'images historiquement et culturellement importantes soit une tâche complexe. Il est aujourd'hui évident que cette tâche ne peut donc pas être confiée à des algorithmes dont le raffinement est encore très limité. Facebook doit également faire face à la variété des normes culturelles et législations dans les différents pays, un problème qui, lui n'ont plus, ne peut être abandonné à des machines peu subtiles. Enfin, Facebook doit de se cantonner à son rôle d'agrégateur de contenu : ce n'est ni un arbitre, ni un censeur.

« Dans les semaines à venir, nous allons autoriser la diffusion d'articles que le public trouve dignes d'intérêt, légitimes et importants, même s'ils violent les règles d'utilisation de la plateforme, » écrivent le vice-président de la politique publique de Facebook, Joel Kaplan, et le vice-président des opérations, Justin Osofsky. « Nous allons travailler avec nos partenaires communautaires afin de décider d'une approche, et de trouver les outils nécessaires pour appliquer ces nouveaux principes. Notre intention est de permettre la diffusion d'un nombre d'images et d'articles plus important en évitant les problèmes de sécurité et d'exposition à des contenus choquants. »

Le duo ajoute que Facebook ne sait pas encore quelle méthode sera employée ; elle supposera sans doute l'intervention de davantage d'agents humains, qui discrimineront entre le contenu approprié et inapproprié.

« Envoyez-les dans des chambres à gaz »

Maintenant que la nouvelle stratégie de Facebook sur le contenu a été rendue publique—une stratégie compatible avec le fait de diffuser indifféremment des scènes de guerre en direct, destructions de camps de réfugiés et autres suicides en streaming, on peut s'inquiéter d'un glissement éventuelle de la censure abusive vers le voyeurisme total.

Il y a de quoi être ému aux larmes en regardant l'évacuation de la jungle de Calais en direct, surtout quand on fait l'erreur de lire les commentaires des utilisateurs publiés sur le Facebook Live. « Une bonne frappe aérienne et ça serait réglé, » s'exclame l'un. « Tous des terroristes ! » ajoute un autre. Et pour couronnez le tout : « Envoyez-les dans des chambres à gaz. » Apparemment, ce genre de discours est plus acceptable qu'une photo de mammographie. Il est temps de regarder tes contradictions en face, Facebook.