FYI.

This story is over 5 years old.

Crime

"Ouvrez les yeux" : le dessin animé d'Israël pour se moquer des journalistes étrangers

Dans ce court programme animé, on voit un correspondant étranger bafouiller à propos de Gaza en expliquant combien la vie est formidable sous le Hamas, sans remarquer les terroristes autour de lui.
17 juin 2015, 7:00am
Image via Youtube

Le ministère des Affaires étrangères israélien a publié une vidéo à la South Park dans laquelle il se moque de la couverture du dernier été de guerre sanglant à Gaza faite par les journalistes étrangers, correspondants pour des médias internationaux. Cette vidéo dénonce une couverture inexacte et bête des événements.

La vidéo qui dure 49 secondes met en avant un homme blond en costume, qui ressemble franchement au reporter de la série South Park, Chris Swollenballs. On le voit en train de faire un reportage dans les rues de la ville de Gaza. Alors qu'il parle à la caméra, il ne se rend absolument pas compte de ce qu'il se trame dans son dos. Il explique à l'objectif : "Les gens ici essaient de mener des vies tranquilles, il n'y a pas de terroristes ici", au même moment derrière lui, un homme masqué tire une roquette.

Dans la deuxième scène, le correspondant visite avec insouciance un réseau de tunnels du Hamas, utilisé par les militants pour lancer des attaques. Le correspondant qualifie l'installation de "tentative fascinante... de créer un métro", alors qu'une file de combattants armés passe derrière lui en suivant un panneau qui indique "Israël".

L'avant-dernière scène montre ce reporter candide en train de décrire la société palestinienne, sous domination du Hamas, comme "progressiste et pluraliste", alors que derrière lui, un militant armé kidnappe un homme sous un drapeau LGBT arc-en-ciel.

La vidéo se termine lorsque quelqu'un tend une paire de lunettes au journaliste et que celui-ci tombe dans les pommes lorsqu'il réalise enfin la nature de la situation qui l'entoure. Le film se termine avec le message suivant : "Ouvrez les yeux — C'est la terreur qui gouverne à Gaza."

En réaction à la diffusion de ce clip mardi, l'Association de la presse étrangère en Israël (FPA) a expliqué être "surprise et inquiète" que le ministère des affaires étrangères "perde du temps" à produire une vidéo ridiculisant le travail des journalistes documentant la guerre.

"Publier des vidéos trompeuses et mal conçues sur YouTube est déplacé et décrédibilise le ministère qui dit respecter la presse étrangère et sa liberté de travailler à Gaza," écrit la FPA dans une déclaration publiée sur son  site internet.

Au moins 2 200 Palestiniens, principalement des civils, 73 Israéliens, principalement des soldats, et 19 journalistes ou employés de médias ont été tués au cours des 51 jours de combat qui ont eu lieu en juillet et août 2014.

Pendant et après cette guerre de l'été dernier, Israël a été critique envers la couverture médiatique effectuée par des médias étrangers. Le pays reprochait à ces médias de ne pas montrer d'images des combattants du Hamas et des tirs de roquettes effectués par ceux-ci. Israël rejetait l'argument disant que les combattants du Hamas sont pour la plupart "invisibles" aux yeux des correspondants étrangers pendant les combats, soit parce qu'ils se trouvent dans des zones de combat extrêmement dangereuses ou parce qu'ils se cachent au sein des civils.

Dans une interview au quotidien israélien Haaretz en août dernier, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Yigal Palmor se demandait pourquoi des photographes aguerris n'ont pas pu prendre "une seule" photo de combattants, étant donné que c'est "le genre de photo exclusive pour laquelle ils risquent leur peau habituellement".

La publication de la vidéo par le ministère des Affaires étrangères, ce lundi soir, suit de près les critiques du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu contre le rapport du Conseil pour les droits de l'homme des Nations Unies (UNHRC) sur cette guerre, qui doit être publié cette semaine.

Netanyahu, a accusé le UNHRC de ne pas être impartial à propos d'Israël. Dimanche, il a dit que les conclusions du rapport, pas encore publiées, étaient une tentative de "noircir" l'image d'Israël et que la lecture du rapport serait "une perte de temps".

À lire : Un clip de campagne de Netanyahou dit que si la gauche passe, l'EI envahira Israël

Dans un contre-rapport publié lundi, Israël a détaillé les mesures qui auraient été prises par les militaires pour éviter les pertes civiles et a accusé le Hamas de forcer les civils à rester dans leurs maisons même si des avertissements leur ont été donnnés pour qu'ils quittent leur maison avant les bombardements.

Afin de défendre le style "South Park" de la vidéo, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Nashon, a dit au New York Times que c'était "une gentille tentative de pique pour les journalistes qui choisissent de ne pas voir la réalité".

"Le fait que ce petit film crée le débat montre que ça a touché une corde sensible," a-t-il ajouté.

À voir : Gaza, après la guerre (Partie 1)

Suivez Harriet Salem sur Twitter : @HarrietSalem