Creators

L’exposition Jardin au Grand Palais vue par une fleuriste

On a demandé à Daphné de nous filer des tuyaux sur la symbolique des fleurs dans les tableaux.

par Félix Macherez
20 Juin 2017, 5:00am

Roses, pétunias, tournesols, jacinthes, nénuphars me font essentiellement chier : je n'aime les voir qu'en peinture. Certains me diront que c'est parce que je n'y connais pas grand-chose aux fleurs. C'est vrai.

Alors, quand j'ai vu qu'il y avait l'exposition Jardin au Grand Palais, je me suis dit que j'allais y faire un tour pour en piper un peu plus sur ce monde floral, et surtout qu'il me fallait un peu d'aide pour la faire dans de bonnes conditions. J'avais déjà fait un tour des musées parisiens pour tester leurs audioguides, mais ces machines, ça m'a gonflé à la fin. Il fallait que je trouve autre chose.

Je me suis dit que la personne la plus calée et la plus apte à me donner de bonnes infos, c'était une fleuriste. J'ai donc passé un coup de fil à Daphné pour qu'elle m'accompagne. Daphné a fait une formation à l'école des fleuristes de Paris et passe son examen en candidat libre cette année. Je voulais qu'elle m'en dise plus sur les jardins en général et sur les fleurs — leurs symboles, leurs couleurs, leurs odeurs, et d'autres détails — en particulier. Elle était OK.

Alors on a passé une aprèm à déambuler dans le musée, entre les herbiers, les peintures, les outils de jardinage, les photographies et autres plans de jardins. J'avais l'impression d'être au cinéma – un cinéma en plein air. Les peintres présentés — et plus évident encore, les photographes — étaient des cinéastes qui tournaient des films sur les fleurs. Chaque scène était précisément cadrée. Le résultat était parfait.

Tout au long de l'expo, je lui ai posé des questions. Ça a donné, en somme, une expo jardiniste vue par une fleuriste. Voilà ce qu'il en est ressorti.

Photos de l'auteur

VICE : Déjà, qu'est-ce que tu penses des jardins ?
Daphné : C'est un peu paradoxal, un jardin est fait à partir d'éléments naturels mais ce n'est pas vraiment naturel car façonné par l'homme. Cette maîtrise géométrique de la nature, je trouve ça un peu anxiogène.

Je suis plus jardin à la Louis Ferdinand Céline… Ça va dans ton sens, je crois… C'est un peu la même chose que sur la photo de Yann Model qui montre une friche — sans fleurs ni rien…
Je trouve que la nature bordélique, ça fait du bien ! On ne peut pas s'y promener mais c'est rassurant de voir qu'on ne contrôle pas tout.

J'ai vu que tu as scruté les noms des fleurs sur les cartels en regardant les tableaux… Il y a des erreurs ?
Quelques-unes. Par exemple, dans l'aquarelle de Delacroix, le descriptif de l'œuvre parle de pavot, d'anémone et de pensée. Or ici il ne s'agit pas d'une pensée mais d'une variété sauvage de renoncule. La pensée ressemble à un petit chien, genre Yorkshire.

D'acc. En face de cette aquarelle douce et subtile, il y a un modèle de la fécondation de la courge, en cire… Il y a aussi une vidéo de près de deux heures d'un type en train d'arracher des herbes… Sacré bouquet !
C'est chouette d'avoir des œuvres très éclectiques au sein de la même expo. Une expo, c'est comme un bouquet ou un jardin finalement, tu as raison.

Je ne comprends pas pourquoi mais sur chaque ancien dessin de fleur, il y a toujours un papillon qui vole autour ou un sale escargot qui se balade…
Le papillon participe à la reproduction des fleurs, il aide à la pollinisation. Lorsque qu'il butine, il va de fleurs en fleurs et transporte le pollen des organes mâles vers les organes femelles. Parce que, il faut le savoir, les fleurs c'est avant tout des organes sexuels. Elles ont des rapports sexuels par papillon interposé ! Le sexe, ça se fait à trois chez les fleurs. C'est avec leur couleur et leur odeur qu'elles se démarquent. L'escargot, lui, va juste bouffer les feuilles. Les inclure, c'est insinuer un cycle de vie.

Cette fleur-là, sur le dessin, c'est une fritillaire impériale. C'est complètement fou comme fleur, avec ses clochettes pendantes, elle ressemble à des chaises volantes et, en plus, elle sent la weed. C'est pour ça que le papillon à des pupilles dilatées sur ses ailes… Je rigole, la fritillaire impériale ne donne aucun effet. Dans la même famille, une autre fleur sent le sperme.

Il y a des fleurs séchées dans des herbiers datant de 1800 : c'est con comme question mais ça se garde combien de temps des fleurs séchées?
Comme le papier, ça se conserve très bien si l'environnement le permet (au sec et à l'abri de la lumière) ! Ceci dit, même dans les herbiers récents, les couleurs des végétaux sont toujours moins vives que dans la réalité, elles ont tendance à jaunir/noircir avec le temps.

Je vois. Tu es restée longtemps devant les Soucis de Koloman Moser, tu en penses quoi ?J'aime beaucoup la simplicité de ce tableau, le camaïeu jaune/orangé me donne envie de me pencher, de cueillir et de faire un petit bouquet des champs.

C'est quoi ton tableau préféré dans cette salle ?
Les marguerites de Caillebotte ! Les regarder c'est éprouver une grosse envie de s'étaler dedans et d'y faire une petite sieste.

Je pensais la même chose… Explique moi ce quadriptyque de Caillebotte…
J'adore la peinture sur bois, l'aspect brut de la matière colle bien avec la représention de végétaux. Ici ce sont des orchidées (sabot de vénus, vuylstekeara, cattleya, masdevallia, dendrobium, oncidium). Elles sont dans une serre car elles viennent principalement de zones tropicales et subtropicales. Et non, contrairement à ce que dit le descriptif, il n'y a pas d'anthuriums !

Deuxième erreur. Prends ça, le Grand Palais ! Sinon, dans le tableau de Klee, tu vois quoi comme arbres ?
Je vois un cèdre, un épicéa, un papyrus, de l'allium, et une prêle…

Et elle existe cette fleur de Redon ?
Dans ses rêves…

Devant le tableau de Berthe Morisot, tu m'as dit que la peintre peignait avec des extraits de fleurs…
Oui, effectivement. Et je trouve ça génial de peindre des fleurs avec de la peinture mêlée à des pétales écrasés, ça apporte une touche organique. Des fleurs qui peignent des fleurs… J'ai toujours eu une fascination pour les artistes qui peignaient avec autre chose que de la peinture.

Je pensais vraiment voir une recherche verticale sur les fleurs en peinture dans cette expo… Monet et ses nénuphars ou Van Gogh et ses tournesols. Mais que dalle… Juste comme ça, il y a une explication pour Van Gogh et ses tournesols ?
Van Gogh souffrait d'épilepsie, alors pour se soigner, il ingérait une plante — qui s'appelle la digitale, je l'avais vu dans ma formation l'été dernier — qui donnait à sa vision une teinte jaune. D'où son penchant pour le mordoré et les tournesols…

Excellent, merci Daphné !

Retrouvez Félix Macherez sur son site.