« Ne pas laisser à Mélenchon le monopole de la rue »

Ceux qui se sont imposés en première ligne de la mobilisation anti-loi Travail réinventent les modes de contestation classiques.

|
13 octobre 2017, 2:55pm

Manifestation contre la loi Travail, 9 mars 2016, Paris. Photo : Étienne Rouillon/VICE News

Pendant la mobilisation contre la loi Travail du printemps 2016, un élément a focalisé l'attention : le cortège de tête. Pendant plusieurs mois, des centaines de personnes engoncées dans des cirés noirs identiques ont pris la tête des manifestations devant les syndicats, en utilisant la technique du « black bloc » (en résumé, former un imposant bloc de manifestants anonymes). Cette composition très hétérogène et souvent fantasmée a fait parler d'elle notamment grâce à ses slogans empruntés au rap français (comme « Se lever pour 1 200 c'est insultant » emprunté à SCH), mais aussi à l'occasion d'affrontements répétés avec les forces de l'ordre. En avril dernier, le cortège de tête a même reçu les honneurs du Comité invisible dans leur dernier ouvrage intitulé Maintenant, où il est qualifié de « geste » qui fait « un usage autre que symbolique du fait de prendre la rue ».

Mais lors des récentes manifestations contre les ordonnances visant à réformer le Code du travail, le cortège de tête semble avoir perdu de son mordant, d'après plusieurs militants autonomes interrogés.

D'abord, la police s'y est adaptée, notamment en restant à bonne distance des cortèges. La mise en place de Synapse, une cellule de la préfecture de police chargée de mettre au point de nouvelles techniques du maintien de l'ordre, pourrait être à l'origine de cet ajustement tactique des forces de l'ordre. Ensuite, les rangs du cortège de tête semblent être moins motivés et organisés que l'année dernière, de l'avis d'un militant autonome habitué des manifestations. Enfin, les limites du cortège de tête sont débattues depuis quelques mois dans le milieu militant, comme en atteste cette tribune intitulée « Aller au-delà du cortège de tête ». Ainsi, depuis quelques semaines, on semble assister à une tentative d'export du cortège de tête en dehors du cadre classique des manifestations.

Le 23 septembre, plusieurs dizaines de militants autonomes se sont invités à une manifestation de la France insoumise (LFI) organisé à Paris, afin de proposer une « perspective plus désirable à ceux qui se retrouvent derrière Mélenchon par défaut », selon les organisateurs de l'événement. Après avoir pris la tête du cortège pendant une partie du parcours, une poignée de militants autonomes a essayé de s'introduire sur la scène installée sur la place de la République, alors que Jean-Luc Mélenchon allait s'exprimer. Quelques heurts ont éclaté avec le service d'ordre de LFI, qui s'est opposé à cette intrusion. Finalement, les autonomes se sont dispersés en scandant un de leurs slogans de la journée : « Ni Dieu, ni maître… ni Mélenchon ».

Ce jeudi, les autonomes ont à nouveau fait sortir le cortège de tête de son habitat classique à l'occasion d'une « chasse aux DRH » organisée dans le Bois de Boulogne. Un petit rassemblement était organisé pour troubler le congrès annuel des DRH des grandes entreprises françaises. Une cinquantaine d'autonomes habitués du cortège de tête étaient présents et ont essayé de s'introduire – sans succès – dans un complexe qui accueillait le congrès. Trois véhicules ont été incendiés pendant que les DRH se demandaient « comme concilier hypercroissance, stabilisation de l'organisation et agilité sur un marché très concurrentiel » et 41 personnes ont été interpellées pour « jets de projectiles sur agents de la force publique, port d'arme prohibé, et participation à un attroupement en étant porteur d'une arme. »

Pour essayer de comprendre ce qui se trame dans le milieu militant parisien, on a contacté des anciens du MILI (Mouvement Inter-Luttes Indépendant), qui faisait partie intégrante du cortège de tête au printemps dernier, parmi d'autres groupes. Si le MILI s'est depuis auto-dissout, ses membres continuent de participer aux activités militantes de la capitale.

VICE News : Mi-septembre, une tribune signée par « quelques autonomes » appelait à aller « au-delà du cortège de tête ». Vous partagez ce point de vue ?
Cette tribune publiée sur Paris Luttes Info vise juste, mais nous connaissons cette problématique depuis longtemps. Cette réflexion critique sur le cortège de tête a été initiée au moins depuis la manifestation nationale du 14 juin 2016. Nous avons constaté et critiqué la ritualisation de l'émeute et le fétichisme du cortège de tête.

Si le cortège de tête fut un élément historique et central du printemps 2016, c'est précisément parce qu'il n'était pas une entité ou un objet. Il était un vécu, une pratique, un rassemblement spontané dans les gestes et les mots, sans même faire l'effort de se poser la question de son existence. Nous étions en tête, point.

Qu'est-ce qui a changé depuis ?
Le cortège de tête est devenu un problème lorsque nous avons commencé à le désigner, à le réifier, à en faire un objet, une chose de laquelle il fallait prendre soin. Nous avons peu à peu perdu l'immédiateté de notre rapport au cortège de tête, pour en faire un objet de réflexion, de débat, sinon de culte.

C'est précisément en envisageant le mouvement contre la loi travail qu'à travers le prisme des manifestations récurrentes que nous avons été battus : il suffisait de briser toute possibilité de manifester pour tuer le mouvement. Ce que le gouvernement a compris et s'est empressé de faire le 23 juin, en allant jusqu'à encager les manifestants près de Bastille pour les faire tourner autour d'un pâté de maisons tel un manège ridicule.

Que faudrait-il faire pour renouveler cette pratique ?
Il s'agit aujourd'hui de renouveler la forme cortège de tête, d'y réinjecter une vitalité. D'abord, en le désacralisant. Surtout, en prenant acte de ses limites. Nous ne pouvons plus agir aujourd'hui de la même manière que nous agissions lors du mouvement contre la loi travail, d'autant plus compte tenu de la profonde reconfiguration actuelle des stratégies et des dispositifs policiers. Il faut entamer une réflexion critique sur la centralité politique de la manifestation pour occuper d'autres espaces politiques et saisir d'autres opportunités d'instaurer un rapport de force et une conflictualité politique.

Si violence il y a eu, il faudrait plutôt se tourner vers les cadres de la France Insoumise, qui se vantaient d'avoir un service d'ordre assez conséquent pour répondre aux débordements.

C'est un peu ce que vous avez essayé de faire en allant au rassemblement de la France insoumise. Quel était l'objectif de votre présence à cet événement ?
L'objectif était double : ne pas laisser à Mélenchon le monopole de la rue, et proposer aux militants Insoumis une alternative. La France Insoumise rassemble des personnes qui ont bien saisi que ce monde n'est ni normal ni viable, des personnes qui refusent le capitalisme. Le problème, c'est qu'ils se rangent derrière Mélenchon qui, loin d'être anticapitaliste, ne propose que d'entretenir un monde qui nous brise.

C'est pourquoi nous avons décidé de prendre position dans cette manifestation et d'y proposer un visage différent : celui du cortège de tête. Il s'agissait pour nous d'inviter à se joindre à nous ces insoumis et insoumises de circonstance, et tous ceux qui se sont rangés derrière Mélenchon par défaut. Ou plutôt, à rejoindre un cortège déterminé et anticapitaliste, sans étiquette, sans revendication réformiste, sans leader à sa tête.

Cela ne s'est pas vraiment passé comme prévu…
L'appel que nous avons publié avait pour objectif d'apporter une réponse politique, combative, déterminée à la tentative d'accaparement et de récupération de Mélenchon. Il ne faisait aucune allusion à une quelconque violence, ni dans les mots, ni dans les intentions.

Si violence il y a eu, il faudrait plutôt se tourner vers les cadres de la France Insoumise, qui se vantaient, bien avant la manifestation, d'avoir un service d'ordre assez conséquent pour répondre aux débordements et vers la préfecture, qui parlait d'un dispositif policier permettant de faire face à une intrusion des « black blocs ».

À la fin de la marche, des altercations ont eu lieu lorsque le service d'ordre et une équipe de vigiles privée ont empêché certains militants (qui souhaitaient monter sur la scène) de prendre la parole et proposer autre chose que le discours réformiste de Mélenchon.

Notre objectif est aujourd'hui d'inciter à la désertion du « débat public »

Prévoyez-vous de nouvelles actions pour tenter de peser sur le débat public ?
Notre objectif n'est pas et n'a jamais été de « peser sur le débat public » ou « obtenir des changements ». Jamais il n'a été question de répondre aux problématiques qui nous sont imposées, mais au contraire d'imposer les nôtres, de créer un « à côté ».

Notre objectif est aujourd'hui, dans la continuité de cet effort, d'inciter à la désertion du « débat public », d'encourager à la constitution de notre propre agenda, à la réappropriation de notre propre temporalité et de nos propres espaces. Créer ou faciliter la création d'espaces de rencontre et d'organisation politique autonomes en ville, dans les facs et dans les lycées.

Concrètement, on envisage un certain nombre d'actions d'occupation ou d'ouverture de lieux autonomes, mais aussi d'imposer un autre visage à une éventuelle manifestation de Mélenchon sur les Champs-Élysées.

Suivez Pierre Longeray sur Twitter.

Plus de VICE
Chaînes de VICE