Publicité
migrants

Le Canada va accueillir 1 200 réfugiés yézidis d'ici la fin de l'année

Au cours des quatre derniers mois, le Canada a discrètement accueilli 400 réfugiés yézidis, et 800 autres vont arriver dans le pays d’ici la fin 2017.

par Rachel Browne
22 Février 2017, 10:39am

Giannis Papanikos/AP

Au cours des quatre derniers mois, le Canada a discrètement accueilli 400 réfugiés yézidis, survivants du joug des djihadistes de l'organisation État islamique, et 800 autres vont être accueillis dans le pays d'ici la fin 2017.

Le ministre fédéral de l'immigration, Ahmed Hussen, a dévoilé ce plan lors d'une conférence de presse tenue ce mardi. Les Yézidis sont victimes de génocide, de torture, et d'esclavage sexuel depuis 2014 et l'arrivée de l'EI. Le Canada est l'un des rares pays à accueillir le groupe persécuté, suivant l'exemple de l'Allemagne.

Le gouvernement canadien avait précédemment livré quelques détails sur ce programme, qui coûtera 28 millions de dollars. Les 400 personnes qui sont déjà arrivées venaient de l'extérieur de l'Irak — ce qui signifie qu'elles avaient réussi à fuir la région et avaient trouvé refuge au Liban ou en Turquie. Le ministre a indiqué que les autres Yézidis accueillis d'ici la fin d'année viendront du nord de l'Irak, où ils sont nombreux à vivre dans des camps créés pour les déplacés internes.

Cette annonce survient alors que de nombreux réfugiés arrivent illégalement au Canada depuis les États-Unis. Hussen a tenu à assurer que les antécédents médicaux et criminels des réfugiés yézidis ont été vérifiés avant leur arrivée dans le pays.

« Nombre d'entre eux ont connu des traumatismes physiques et émotionnels inimaginables. Beaucoup ont besoin d'être aidés d'un point de vue psychologique, mais aussi au niveau physique et social, » a déclaré Hussen, ajoutant que le ministère va faire son possible pour que les familles accueillies restent ensemble — bien que le programme ne concernait à la base que les femmes et filles yézidies.

Un employé du ministère a indiqué aux journalistes que le gouvernement devait garder secret ce programme, puisque de nombreux Yézidis n'avaient pas dit à leur famille les sévices qu'ils avaient subis. Les victimes craignent que leurs familles restées au pays subissent des représailles si leur emplacement était révélé. Pour des raisons de sécurité, l'accueil des familles se fera dans la discrétion, contrairement à l'arrivée des réfugiés syriens au Canada en 2015 et 2016.

« Ils ont peur qu'on les traite comme des victimes, » a indiqué l'employé du ministère. « Nous devons faire attention à ne pas les revictimiser ou les retraumatiser. »

Michelle Rempel, une députée à l'origine de la motion proposant l'accueil des Yézidis, a déclaré se réjouir de cette annonce, tout en espérant que d'autres pays suivent l'exemple. Rempel s'inquiétait du manque d'informations fournies par le gouvernement sur l'accueil des réfugiés. Comme certaines ONG, Rempel ne pensait pas que le gouvernement parviendrait à accueillir les Yézidis dans les temps.

« Ces gens sont probablement les plus vulnérables et les plus persécutés au monde en ce moment, » a dit Rempel. « La réalité est que, si la communauté internationale ne fait rien, ils seront effacés de la surface de la Terre. »

Des spécialistes de la situation des Yézidis avaient précédemment confié à VICE News que cette communauté a besoin d'aide chez elle, pour conserver son héritage et éviter que d'autres atrocités soient commises contre elle en Irak.


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR