amour

Les grandes questions de la vie pourraient conduire à l’infidélité

Une étude montre que l’infidélité pourrait être inhérente au passage à l’âge adulte.
25 juillet 2017, 3:34pm
Photo : Studio Firma via Stocksy.

L'infidélité est un effet secondaire du passage à l'âge adulte et du questionnement sur la vie qui l'accompagne souvent, selon une récente étude publiée dans le Journal of Sex Research.

Les chercheurs de l'Université du Tennessee voulaient mieux comprendre pourquoi les jeunes adultes vont voir ailleurs. Ils ont recruté 104 adultes de 22 ans en moyenne, hétérosexuels pour la plupart, qui ont été infidèles dans les six derniers mois. Avant de commencer, on leur a fait lire un texte d'un paragraphe qui leur assure que l'infidélité est courante pour qu'ils soient plus à l'aise de donner des détails au sujet de leur aventure secrète.

Chacun a donc raconté ses aventures actuelles ou passées, donné par écrit les raisons pour lesquelles ils ont eu des rapports intimes avec une autre personne que leur chum ou leur blonde, et répondu à un questionnaire qui visait à établir leur degré d'attachement à leur conjoint.

Résultat, une majorité de participants (76 personnes) étaient insatisfaits. Par exemple, parce que leur conjoint ne comblait leurs besoins : mauvaise communication, manque de piquant ou sentiment de ne pas être aimé. Pour d'autres, c'était à cause de la solitude, de l'ennui ou encore du manque d'intérêts communs.

Certains (65 personnes) ont mentionné qu'ils avaient sauté la clôture parce qu'ils avaient été attirés par une autre personne ou que l'interdit les avait excités. « Je n'étais pas prête à être fidèle, j'avais envie de quelque chose de plus excitant, d'une aventure. Le confort et la constance d'une relation stable, ce n'était pas pour moi », a indiqué une femme de 23 ans.

Pour un plus petit nombre (23), il s'agissait de facteurs touchant l'identité. Un des participants, notamment, a expliqué que sa blonde acceptait difficilement qu'il soit bisexuel.

« On voit le début de l'âge adulte comme une période d'exploration et d'expérimentation, alors il est possible que l'infidélité soit un moyen par lequel une personne comble son besoin d'indépendance et d'interdépendance, et favorise son développement individuel », ont écrit les auteurs de l'étude après analyse des données.

À lire aussi : La vie sexuelle d'un homme infidèle

Toutefois, ils notent aussi que cette hypothèse n'explique que partiellement pourquoi de jeunes adultes décideraient d'être infidèles. « Il y a eu 65 raisons d'être infidèle que nous n'avons pas pu associer au développement. » Des facteurs comme l'alcool ou le contexte social ont joué un rôle dans certains des cas.

Les chercheurs ont aussi déterminé deux visions de la relation potentiellement liées à l'infidélité : les personnes qui évitent une trop grande proximité ont tendance à penser que leur conjoint ne comble pas leurs besoins intimes, tandis que ceux qui tiennent à cette proximité pensent que leur conjoint ne leur donne pas assez d'espace.

Pour plus d'articles comme celui-ci, inscrivez-vous à notre infolettre.

« Le passage à l'âge adulte est une phase du développement unique au cours de laquelle on se pose beaucoup de questions, et il est important de s'interroger sur le contexte dans lequel se produit l'infidélité », explique Jerika Norona, l'auteure principale de l'étude, qui est étudiante à l'Université du Tennessee et stagiaire en psychologie à San Francisco.

Elle suggère de réfléchir à ce que l'on veut retirer d'une relation avant de s'engager trop sérieusement. « Ça peut aider à faire coïncider les objectifs individuels et relationnels. S'ils ne coïncident pas, on peut discuter de façons d'atteindre ces objectifs dans la relation. »

Et si ça ne marche pas, « on peut toujours rompre, conclut-elle. C'est aussi normal. »