Publicité
Food by VICE

Arrêté pour avoir fait bouillir des os humains (et bu leur jus)

Il y a mille façons de préparer un bouillon avec des os et aucune d'entre elles ne nécessite d’aller profaner un cimetière.

par Jelisa Castrodale
10 Mai 2019, 3:47pm

Photo : Getty Images 

Il existe d'innombrables façons de préparer un bouillon à base d'os – probablement autant qu’il y a de cuisiniers dans le monde. Il y a par exemple ceux qui préfèrent les rôtir avant de les plonger dans l’eau ou ceux qui les font longtemps mijoter directement dans la cocotte.

Mais quelle que soit la recette que vous choisissez, la première étape ne consistera probablement pas à aller profaner la tombe d’un inconnu dans le cimetière voisin. C’est pourtant ce qu’aurait fait Lucas Dawe selon le Chronicle Herald.

Ce Canadien de 20 ans est accusé d’avoir volé un squelette et d’avoir fait le con avec. Faire le con s’appliquant ici à l’action de faire bouillir les os puis d’en boire le jus – un témoignage anonyme recueilli par les autorités assure l’avoir vu « lécher les ossements ».

La police de Terre-Neuve a donc été appelée sur le T'railway, un sentier de randonnée situé près d’un cimetière, où des restes d'un squelette humain ont été retrouvés. Une découverte qui, couplée au récit d’un témoin, mènera à l’arrestation de Dawe.

Le médecin-légiste a confié que c’était aussi la première fois qu'il appelait des gens pour leur dire que le cadavre d’un membre de leur famille avait été volé puis cuit à l’eau.

Le D. Nash Denic, médecin-légiste, a déclaré que c'était le premier recel de squelette dont il avait entendu parler dans la région. Il a confié que c’était aussi la première fois qu'il appelait des gens pour leur dire que le cadavre d’un membre de leur famille avait été volé puis cuit à l’eau.

Toutes les preuves suggèrent que les restes appartenaient à une personne décédée dans les années 1800 dont l'identité n'a pas été révélée. (Personne qui doit, à l'heure où l'on écrit ces lignes, se balader dans le corps de Lucas Dawe).

« Quand quelqu'un enterre un proche dans un cimetière, on dit souvent qu’il s’agit du dernier lieu de repos du défunt. Je trouve ça personnellement choquant que quelqu’un puisse faire mentir la liturgie », a déclaré l'archidiacre Sam Rose du diocèse anglican de l'est de Terre-Neuve-et-Labrador.

Pour les archéologues, le jus démoniaque à l’odeur putride et à la couleur rouille était avant tout une combinaison de restes squelettiques et d’eaux usagés.

Cette passion pour les smoothies à base de cadavres n'est pas nouvelle. En juillet dernier, des archéologues ont ouvert un sarcophage égyptien vieux de 2 000 ans. Un Britannique a rapidement lancé une pétition sur Change.org pour que la boue rouge contenue dans le cercueil soit transformée en soda.

« On doit absolument boire le liquide rouge contenu dans le sarcophage maudit sous la forme d’une boisson énergisante gazeuse pour pouvoir assumer ses pouvoirs et enfin mourir », avait écrit Innes McKendrick. Pour les archéologues, le jus démoniaque à l’odeur putride et à la couleur rouille était avant tout une combinaison de restes squelettiques et d’eaux usagés.

McKendrick confiait à MUNCHIES que le goût aurait probablement « celui de la plupart des autres boissons non alcoolisées dérivées d’ossements ». Avant d'ajouter que la boisson allait probablement déclencher la colère de « dieux égyptiens immortels » et causer la destruction de toute l’humanité. Il n’y a pas un jour qui passe sans que je ne pense à en faire des shots.

Pendant ce temps, Lucas Dawe doit également répondre aux accusations de vol à l'étalage dans une supérette Circle K (à trois reprises). Mais, à moins qu'il ait chouravé une tête coupée et une amulette ancestrale, c'est probablement le cadet de ses soucis.


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES US

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard