Publicité
Crime

La justice américaine ne poursuit pas le policier de Cleveland qui avait abattu un enfant de 12 ans

En novembre 2014, Tarmir Rice jouait dans un parc de Cleveland avec un pistolet factice. En l'espace de quelques secondes, l'officier de police décide de lui tirer dessus. Le jeune garçon meurt de ses blessures le lendemain à l'hôpital.

par Liz Fields
29 Décembre 2015, 9:34am

Photo par David Maxwell/EPA

L'officier de police de Cleveland qui avait abattu un enfant de 12 ans en novembre dernier ne sera pas poursuivi par la justice. Voilà ce qu'a annoncé le grand jury chargé de l'affaire ce lundi soir dans une communication du bureau du procureur du Cuyahoga County.

Le grand jury a écouté pendant des semaines les témoignages du drame qui a coûté la vie à Tamir Rice l'année dernière. Alerté par un riverain de la présence d'un suspect armé, l'officier de police innocenté hier arrive devant un parc pour enfant de Cleveland. En quelques secondes, il prend la décision de tirer sur l'enfant armé uniquement d'un « BB gun » — un pistolet à air comprimé, un jouet — qu'il a coincé derrière sa ceinture. Rice décède le lendemain à l'hôpital des suites de ses blessures.

Le procureur du Cuyahoga County, Tim McGinty, a déclaré lors d'une conférence de presse qu'il s'agissait « d'une tempête d'erreurs humaines », mais qu'il est « indéniable » que Rice semblait sortir un pistolet de sa ceinture — même s'il s'agissait en réalité d'un jouet.

« Pour le dire simplement, du fait de cette parfaite tempête d'erreurs humaines, de ratés, et de mauvaises communications par tous ceux qui ont été impliqués ce jour-là, les preuves n'indiquent pas que la police a commis un acte criminel, » a déclaré McGinty.

Le matin du drame, le 22 novembre 2014, deux officiers sont envoyés sur site suite à un appel au 911 (le numéro d'urgence aux États-Unis). La personne au bout du fil indique qu'elle a vu quelqu'un dans la zone se balader avec une arme. Elle précise que l'arme est « probablement fausse », mais l'opérateur de la police qui traite l'appel ne transmet pas cette information aux deux officiers qui se rendent sur place.

L'officier de police débutant qui a tiré sur Tamir Rice, Timothy Loehmann, 27 ans, a expliqué au grand jury en décembre qu'il pensait que sa vie était en danger lorsqu'il se retrouve dans ce parc pour enfants de Cleveland. Loehmann était présent sur la scène avec son officier de formation, Frank Garmbach, un vétéran de la police âgé de 47 ans qui conduisait la voiture de police.

Dans sa déclaration faite au grand jury, Loehmann explique qu'il pense que Rice a au moins 18 ans et pèse bien 85 kg. Il dit qu'il a vu la main de Rice se rapprocher de sa ceinture, alors qu'il continuait de hurler « Montre moi tes mains » tout en s'approchant de l'enfant.

« J'étais concentré sur mon sujet. Même quand il a touché sa ceinture je n'ai pas tiré. Je hurlais "Montre moi tes mains", » a déclaré Loehmann.

L'officier a déclaré avoir eu très peu de temps en sortant de la voiture. Craignant que Rice soit un « active shooter » (un tireur actif) et que son partenaire et lui soient en danger, il a tiré deux fois dans l'abdomen de Rice.

Des images de la scène montrent que Loehmann a sorti son arme et tiré sur Rice seulement deux secondes après que la voiture de police arrive sur les lieux. Difficile de savoir combien de fois Loehmann a pu demander à Rice de montrer ses mains en l'espace de deux secondes — ce qui a aussi laissé peu de temps à Rice pour obéir aux ordres de l'officier. Les avocats de la famille de Rice ont nié à de multiples reprises les allégations des officiers selon lesquelles ils auraient suffisamment averti le jeune garçon avant d'ouvrir le feu. 

Sur les images de l'incident, on distingue Rice seul dans un kiosque. Il est difficile de comprendre pourquoi les officiers se garent si près de Rice. Ils auraient pu s'arrêter un peu plus loin et se servir de la voiture comme couverture, leur laissant le temps de s'identifier auprès de Rice. Les deux officiers ont refusé d'être interrogés par les enquêteurs, mais ont fourni une simple déposition écrite au grand jury.

Après la fusillade, 4 minutes se sont écoulées avant qu'un agent du FBI arrive sur la scène et commence à administrer les premiers soins à Rice. Les deux officiers étaient restés à proximité du corps sans rien faire.

Sur les images, on voit aussi des policiers empêcher la soeur de 14 ans de Rice d'approcher de la scène. Un officier pousse la jeune fille au sol et la menotte alors qu'elle hurle, « Mon petit frère, ils ont tué mon petit frère, » d'après le dossier d'une poursuite judiciaire déposée par la famille Rice.

En réponse à cette poursuite, la ville a publié une décision de justice de 41 pages clamant que Rice était le seul responsable de sa propre mort, parce qu'il n'a pas réussi à « éviter de se blesser ».

Le bureau de McGinty a diffusé deux rapports d'experts qui estiment que les agissements des deux officiers lors du drame ont été « raisonnables ». Un troisième rapport contient une analyse de la vidéo de l'incident, et note que Rice semblait essayer d'atteindre sa ceinture. La famille de Rice a contesté la validité de ces rapports et s'est dite outrée par leur diffusion.

Un avocat de la famille de Rice a publié un communiqué ce lundi exprimant leur déception — mais pas leur surprise — quant à la décision du grand jury. La famille accuse McGinty « d'abuser et de manipuler la procédure du grand jury pour orchestrer un vote allant à l'encontre d'une inculpation, » et explique que la manière dont le procureur a traité l'affaire a aggravé leur peine. La famille avait fait la demande d'un procureur spécial — ce qui avait été refusé par la justice.

Le communiqué a aussi invité tous ceux qui voudraient manifester contre la décision du grand jury de le faire « dans le calme et de manière démocratique ».

La famille de Rice a appelé le ministère de la justice à diligenter une enquête fédérale sur la mort de Tamir.

Reuters a participé à la rédaction de cet article.

Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR