Quand un conseiller du président turc accuse les chefs étrangers d’être des espions

« J’ai vu un programme dans lequel un Anglais et un Italien parcourent l’Anatolie pour cuisiner. Et vous pensez vraiment que c’est pour l’amour de la gastronomie ? »
13.12.16
Photo via Flickr user Yai&JR

Le monde ne tourne plus très rond. Serge le Mytho fait rire des milliers de gens, les bouquins qui se vendent le mieux sont écrits par des anciens chroniqueurs d'On n'est pas couché, Patrick Balkany n'a toujours pas été condamné à de la prison ferme et il y a de plus en plus de vidéos sur YouTube qui tentent d'expliquer que la Terre est plate.

Autrefois un sanctuaire, la bouffe est devenue elle aussi le terrain de jeu des conspirationnistes. Récemment, c'est le Pizzagate qui a secoué les États-Unis quand des internautes ont cru déceler dans des mails révélés par WikiLeaks de John Podesta, un proche d'Hillary Clinton, les rouages d'un vaste réseau de pédophilie. Au menu, trafic d'enfants et cérémonies occultes dans plusieurs pizzerias de Washington.

LIRE AUSSI : Internet soupçonne Pamela Anderson d'avoir empoisonné Julian Assange

Un peu rigolo au départ, l'affaire a pris un virage à 180° en frottant la bavette quand un quidam a décidé de mener sa propre enquête et a ouvert le feu dans un des restaus « incriminés ». Même Roberta's, la pizzeria fétiche des hipsters de Brooklyn, a été prise pour cible de ce « hoax » complètement taré

Une autre conspiration liée à la bouffe a été récemment mise à jour en Turquie. Selon l'AFP, un des proches conseillers du président Recep Tayyip Erdoğan a accusé mercredi 7 décembre à la télévision deux chefs étrangers d'être des espions – en l'occurrence, Wilco van Herpen, un Hollandais, et Danilo Zanna, un Italien. Ces cuisiniers, qui apparaissent dans une émission culinaire turque baptisée Tastes from Europe to Anatolia, ne récolteraient pas des ingrédients locaux mais des informations sur le dispositif militaire turc selon Yigit Bulut.

Le conseiller s'est exprimé sur la chaîne pro gouvernementale A Haber. « J'ai regardé un programme sur une chaîne de télé l'autre jour. Un anglais et un italien qui viennent en Anatolie et voyagent dans toutes les villes et les villages de Turquie pour soi-disant découvrir la culture et faire à manger. Mais vous pensez vraiment qu'ils font ça pour l'amour de la gastronomie ? »

Bulut ajoute : « Vous pensez vraiment que les Turcs vont faire des émissions sur la cuisine française ou anglaise et se rendre dans les complexes industriels ? » En fait, soutient-il, ces chefs étrangers « exploitent la naïveté des habitants de l'Anatolie » pour rassembler des informations.

« Nos habitants sont trop crédules. Ils ouvrent leurs portes par amitié », poursuit Bulut. « Et confient leurs secrets. Ils leur montrent tout. Où est-ce que les unités militaires sont stationnées, les radars, les munitions ou les armes. Comment entrer et quitter le village. »

Selon l'AFP, Bulut conclut en demandant aux gens d'être vigilant. « S'il vous plaît, que personne ne me dise que c'est une théorie conspirationniste ou que j'exagère. Les gens disent qu'on en fait trop et qu'on transforme tout en complot terroriste, mais il faut en parler. »

Publicité

15 Ekim Cumartesi günü Balıkesir'de AB destekli çiftlikte iş başı yapıyoruz.. 21.10'da NTV'ye bekleriz.. #avrupadananadoluya #euinturkey #ntv #danilozanna #wilcovanherpen

Une photo publiée par Avrupadan Anadoluya (@avrupadan_anadoluyantv) le 13 Oct. 2016 à 10h24 PDT

Ce n'est pas la première fois que ce conseiller d'Erdoğan s'essaie aux théories conspirationnistes. Comme le rappelle le Guardian en 2013, après une série de manifestations, Bulut avait soutenu que les pouvoirs étrangers tentaient de discréditer Erdoğan et carrément de l'assassiner à l'aide de pouvoir télékinétique. Il a aussi accusé la compagnie aérienne allemande Lufthansa d'être derrière certaines manifestations et déclaré en mai 2015 qu'il était prêt à mourir pour Erdoğan : « J'ai deux revolvers et des centaines de balles. Personne ne peut toucher le président élu avant de me tuer. ».

LIRE AUSSI : Les charmeurs de glaces d'Istanbul

Après le coup d'État réprimé dans le sang cet été – un bilan fait état 240 morts – et attribué à Fethullan Gülen, un intellectuel musulman exilé aux États-Unis, et ses partisans, la paranoïa semble avoir atteint son paroxysme dans le pays. Elle est véhiculée au même titre que les théories conspirationnistes les plus fumeuses par les médias pro gouvernementaux. Plus de 100 000 personnes ont depuis perdu leur travail dans la fonction publique. Environ 160 médias et 2 000 institutions éducatives ont été fermés

En attendant de savoir quel est le sort réservé à cette émission culinaire, les gouvernements du monde entier sont prévenus, derrière n'importe quelle émission culinaire se cache peut-être la Mata Hari de demain. Bref, on t'a à l'œil Fred Chesneau