Comment de vieilles photos d’espions permettent d'étudier le changement climatique ?

Deux scientifiques de l'université de Virginie ont déterré un trésor de données inestimable : des photographies prises par des espions durant la Guerre froide.

|
11 avril 2017, 9:45am

Deux scientifiques de l'université de Virginie ont déterré un trésor de données inestimable pour leur étude du changement climatique : les photographies prises par des espions durant la Guerre froide.

Les avions et les satellites américains et soviétiques ont produit un nombre incalculable de photos des superpuissances rivales. Et pendant que les États-Unis cherchaient des traces de l'activité militaire et nucléaire en URSS, ils ont pris des milliers de photos détaillées de la toundra sibérienne occidentale – photos idéales aujourd'hui pour expliquer les effets du changement climatique sur la région.

Le professeur de l'université de Virginie, Howie Epstein, et son doctorant, Gerald Frost, ont décidé d'utiliser les photos, prises entre 1960 et 1984 et déclassifiées après la fin de la Guerre froide, pour les aider dans leur étude de la toundra et identifier les effets particuliers du changement climatique sur cette région reculée. Les vieilles photos d'espion avaient déjà été utilisées dans le passé pour découvrir des sites archéologiques inconnus en Irak, en Turquie et en Syrie.

« Nous sommes en mesure de situer les lieux exacts, en détail, sur plusieurs décennies », a déclaré Epstein à UVA Today. Les scientifiques savent bien que l'Arctique verdit depuis des décennies, mais la toundra Sibérienne n'a pas été observée de près par les satellites jusque très récemment. Les photos d'espions fournissent donc des informations cruciales sur ce qui se passe en Sibérie depuis des dizaines d'années.

« Nous savons maintenant que la Sibérie verdit aussi, avec de grands arbustes et de la forêt », a déclaré Epstein. « La végétation a grandi et gagné du terrain ».

En regardant de plus près les onze régions de Sibérie, Epstein et Frost ont été capables d'identifier l'expansion d'une certaine flore – de grands arbustes comme des bouleaux, saules, aulnes et pins – sur une durée d'un demi-siècle. Le réchauffement climatique permet aux plantes de gagner du terrain au nord, mais quand les arbustes (qui absorbent la chaleur) rencontrent la neige (qui la reflète), cela réchauffe encore plus le climat régional. Si les scientifiques ont observé que la toundra verdissait depuis plusieurs décennies, ils n'ont toujours pas trouvé pourquoi la toundra brunissait.

« L'évolution de la végétation pourrait être inversée », a supposé Epstein auprès de UVA Today. « On ne sait pas encore pourquoi, mais c'est clair que la dynamique des végétations dans la toundra est plus complexe qu'ailleurs. Nous avons encore beaucoup à comprendre des changements dans l'Arctique, et quel impact cela a sur le climat global ».


Suivez VICE News sur Twitter : @vicenewsFR

Likez la page de VICE News sur Facebook : VICE News FR

Plus de VICE
Chaînes de VICE