Annulation du plus grand sacrifice animal du monde : des milliers d’animaux seront sauvés au Népal

Lors de l’édition 2009 de ce sacrifice rituel, près de 500 000 buffles, chèvres, poulets et autres animaux avaient été tués.

|
30 Juillet 2015, 11:45am

Photo by Laxmi Prasad Ngakhusi/EPA

Un festival au Népal célébrant le plus grand sacrifice d'animal du monde a été annulé ce mardi, une victoire décisive pour les militants opposés à l'événement.

Le Comité du temple de Gadhimai a indiqué que la cérémonie— au cours de laquelle des centaines de buffles, chèvres et oiseaux sont sacrifiées dans le district de Bara, et qui attire des centaines de milliers de croyants — a désormais été annulée, et ce « jusqu'à nouvel ordre ».

Dans un communiqué, le directeur du Comité du temple de Gahdimai, M. Ram Chandra Shah, a déclaré : « Le moment est venu de transformer une ancienne tradition. Le temps est venu de remplacer la tuerie et la violence par la prière et les célébrations pacifiques. »

« Avec votre aide, nous pouvons nous assurer que Gadhimai 2019 est débarrassé de toute effusion de sang. Surtout, nous pouvons nous assurer que Gadhimai 2019 est une célébration historique de la vie, » a-t-il ajouté.

Les autorités religieuses du temple népalais ont accepté d'annuler cette tradition hindoue vieille de plusieurs siècles suite à une campagne de la Humane Society International (HSI) et du Réseau pour le bien-être animal au Népal (AWNN).

"Cela a été un effort sur le long terme… nous avons tenu une position ferme et cela a finalement fonctionné, » a dit le président de l'AWNN, Manoj Gautam.

"Sensibiliser les masses est essentiel, mais j'ai bon espoir que nous verrons un festival sans effusion de sang en 2019", a dit Gautam à l'AFP.

Les origines de Gadhimai datent d'il y a environ 265 ans, quand le fondateur du Temple de Gadhimai, Bhagwan Chowdhary, a rêvé que la déesse Gadhimai voulait du sang en échange de sa libération de prison, de sa protection vis-à-vis du mal et d'une promesse de prospérité et de pouvoir.

Dans le rêve, on dit que la déesse a demandé un sacrifice humain, mais Chowdhary l'a apaisée avec un animal à la place et ce sont donc des milliers d'animaux qui ont été abattus tous les cinq ans depuis.

Il a été estimé que 500 000 buffles, chèvres, poulets et d'autres animaux ont été tués lors de l'édition 2009 du festival, décapités dans le cadre du rituel.

Suite à l'intervention de la Cour suprême indienne, et avec une sensibilisation croissante due à l'action des militants — qui sont à l'origine de pétitions très populaires — le nombre d'abattages a été réduit d'environ 70 pour cent en 2014.

Plus tôt ce mois-ci, la Cour suprême de l'Inde a publié des directives demandant aux États de prendre des mesures pour empêcher les animaux d'être conduits à Gadhimai à l'avenir et alerter l'opinion publique au sujet du sacrifice d'animal.

Gauri Maulekhi, qui travaille pour la HSI — et qui a adressé une pétition à la cour contre le la livraison d'animaux au festival de Gadhimai — a dit dans un communiqué : « C'est une victoire immense pour la compassion , qui sauvera les vies d'innombrables animaux. »

Suivez Charlotte Meredith sur Twitter : @CHMeredith