Des mecs décrivent ce que ça fait quand c’est la femme qui est à l’origine de la demande en mariage

« C’était une sorte de joie irréelle, j’avais la tête qui tournait, et je n’avais jamais expérimenté ces joies-là. »

|
18 Avril 2019, 8:36am

Photo by Gregory Richards

Les rôles de genre n’épargnent personne. Devoir rester parfaitement épilée tout en fournissant un soutien émotionnel à votre famille est à peu près aussi contraignant que de ne pas être autorisé à pleurer alors que vous croulez sous les factures. Tandis que l’on continue d’assigner certaines tâches à un sexe, beaucoup de gens se sont rendus compte que ces attentes ne servent pas à grand-chose.

Et pourtant, faire sa demande en mariage reste aussi déterminé par le sexe qu’avant. Une étude datant de 2017 pilotée par le site d’organisations de mariages The Knot a constaté qu’environ 1% des demandes en mariage chez les couples hétérosexuels sont faites par la femme. La semaine dernière, après avoir lu un thread Reddit qui se posait la question « Les hommes dont c’est votre femme qui a fait la demande, ça vous fait quoi ? », j’ai commencé à percevoir la beauté d’une relation où la pression de la demande ne tombe pas sur personne en particulier, et surtout pas du fait du sexe. Intriguée par cette idée, je suis allé parler à des hommes – dont c’est leur copine qui a fait la demande – afin de savoir comment ça s’est passé et de leur ressenti.

J’ai appris que laisser faire la demande à celui qui se sent le plus à même de le faire en premier fait apparaître plus de spontanéité, de flexibilité et de créativité dans un geste qui est supposé signifier vouloir passer le reste de sa vie avec quelqu’un – si c’est votre genre de truc, vous voyez.

Matt, 40 ans

VICE : Comment est-ce que ta copine a fait sa demande ?
Matt : Josey et moi sommes allés faire du camping dans les Adirondacks. C’était la saison où les feuilles changent de couleur, au cœur de l’automne, c'était la première fois et incroyablement beau. Donc on a conduit jusqu’au chemin de randonnée, et Josey n’était pas contente de notre retard..

On a escaladé jusqu'au sommet. C’était le plus petit des hauts sommets, mais ça a été une super randonnée, avec une vue fantastique. On est arrivé en haut, c’était super beau, et j'ai fait un petit tour pour prendre des photos. Josey m'a pris à part, comme si elle voulait me parler. J’ai d’abord pensé qu’elle ne voulait pas que je m’approche trop des bords abrupts, et qu’elle allait me dire d’arrêter. Puis elle est devenues toute affectée. Et là, elle m'a demandé en mariage, putain. Tôt dans notre relation, Josey m’avait certifié que le mariage n’était pas un truc qui lui arriverait, et alors que je pensais que je pourrais l’avoir à l’usure au bout d’une décennie, ce n’était pas au programme. Les premiers mots que j’ai prononcé étaient : « Tu es bête » et tout le monde s’est moqué de moi en assurant que j’étais nul. Et puis elle m’a redemandé et j’ai dit oui, et c’était comme si on était tous les deux des personnes nouvelles et différentes. Son frère Gregory Roberts est photographe à Colombus dans l’Ohio et il était là, prêt à prendre une photo, c’est là que je me suis rendu compte de ce qui ce passait, c’était une grande demande en mariage. Tout le monde a dit à Josey de s’agenouiller, parce qu’elle n’était pas sûre de le faire, et elle m’a demandé et j’ai dit oui, c’était beau. Elle m’a donné un anneau avec une boussole en plastique dessus en guise de bague de fiançailles provisoire, qui a depuis été remplacé par une alliance qui sied à mes exigences mais il sera considéré comme sacré pour toujours. Elle m’a également donné un bracelet en cuir pour mon Apple Watch (c’est un cadeau qui signifie beaucoup pour quelqu’un comme moi) avec « Veux-tu m’épouser ? » écrit dessus.

L’alliance initiale de Matt

Avais-tu déjà pensé qu’elle ferait la demande ?
Je ne m’attendais vraiment pas du tout à ce qu’elle le fasse. Je voulais vraiment me marier, mais quand elle m’a dit « hors de question, » je me suis demandé pourquoi c’était si important pour moi et je n’ai pas vraiment trouvé de réponse. C’était comme si nous étions déjà mariés de toute façon. Ma famille s’était faite depuis longtemps à l’idée que je ne me marierais jamais, donc ça n’avait pas d’importance.

Comment t’es-tu senti ? Je sais que certaines femmes craignent que l’expérience puisse être humiliante pour leur conjoint, c’était vrai pour toi ?
C’était une sorte de joie irréelle, j’avais la tête qui tournait, et je n’avais jamais connu ça. Je ne me suis certainement pas senti humilié – je me fiche de ces trucs. Bon, c’est vrai, j’ai été élevé dans l’ouest de la Pennsylvanie dans les années 1980, donc c’est sûr que j’ai ce côté homme en moi, mais il est simplement arrivé un moment où si je trouvais quelque chose que je jugeais incohérent, ou si je remarquais que je disais des trucs cons – ce genre d’idées reçues subtiles et insidieuses que les hommes ont sur les femmes et dont ils ne se rendent même pas compte qu’elles sont injustes – j’arrêtais simplement de les dire, et surtout, j’arrêtais d’y croire. Même si l’autre jour j’ai commandé une Apple Watch 4 dorée, et la seule couleur de bracelet disponible était le rose, et j’étais surpris de n’être pas vraiment en confiance et d’avoir l’impression d’acheter une montre de filles. Mais bon, s’améliorer soi-même, c’est comme courir un marathon : c’est long. D’un autre côté, il est vrai que j’incarne un certain nombre de valeurs traditionnellement masculines, pas juste celles qui feraient de moi un connard.

En tant qu’homme, y avait-il une sorte de pression de faire la demande ? Et penses-tu qu’un jour les demandes en mariage deviendront un truc non-déterminé par le sexe ?
Pour moi, non, il n’y avait pas de pression, mais quand j’envisageais l’idée de me fiancer avec Josey, je me voyais toujours en train de faire la demande. Je pense que beaucoup d’hommes, et probablement une vaste majorité, perçoivent toujours la demande comme quelque chose qui les concerne nécessairement. Et il en va de même pour beaucoup de femmes… Je pense que ça dépend de la relation qu’on entretient. Mon frère a fait sa demande à ma belle-sœur, et c’était la bonne chose à faire pour eux. Josey m’a demandé en mariage, et c’est pareil. J’ai bon espoir qu’arrive un monde dans lequel la pression et les attentes autour du genre n’existent plus du tout. Même si la plupart des hommes et des femmes qui pensent que c’est à l’homme de faire la demande ne seront probablement pas réceptifs, au sens intuitif, à n’importe quelle idée qui inclut l’expression « non-déterminé par la genre.» Mais oui, j’ai bon espoir que plus les gens contestent les normes de genre, plus ce genre de choses soit présent dans la vie et le contenu social des gens qui ne le font pas, et que ces gens finiront par avoir des idées plus ouvertes que celles qui semblent les aliéner maintenant.

Quelles ont été les réactions des gens ?
Elle avait demandé la permission de mes parents, donc de leur côté c’était la jubilation la plus totale. Il y a eu deux personnes sur les réseaux sociaux qui ont fait des blagues, et un couple qui nous a soutenu mais qui ne comprenait pas comment je pouvais accepter cette idée. Notre amie Olivia Locher, qui est devenu connue avec son livre de photos « I Fought the Law » a pris nos photos de fiançailles, qui ont été très bien acceptées par notre entourage, à travers le prisme politique, dans la ville et à la maison.

Une des photos de fiançailles de Matt et Josey.

Anthony, 35 ans

VICE : Comment est-ce que ta copine a fait sa demande ?
Anthony : Notre première fille venait de fêter son premier anniversaire et cette année avait vraiment été dingue. Ma belle-mère gardait la petite à la maison, c’était mon anniversaire, et ma copine (à l’époque) et moi étions allés boire des verres après le boulot. Rien de dingue, mais c’était juste génial d’avoir du temps tous les deux après toute cette première année avec le bébé. On parlait de plein de choses quand tout d’un coup depuis l’autre côté de la table, elle commence à vraiment prendre du temps à me dire quelque chose. Et puis elle ne m’a pas vraiment demandé en mariage, elle a simplement suggéré qu’on devrait se marier et m’a demandé si je pensais pareil. Bien sûr, c’était le cas, et j’étais content qu’elle demande, qu’elle ait décidé que nous étions prêts pour ça. C’était un moment humble, qui nous va très bien.

Avais-tu déjà pensé qu’elle te demanderait de l’épouser ? Vous en aviez déjà discuté ?
Nous avions un enfant, nous étions sur le point d’acheter une maison après tant d’années de location, donc nous en parlions souvent. Et puis nous nous connaissions depuis 12 ans à l’époque. Donc je m’attendais à ce que ça finisse par arriver, mais simplement pas à ce moment précis. Mais vu que nous en parlions souvent, ce n’était pas une énorme surprise.

Comment t’es-tu senti après la demande ? Est-ce que, d’une quelconque façon, tu t’es senti humilié ?
Je ne me suis absolument pas senti humilié. Nous avons toujours été égaux dans notre relation et à cet égard ça n’avait pas d’importance de savoir qui allait faire la demande en premier. À côté de ça, nous n’avions pas d’attentes spécifiques à propos du mariage. Pas de robe blanche, de cérémonie, d’alliances. Nous nous sommes mariés un lundi matin à la mairie (la loi exige que chaque mairie puisse proposer un mariage gratuitement), ça a duré 10 minutes. Nos parents n’étaient même pas là. Deux mois plus tard, nous avons fait une grosse fête pour célébrer ça. On a chacun préparé un petit discours parce qu’on voulait montrer à nos amis et notre famille combien on s’aimait. Mais c’était tout, le reste de la soirée c’était juste une belle fête.

As-tu déjà senti une sorte de pression pour faire la demande ?
Non, je n’ai jamais senti une pression. Cela dit, j’imagine que ça peut être différent pour d’autres personnes. Même si je ne dirais pas que c’est un truc déterminé par le sexe, je pense que c’est plutôt à cause de la signification qui est donnée au rituel du mariage. Il y a tellement d’attentes autour du fait de se marier que ça met beaucoup de pression sur un couple. Il faut savoir dans quoi on s’aventure avant de faire sa demande. Je recommanderais aux gens de ne pas se soucier des attentes des autres et de penser à ce qu’ils veulent vraiment pour eux et pour leur moitié. C’est tout ce qui compte après tout.

Dude S., 30 ans

VICE : Comment est-ce que ta moitié a fait sa demande ?
Dude : Elle m’a demandé en mariage pour mon 25ème anniversaire, dans un grand festival de musique du Midwest. Apparemment, elle avait mis dans le secret tout le reste du camping, donc ils savaient tous. Mais ce jour a commencé comme n’importe quel autre anniversaire dans le sens où j’ai fait la fête comme un taré. Donc quand l’après-midi est arrivé et que son plan était prêt à être enclenché, j’étais excité comme une puce. On s’est assis sous un dôme en bois, elle s’est agenouillée et d’un coup, j’ai commencé à pleurer. Elle m’a dit combien je comptais pour elle et qu’en ce jour qui comptait (mon 25ème anniversaire) elle voulait faire quelque chose d'important : elle m’a demandé de l’épouser. Il y avait un mec qui ne se rendait pas compte de ce qui se passait et qui a lâché une galette, et le mec à côté de moi était quasiment aussi défoncé que moi donc ils nous ont fait l’honneur de partager ce moment aussi particulier.

Est-ce que tu t’y attendais, même un tout petit peu ?
Je ne me doutais absolument pas qu’elle était sur le point de me demander en mariage. Elle avait pris ma main un matin après une soirée, pour mesurer la taille de mon doigt je suppose, mais j’étais dans une telle gueule de bois que je n’avais pas vraiment capté ce qui s’était passé, ce n’est que bien plus tard, quand on s’est vraiment mariés, que j’ai compris. Et on n’avait jamais parlé de mariage non plus auparavant.

Comment l'as-tu vécu d’être celui qui était demandé en mariage ?
Le fait que ce soit elle en particulier qui me fasse la demande ne m’a rien fait en particulier. Notre relation a toujours été originale. C’est elle qui m’a demandé mon numéro de téléphone, qui m’a embrassé la première fois – ça ne m’a pas dérangé. En fait j’aime bien qu’elle prenne les choses en main.

Sebastian, 40 ans.

VICE : Comment est-ce que ta copine t’a demandé en mariage ?
Sebastian : Le jour de ma soutenance finale elle m’a emmené à notre magasin de disques habituel. On regardait les tourne-disques parce que de toute façon on voulait en acheter un nouveau. Elle en a montré un du doigt et m’a demandé ce que j’en pensais. En regardant de plus près, j’ai vu un petit carton avec mon nom dessus. Il y avait aussi écrit : « Confrontons-nous à la musique et dansons. » Moi, bien sûr, je ne comprenais pas ce qui se passait. Je me disais, sûrement un cadeau pour ma soutenance. Mais elle s’est tournée vers moi et a dit : « Maintenant que tu as ton diplôme de technicien, je voulais te demander si tu voulais aussi être mon mari ? »

Tu as été surpris ?
J’ai été très surpris, surtout que je venais de réussir ma soutenance, j'avais donc la tête ailleurs. On avait déjà parlé de mariage et on était tous les deux favorables à l’idée. On n’avait jamais parlé de qui devait le faire. Je sais qu’elle attendait que je le fasse, mais en fin de compte elle n’a pas voulu attendre plus. Elle est assez spontanée et a senti que c’était quelque chose qu’elle voulait vraiment, donc pourquoi attendre ? En fait, j’avais dans l’idée de demander à un de ses artistes préférés de venir jouer sur son lieu de travail pour le faire.

Comment t’es-tu senti après la demande ? Est-ce que ça a détruit des idées reçues sur la détermination par le genre ?
Nous n’avons pas vraiment ce genre de relation fondée sur des rôles strictement liés au genre. Ma mère était seule et j’ai été élevé avec elle, mes tantes et mes sœurs. Le seul homme était mon grand-père, j’ai l’habitude d’être entouré de femmes. Elle m’a demandé en mariage, elle gagne plus d’argent et dès le début j’avais dit que j’envisageais bien l’idée d’être un père au foyer un jour. Je ne me suis pas senti humilié ou émasculé mais ce ne sont pas des principes qui s’appliquent à notre relation de toute façon.

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.