Publicité
Munchies

L'huile d'olive menacée par le réchauffement climatique

En Italie, la récolte de 2018 est la plus basse depuis 25 ans.

par Ruby Lott-Lavigna
05 Mars 2019, 5:14pm

Photo via Adobe Stock. 

Une pizza surplombée de mozzarella et de tomates qui ont poussé sur les flancs du Vésuve ? Buonissimo ! Une focaccia croustillante au romarin ? Buonissimo ! Des linguine à la 'nduja ? Buonissimo ! Le réchauffement climatique qui entraîne une baisse de 57 % des récoltes d’olives en Italie ? Pas buonissimo du tout.

Selon le Guardian, 2018 a été une si mauvaise année qu’elle pourrait obliger la Botte à importer de l’huile d’olive – un de ses produits phares – pour faire face à la demande. Une première qui a provoqué des manifestations d'agriculteurs locaux – les gilets orange – en février dernier à Rome.

Et selon un climatologue cité par le quotidien britannique, ce n'est probablement que le début des emmerdes. Le professeur Riccardo Valentini, directeur du Centro euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici (CMCC ou centre euro-méditerranéen sur les changements climatiques) et spécialiste en écologie forestière, considère le réchauffement climatique comme la cause principale du désastreux rendement des oliviers.

En plus de nuire à la croissance des plantes, la chaleur ou le froid extrême peuvent affaiblir les arbres et les rendre plus vulnérables aux maladies.

Une assertion soutenue par un rapport du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat – organisme affilié à l'ONU. Selon eux, les conditions météorologiques extrêmes, telles que les gelées du printemps dernier, les précipitations sporadiques ou les sécheresses estivales ont tellement endommagé les oliviers que les agriculteurs italiens ont subi une baisse de 57 % de leur récolte. La pire de ces 25 dernières années.

En plus de nuire à la croissance des plantes, la chaleur ou le froid extrême peuvent affaiblir les arbres et les rendre plus vulnérables aux maladies. L'année dernière, des cultures dans la région des Pouilles ont été attaquées par un foyer de Xylella fastidiosa (bactérie), ainsi que par des infestations de mouches de l'olive.

Pour faire face à la crise, les agriculteurs italiens réclament donc l'aide de l'État. Simple rappel : le réchauffement climatique est un fait scientifique et tout ce que vous aimez risque d'être impacté. Y compris la précieuse huile d'olive que vous foutez sur votre pain à l'ail ou votre tomate/mozza.


Cet article a été préalablement publié sur MUNCHIES UK

MUNCHIES est aussi sur Instagram, Facebook, Twitter et Flipboard