Un opiacé popularisé par un médecin nazi ravage l'Afrique

Le tramadol, un antidouleur hautement addictif, est de plus en plus consommé dans de nombreux de pays du continent africain – et notamment par les enfants.

par Ben Westhoff; illustrations Lia Kantrowitz; traduit par Sandra Proutry-Skrzypek
|
août 10 2018, 8:07am

Cet article a été initialement publié sur VICE US.

La crise des opiacés aux États-Unis et au Canada continue de faire les gros titres de la presse internationale. Ce que l’on sait moins, c’est que le continent africain traverse de son côté une crise similaire à cause du tramadol. Plus doux que l'OxyContin, cet antidouleur est tout de même assez fort pour assurer à ses consommateurs une défonce de haute intensité. Si aux États-Unis les opiacés font l’objet d’une réglementation stricte, en Afrique, tout le monde ou presque peut s’en procurer, que ce soit auprès des marchands ambulants ou des véritables pharmaciens.

Mais il y a un autre problème, lui aussi très inquiétant : les enfants constituent la population la plus touchée par ce phénomène. « Dans les écoles publiques, vous aurez plus vite fait de demander qui ne prend pas de kobolo », déclare un professeur de musique gabonais, faisant référence au terme d'argot pour désigner le tramadol. Il ajoute que ses élèves commencent à en prendre dès l'âge de 12 ans. En 2016, l'ancien directeur de l'agence antidrogue du Nigeria a estimé que, dans les États du nord du pays, sept garçons sur dix abuseraient de médicaments comme le tramadol.

Au Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique, le problème commence à être critique. « Il y a trois ans, j'ai remarqué que de plus en plus de gens venaient demander du tramadol sans ordonnance, en particulier les jeunes », déclare Oluwatosin Fatungase, pharmacien nigérian et conseiller auprès des jeunes. « Je ne comprenais pas d’où venait cet engouement. »

Les enfants aiment le tramadol parce qu'il est discret et peut être pris entre les cours

Les autorités africaines mettent généralement l’accent sur le cannabis, très répandu dans de nombreux pays du continent, où il pousse souvent à l'état sauvage. Les drogues comme la cocaïne sont plus difficiles à trouver et coûtent très cher. Mais les pilules de tramadol – qui arrivent par bateau depuis les usines indiennes avant d'être distribuées en Afrique aussi bien par des canaux légaux et illégaux – sont incroyablement bon marché : environ 30 centimes la boîte de dix. « Si vous êtes un trafiquant de drogue, vous voulez un produit bon marché qui peut traverser les frontières facilement, qui a des effets désirables et qui peut vous rapporter de l'argent rapidement, avec un minimum de risques, » déclare Adam Winstock, fondateur du Global Drug Survey. « Le tramadol coche toutes les cases. »

Les enfants aiment le tramadol parce qu'il est discret (pas de fumée) et peut être pris entre les cours. « Quand vous demandez aux jeunes pourquoi ils en prennent, ils vous répondent que c’est pour être défoncés, pour travailler plus longtemps ou pour avoir des relations sexuelles pendant plusieurs heures », déclare Fatungase. « Mais ils oublient les effets secondaires. Ils tombent dans le coma et meurent. C'est vraiment terrible. »

En Afrique, le tramadol provoque des milliers de décès et d’overdoses. Il détruit des vies et contribue à financer les activités de l’organisation Etat islamique, en plus d’être la drogue préférée des combattants de Boko Haram. Le problème est d’autant plus exacerbé que les Africains n'ont pas accès à la naloxone – l’antidote aux overdoses d'opiacés. La crise s'est aggravée si rapidement que les statistiques sur les décès ne sont pas encore disponibles, pas même auprès de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), à savoir la première autorité mondiale en matière d’abus de drogues. « Nous n'avons pas assez d'informations pour l’instant afin de répondre à vos questions », déclare Hélène Moussou, une représentante de l'organisation pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. « Revenez vers nous fin novembre ou début décembre. »

« À mon avis, le problème dépasse l'épidémie de fentanyl dont nous sommes témoins en Amérique du Nord », a déclaré Jeffrey Bawa, responsable du programme Sahel de l'ONUDC, à CNN. « La différence étant que cela affecte les pays les plus vulnérables du monde. »

Les données empiriques sont accablantes. En mars 2017, en Égypte, près de 70 % des personnes qui étaient en cure de désintox y étaient justement à cause du tramadol. Au Cameroun, le niveau de dépendance peut être illustré à travers une étrange histoire de phytothérapie : en 2013, des scientifiques pensaient avoir découvert qu'une plante appelée Nauclea latifolia produisait naturellement du tramadol. En réalité, les paysans en consommaient en grande quantité et en donnaient à leur bétail, au point que les résidus pénétraient dans le sol et étaient absorbés par les plantes.

L'impuissance des gouvernements africains

Le tramadol a été développé au début des années 1960 par Kurt Flick, un scientifique de la société pharmaceutique allemande Grünenthal. Il a toutefois fallu attendre 1977 pour qu’il soit commercialisé sur le marché des antidouleurs par un autre chimiste de Grünenthal, Ernst-Gunther Schenck, en tant que substitut plus doux et moins addictif que les opiacés traditionnels.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Schenck était médecin pour le compte des SS. Il se trouvait dans le Führerbunker lors des derniers jours d’Hitler avant d'être capturé par l'Armée Rouge. On le soupçonne d'avoir testé une « saucisse à base de protéines » sur les détenus du camp de concentration de Mauthausen, dont certains sont décédés à la suite de l’expérience. Et bien qu’il n'ait jamais été poursuivi pour ses crimes de guerre, il s’est vu interdire l’exercice de la médecine en République fédérale allemande. Il a toutefois obtenu un emploi chez Grünenthal et a fini ses jours en Allemagne.

Pour lui le tramadol était sans danger, et beaucoup le suivaient là-dessus. Le comité antidrogue de l'Organisation mondiale de la santé a recommandé qu'il ne soit pas réglementé à l'échelle internationale, de sorte qu'il puisse être facilement utilisé à des fins médicales légitimes en Afrique, où les patients n'ont généralement pas accès aux antidouleurs. Même si des rapports sur l'abus de tramadol en Afrique ont vu le jour, les conseillers du comité de l'OMS maintiennent leur position.

« Non, nous ne reconsidérons pas notre décision », s’insurge Marie Nougier, responsable de la recherche et de la communication pour l’International Drug Policy Consortium. L'année dernière, le groupe s’est formellement opposé à l’interdiction du tramadol. Et Nougier de poursuivre : « L’interdiction du tramadol en Afrique aurait probablement un impact très limité sur sa consommation. Cela donnerait lieu à un marché noir incontrôlable et aurait très probablement un impact significatif sur la disponibilité du tramadol à des fins médicales. »

De plus, les gouvernements africains ne savent pas non plus comment résoudre le problème. « Le silence des autorités sanitaires est assourdissant », a déclaré le directeur d'un hôpital public gabonais au journal kényan Daily Nation. Le Nigeria a saisi des millions de pilules et promis de lancer une vaste campagne de sensibilisation du public.

En attendant, l'épidémie de tramadol continue de faire des ravages parmi les jeunes à travers le continent. Si cette drogue est principalement consommée pour faire la fête, il est tout à fait possible qu'elle ait une fonction complètement différente. Selon Adam Winstock de la Global Drug Survey, à cause des taux élevés de pauvreté et des autres maux sociaux à travers l'Afrique, des millions de jeunes souffrent désormais d’un traumatisme ou d’un trouble de stress post-traumatique – c’est pour cela qu’ils se tournent vers le tramadol. « Beaucoup de patients décrivent les opiacés comme les meilleurs antidépresseurs au monde », déclare-t-il. « C’est comme être enveloppé dans une boule de coton émotionnelle. »

Ben Westhoff est l'auteur d'un livre sur le fentanyl et la crise des opiacés à paraître aux éditions Grove Atlantic.

Plus de VICE
Chaînes de VICE