Crime

« La lumière au bout du tunnel » : la famille du petit Aylan Kurdi est arrivée au Canada

« Je veux que le monde se souvienne de cette image », a déclaré Tima Kurdi, la tante d’Aylan. Elle a accueilli l’oncle du petit garçon et sa famille à Vancouver ce lundi.
29 décembre 2015, 10:20am
Tima Kurdi, la tante d'Aylan se tient devant une peinture représentant son neveu. (Photo de Virginia Mayo/AP)

Tima Kurdi s'est soudain mise à courir en direction de la double-porte vitrée de l'aéroport international de Vancouver, le dernier obstacle qui la séparait de sa famille fuyant le chaos qui consume la Syrie.

Ses neveux et nièces, son frère Mohammad et sa femme Ghousoun, se sont blottis uns à uns contre Tima. Ils ont chacun enfoui leur tête dans la doublure de sa capuche, et ont agité des petits drapeaux canadiens.

Dans toutes les pensées, il y avait pourtant ceux qui manquaient à l'appel : le frère de Tima et de Mohammad : Abdullah, qui a survécu à un tragique voyage sur la Méditerranée, ainsi que la femme d'Abdullah et ses deux garçons, qui ont péri en mer.

C'est l'image du corps sans vie du plus petit des deux enfants d'Abdullah, Aylan Kurdi, qui a galvanisé l'indignation face à la crise que traverse la région.

« Mon message pour tous les réfugiés et les personnes qui se battent partout dans le monde, tout ce que je leur dis, c'est qu'il y a toujours de la lumière au bout du tunnel », a déclaré Tima aux journalistes rassemblés pour couvrir l'accueil officiel de la famille. « Continuez de marcher jusqu'à ce que vous trouviez votre lumière. »

Kurdi family reunion at Yvr. — BalBrach (@BalBrach)28 Décembre 2015

Au Canada, les images de la mort d'Aylan Kurdi ont eu un effet sur la campagne électorale qui était jusqu'alors plutôt prévisible. Cet épisode a notamment déstabilisé les Conservateurs sortants lorsqu'il a été révélé que Mohammad et sa famille avaient fait une demande pour obtenir le statut de réfugiés au Canada, mais avaient été déboutés.

Abdullah Kurdi, le père du petit Aylan, a déclaré qu'il avait décidé de tenter la traversée de la Méditerranée — une mer dans laquelle sont mortes des milliers de personnes depuis le pic de la crise syrienne — après que la demande d'asile de son frère a été refusée. Il ne rejoindra pas son frère au Canada, ayant décliné l'offre qui lui a été faite de venir, selon The Guardian.

Depuis la mort d'Aylan, plus de 100 enfants se sont noyés dans la Méditerranée, a rapporté le New York Times.

L'image du petit Aylan Kurdi qui a déclenché l'indignation dans le monde entier/AP

Les élections qui ont suivi au Canada ont mis hors jeu les Conservateurs et amené au pouvoir les Libéraux, qui se sont engagés à accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici mars, et 25 000 autres d'ici la fin de l'année 2016.

Quelque temps après les élections, un responsable gouvernemental a contacté les Kurdi et leur a demandé de redéposer leur candidature.

« Je veux que le monde se souvienne de cette image », a dit Tima Kurdi à la presse canadienne dans les jours qui ont précédé l'arrivée de sa famille.

Le projet national mis en place par le gouvernement libéral signifie que des milliers de familles comme celle des Kurdi vont être réinstallées au Canada dans les années à venir. Malgré quelques contretemps initiaux, le programme a rencontré le soutien de l'opinion, des collectes de vêtements ont été organisées et de très nombreuses personnes ont offert de parrainer des familles fuyant le chaos en Syrie.

L'aide du gouvernement va permettre de fournir aux familles un soutien financier pour leur première année de résidence au Canada — bien que certains aient demandé à étendre cette période — ou jusqu'à ce que les migrants gagnent un salaire décent.

Mohammad et sa famille ne recevront probablement aucune aide gouvernementale, puisqu'ils sont parrainés par sa soeur. Mohammad — qui était barbier en Syrie — travaillera dans le salon de coiffure que possède Tima.

Abdullah Kurdi, le père du petit Aylan, a quant à lui demandé au Royaume-Uni, dans un message de Noël, d'ouvrir ses portes à la Syrie.

Il avait été accusé d'être l'un des passeurs qui pilotait le bateau lorsqu'il a chaviré, mais ces allégations n'ont pas été confirmées et Abdullah les a toujours dénoncées comme étant des mensonges.

Tima s'est fait écho de ce message d'ouverture ce lundi, en traduisant les paroles des membres de sa famille, chacun remerciant vivement le Canada ainsi que le gouvernement turc pour avoir aidé Mohammad à réunir sa famille. Tima a déclaré que son frère et sa femme voulaient vivre une « vie très simple » et espèrent un avenir meilleur pour leurs enfants.

« Je vais très bien maintenant, vraiment très bien merci », a dit Mohammad aux journalistes. « Ce rêve devient enfin réalité. Nous avions presque perdu espoir, mais nous remercions le gouvernement et les Canadiens. »

À Abdullah, dont la détresse était dans l'esprit de toute la famille durant le vol de 10 heures jusqu'à Vancouver, Tima a dit, en larmes : « Nous aimerions que tu sois là avec nous… Mais tu es toujours là. »

Suivez Justin Ling sur Twitter : @justin_ling