Le mode multijoueurs de Red Dead Redemption est toujours le meilleur qui soit

Si vous n'avez jamais chassé l'ours dans la neige avec vos potes du côté de Tall Trees, vous n'avez jamais vraiment vécu.
19.10.16

Nous sommes au beau milieu de la forêt qui couvre la majeure partie de la région enneigée de Tall Trees, montés sur nos chevaux. AKWorley990, l'une des victimes de la terrible politique de gamertag unique du Xbox Live, se tient au centre de la clairière, couteau en main, toisant du regard l'ours qui se dresse devant lui.

Arrêtons-nous un instant. Le mode solo de Red Dead Redemption m'a toujours laissé de marbre ; mais je suis tombé amoureux du mode exploration du multijoueurs. À la base, c'est surtout censé être une sorte de salle d'attente pour les "vrais" modes multijoueurs, mais en vérité, c'est une attraction en soi. Le mode exploration reprend grosso modo le mode solo, dépouillé de toutes ses missions et autres quêtes annexes, et vous laisse vous promener avec d'autres joueurs (16 au maximum). Et ça ressemble fortement à l'idée que je me fais de la vie au Far West : on se promène avec des amis en descendant des gangs, on relève des défis divers et variés, on affronte des animaux sauvages, et de temps à autre on se fait tuer par le terrible hors-la-loi xXSTUFFINMUFFINXx et sa bande de renégats.

Publicité

À mon sens, le mode exploration de Red Dead Redemption n'est pas seulement le meilleur aspect du jeu, mais aussi le meilleur mode jamais créé par Rockstar. Ses créateurs ne se sont pas seulement contentés d'en retrancher les aspects les plus ennuyeux du mode solo ; ils ont modifié pas mal de choses pour qu'il soit vraiment fun de s'y balader avec des potes.

L'un des plus gros changements concerne les animaux qui peuplent l'univers du jeu - d'une manière générale, les bêtes sauvages sont bien plus dangereuses que dans le mode solo, et les plus grosses d'entre elles sont tout à fait capables de vous tuer en un coup. Du coup, les parties de chasse sont bien plus intéressantes. Moi et ma bande de pseudo-cowboys traquions nos proies en sachant pertinemment que nous avions autant de chances qu'elles de finir massacrés.

Nous aimions le risque inhérent à ces duels avec les ours, et c'est même rapidement devenu un rite d'initiation pour les joueurs qui souhaitaient rejoindre notre joyeuse bande du côté de Tall Trees pour affronter des ours au couteau. C'était un exemple parfait de la liberté que vous donne le mode bac à sable de Red Dead Redemption, qui vous permet de créer vos propres histoires, mais cela demandait aussi une certaine maîtrise : il n'est pas du tout évident de parvenir à anticiper l'attaque de l'ours pour frapper au bon moment sans se faire éventrer.

Si vous parveniez à tuer l'ours, félicitations : vous faisiez désormais partie des Bear Hunters, notre gang minable d'étudiants à la ramasse qui passaient leurs journées à glander dans une nature virtuelle. La plupart des soirs, nous étions au complet avec 8 membres du gang, et nous rendions la justice de manière parfois expéditive. Quand "votre équipe" représente la moitié des joueurs sur un serveur, vous pouvez faire à peu près ce que vous voulez.

Les gens adorent Red Dead Redemption parce que personne ne saisit une esthétique mieux que Rockstar, et que le mode solo du jeu capture parfaitement la fin de l'ère du Far West. Mais le mode exploration multijoueurs mérite aussi notre amour, parce qu'il saisit parfaitement ce qu'était le Far West à son apogée. Il y a quelque chose dans le fait de voir une horde de cowboys surarmés et incontrôlables faire absolument ce qu'ils veulent qui rappelle cette époque sans foi ni loi ; et par ailleurs, c'est terriblement fun. Ça vous dit de chasser le cougar ? Allez-y, faites-vous plaisir. Vous voulez vous planquer sur une colline qui surplombe une route et dégommer tout le monde au fusil à lunette ? Pas de souci.

Publicité

Techniquement, l'univers multijoueurs chaotique de Red Dead Redemption n'est pas vraiment sans foi ni loi, mais dans la pratique, les forces de l'ordre sont dépassées en nombre et en puissance de feu. Seul un gentil armé d'un flingue peut arrêter un méchant armé d'un flingue. Du coup, Rockstar s'est arrangé pour que, si vous commettez trop d'actes malveillants en ligne, votre tête soit mise à prix et que votre localisation exacte soit indiquée à tous les autres joueurs présents. Vous voilà donc traqué par tous ceux qui ont des couilles assez grosses pour se mesurer à vous.

Le fait que les autres joueurs soient souvent de sacrés salauds confère au jeu une aura de paranoïa. Quand vous voyez quelqu'un se diriger vers vous, se rapprochant peu à peu, il est possible qu'il s'agisse simplement d'un mec motivé pour vous aider à buter tous les ânes du Mexique. Mais il se peut aussi qu'il veuille vous exploser la tête à la carabine. Du coup, tout le monde est sur ses gardes, et le moindre malentendu dégénère souvent en fusillade.

Si vous n'aimez pas l'ambiance du mode exploration, vous pouvez vous tourner vers les différents modes multijoueurs qui vous donnent de véritables objectifs. Mais pourquoi voudriez-vous avoir des objectifs, au juste ? Pendant que la plupart des joueurs se tiraient joyeusement dessus en match à mort par équipes, je préférais tenter de convaincre des petits nouveaux de se jeter dans le fleuve San Luis, ou de chevaucher de Blackwater à Escalera avant le coucher du soleil.

On est toujours à la limite du chaos total, avec ces 16 joueurs qui se retrouvent sur la même map et tentent d'imposer leurs caprices au monde qui les entoure. Heureusement, celui-ci est assez grand pour ne pas se marcher sur les pieds, mais bien souvent des joueurs cherchent à se réunir pour s'entretuer, juste pour le plaisir.

Le fait que Red Dead Redemption fasse désormais partie des jeux Xbox 360 désormais compatibles avec la Xbox One devrait vous convaincre que c'est le moment idéal de vous y mettre et d'explorer son univers par vous-même. Aucun jeu n'a jamais proposé une telle expérience multijoueurs, du moins sur console. Pas jusqu'à maintenant, en tout cas.

Mais revenons-en à notre duel. AKWorley990 fait un pas vers l'ours, qui se dresse sur ses pattes arrières en vue d'une charge. Les vétérans savent bien qu'il suffit de faire un simple pas de côté quand l'animal se rue sur vous pour le tuer facilement. Mais AKWorley990 n'est pas un vétéran, et il se fait massacrer, son avatar étant traîné lamentablement sur le sol tandis que nous, membres aguerris des Bear Hunters, ricanons de bon coeur.

C'était sa quatrième tentative ce jour-là. Parfois, vous tuez l'ours ; parfois, c'est lui qui vous tue.