Qui sont les super-héros du rap français ? (1/2)

À l'occasion de la sortie du film "Avengers : Infinity War", on a adapté les grosses têtes du rap français en version comics.

|
26 Avril 2018, 10:51am

On n’a jamais autant parlé de personnages de comics que ces temps-ci, même si c’est souvent à cause de leur présence dans des blockbusters oubliables. Cependant, pas besoin d’être un geek de niveau 5 pour avoir remarqué que dans le rap, les références à ce style d’univers de fiction pullulent depuis bien longtemps. Que ce soit pour gonfler son egotrip en se comparant à tel superhéros ou tel super méchant, les rappeurs sont plutôt très friands de la chose, certains sont même carrément fans et le revendiquent. C’est d’ailleurs un intérêt qu’ils partagent avec certains auditeurs, au même titre que leur passion pour les films de gangsters, les fringues ou encore le porno. A l’occasion de la sortie d’Avengers Infinity War, on s’est dit qu’il était plus que temps de faire un article basé sur des parallèles idiots entre des rappeurs français et des personnages de comics.

Vald / Deadpool

« Si j'arrêtais d'faire semblant, juste une fois… Sullyvan est grand, le monde est trop petit »

Connu avant tout pour ses bizarreries, pitreries et son sens de la déconne, Deadpool a une caractéristique qui explique son décalage total avec le reste du game : il est le seul à savoir qu’il est un personnage de fiction, ce qui lui permet de briser le 4 e mur et s’adresser directement aux lecteurs en multipliant les clins d’œil. De la même façon, Vald, célébré pour son côté débridé, provoc' et amusant, explique à longueur d’interviews et au détour de ses meilleures rimes qu’il a parfaitement conscience d’être une bête de foire en représentation perpétuelle. Ce qui lui donne également un avantage sur les autres : la dérision.

Siboy / Black Mask

« Tuer sans la torture je trouve que c'est du gâchis »

Black Mask est un ennemi de Batman qui a une particularité assez rare dans la BD pour être soulignée : c’est un type qui est un pro de la torture, spécialement avec tout ce qui est lames, etc. Et inutile de dire qu’il joint le ludique au professionnel, comme quand il torture un type des entreprises Wayne devant son épouse, avant de le découper et d’en faire bouffer quelques bouts à sa femme, qui comme tout le monde dans cette situation cocasse, devient folle après cet épisode.

Rohff / Hulk

« Système nerveux passé aux rayons gammas »

Surtout faites bien attention, ne le mettez pas en colère. On a déjà vu ce que ça donne : ça fait des boucheries sur instru mais dans la vraie vie, c’est parfois pas joli joli.

Orelsan / Kick-Ass

« Ton équipe c’est toi et les figurines de tes persos préférés »

Un jeune héros fan de comics, sans aucun pouvoir, qui se masturbe régulièrement devant son ordinateur, est tout excité par une prof MILF et aime en secret une fille qui le méprise (on ne le répètera jamais assez, dans la BD il ne finit pas avec elle, à aucun moment, jamais) ? Tellement loser qu’il en devient attachant avant de se décider à grandir malgré lui et d’affronter des difficultés ainsi que remporter des victoires alors qu’on ne l’en aurait jamais cru capable ? On dit banco.

Booba / Lex Luthor

« À l’heure où tu m’écoutes, je suis peut être à Miami, accompagné d’un 90D à bord de ma Ferrari »

Un mégalo de plus parti à la conquête du monde et qui n’en a rien à carrer d’avoir le rôle du méchant dans l’histoire tant qu’il atteint ses objectifs. À la fois respecté et craint de nombreux autres personnages, il n’hésite pas à enfreindre les règles pour parvenir à ses fins, et dans l’ensemble ça lui réussit même si beaucoup le détestent.

Lino / Wolverine

« Des traces de griffes sur le cou, je grave la guerre sur les ondes, et le cadavre de la paix a des lambeaux de chair sous les ongles »

Très sombre, sale caractère, il se relève toujours et a des rimes affûtées comme des griffes d’adamatium le salaud. Pas loin d’être indestructible.

Kery James / Superman

« Qui que tu sois, si t’as du cœur et des principes, je te représente »

Un mec qui affiche un mental de boyscout mais qui ne peut pas s’empêcher de se battre dans pas mal d’occasions. Ghetto super classe, ghetto super humble mais ghetto super chiant, aussi, selon le point de vue de certains auditeurs allergiques au rap conscient. Ça va avec. Et puis il est à la tête d’un groupe qui s’appelle la Ligue, alors je sais pas ce qu’il vous faut de plus.

Eklips / Le Caméléon

« Je suis le Yves Lecoq du hip-hop »

Que ce soit à force d’entraînement ou grâce à l’uniforme high-tech d’un vilain russe mal intentionné, le résultat est le même : ce gars semble pouvoir imiter à peu près qui il veut.

L'autotune / Le Masque

Bien plus qu’un simple accessoire pour se déguiser physiquement ou vocalement, cet objet magique permet à celui qui l’utilise de s’affranchir de toutes les contraintes naturelles que son caractère ou sa voix le forçaient à respecter jusque là. Mieux, cela décuple ses instincts enfouis : le timide devient exubérant, le rappeur sombre se mettra à faire danser les gens comme jamais, etc. Évidemment, lorsqu’il tombe entre de mauvaises mains, cet artefact peut transformer son utilisateur en créature monstrueuse.

Sefyu / Bizarro

« Si la vache ne produisait pas de lait, les humains auraient bu du sperme »

Bizarro est un clone de superman créé par Lex Luthor, mais qui a vite totalement dégénéré. Du coup, il a les mêmes pouvoirs mais fait absolument n’importe quoi avec. Par exemple, si tu lui dis de sauver un chat coincé dans un arbre, il va arracher l’arbre, et raser le parc municipal, par prévention. Si tu demandes à Sefyu de dénoncer la violence, il va te faire un story telling qui parle d’un deal qui tourne mal et il te détaille la torture qu’il inflige à un mauvais payeur. C’est l’intention qui compte.

Seth Gueko / Lobo

« Un bad cowboy, un salopard »

Lobo est unique en son genre, vu qu’il a lui-même exterminé tous les habitants de sa planète (il a un humour très particulier). Il a des super pouvoirs mais les loue au plus offrant, le bénévolat c’est pas pour lui. C’est un antihéros sans pitié qui entre deux blagues d’un mauvais goût achevé, tentera de pécho un max de meufs. Il a un nombre impressionnant de surnoms à la con, du « motard de l’espace » à « Mister Machete ». Je pense qu’il n’y a pas besoin d’en dire plus pour vous faire comprendre l’analogie.

Biffty / Sugarman


« C’est la boulangerie française, on va tous vous rendre obèse »

Sugarman est un mutant issu d’une dimension parallèle apocalyptique. Il ne devrait pas être dans notre monde, mais il a réussi à s’incruster, tout en menant sa barque et ses petites affaires dans son coin. Et c’est un gros hédoniste qui adore la bouffe en général et le sucre en particulier, est-il besoin de le préciser.

Les certifications or, platine et diamant : les pierres d'infinité

Sans doute les artefacts les plus recherchés de toute la galaxie, elles confèrent à leurs possesseurs un pouvoir supplémentaire qui lui permet d’avoir un très gros avantage sur ses concurrents, quels qu’ils soient.

Despo / Bishop

« Dis pas que ma vie va changer parce que Barack est passé, c’est comme si tu disais à un dealer d’arrêter d’être discret parce Derrick a clamsé »

Débarquant tout droit du futur, il a un peu de mal à s’intégrer à notre monde dans un premier temps. Sachant qu’il vient d’un avenir où les siens ont été pourchassés et exterminés, il garde un caractère assez tourmenté. Son pouvoir lui permet d’encaisser à peu près n’importe quelle critique/attaque/polémique/rayon plasma et d’en stocker l’énergie pour la réutiliser.

Demon One / Dents-de-Sabre

« Ça c’est pour les mecs qui plaisantent pas, raaaah, faut pas rigoler avec moi »

Issu du même programme que Wolverine (Lino, cf plus haut), il a sensiblement les mêmes pouvoirs et le même pedigree. A la différence près qu’il est encore plus sauvage, il n’arrive jamais à dominer ses instincts sauvages et dompter ses démons, malgré quelques réelles tentatives. Très difficile à blesser, il guérit très vite, ce qui explique sa longévité et le fait qu’il revient toujours.

Jul / Stanley Ipkis (Le masque)

Un homme banal, que peu de gens remarquaient au quotidien, manquant même de confiance en lui, tombe sur le pouvoir magique du masque et la transformation est impressionnante. C’est peut-être lui qui en fait l’utilisation la plus spectaculaire : pas la meilleure, mais la plus débridée, puisque le type n’a strictement plus aucun complexe ni limite, part dans tous les sens, et surtout s’éclate comme jamais, pour le bonheur de certains et la consternation des autres.

Maitre Gims / Iron Man

« Elle me pose des questions, mais elle connaît les réponses, elle veut savoir c e que ça fait de l e faire avec une star »

Le côté festif, mainstream et parfois arrogant du personnage lui ont valu au fil du temps d’être parfois pointé du doigt par certains de ses collègues, mais tous reconnaissent sa réussite. C’est avant tout un type ingénieux qui s’est construit une armure, autant physique que mentale d’ailleurs. Son statut évolue selon les sagas, puisqu’il est passé de pauvre à richissime, de disparu des radars à superstar, de membre d’un groupe à solitaire, mais paraît-il qu’un héros sommeille toujours en lui. C’est également un entrepreneur accompli. Et pis il a un jet privé.

Casey / Marrow

« Brûler leur drapeau, et leur faire payer le prix »

Marrow vit dans les égouts. Petite, elle a assisté au massacre des morlocks (des mutants tellement moches qu’ils vivaient dans les égouts, en gros). Depuis elle a cultivé une haine pour la race humaine assez hors norme. Elle s’est fait connaître des X-Men quand elle a commencé à sortir à la surface. Ses expéditions consistant, à, par exemple, faire irruption dans une boîte de nuit et massacrer tout le monde en riant, parce que « ces gens me dégoûtent. Ils s’amusent alors que mes frères meurent sous leurs pieds ». Son système d’attaque est très personnel : elle s’arrache des os (qui dépassent de son corps naturellement) et les utilise comme des projectiles ou des couteaux. En gros ses blessures deviennent ses armes. Mais sous la carapace de dure à cuire se cache un cœur gros comme ça. Pour être plus précis, 2 cœurs, ce qui lui a permis de survivre à un coup d’épée fatal. Mais ça c’est une autre histoire.

Akhenaton / Professeur X (Charles Xavier)

Parce que c’est un vieux, qu’il est respecté et respectable en plein de points, mais sur instru comme sur le sol, ça fait longtemps qu’il ne gambade plus comme un cabri. Malgré tout il reste un exemple pour beaucoup. Et il est chauve.

Shay / Poison Ivy

« Parait qu't'es pas une meuf bien, qu'est-ce qu'on s'en bat les... »

Elle sait ce qu’elle veut et fera tout pour l’obtenir. Belle plante, mais vénéneuse, Bruce Wayne et André Ayew en savent quelque chose.

Youssoupha / Superboy

Bien qu’il soit plus jeune, et qu’il ait donc une attitude qui se veut plus cool et légère, ce personnage restera la plupart du temps sur la même ligne de conduite que son modèle d’origine avec qui il garde pas mal de caractéristiques en commun. Mais le costume est quand même moins ringard.

Pierre Bellanger / Le Gouverneur

Dans les comics The Walking Dead, le gouverneur se détache de la plupart des méchants classiques. Alors que le monde est envahi par des zombies, cet homme prend la tête d’une ville et y règne en mini-dictateur, organisant des combats façon gladiateurs entre des survivants et des zombies. Pour faire simple c’est un type qui vit dans un monde pourri et qui ne fait que le rendre encore pire.

Cyanure, Hayce Lemsi et Davodka : Flash, Quicksilver et Impulse

Trois personnages issus d’époques différentes, connus comme étant des « speedsters », à savoir des gens qui ont la capacité de se déplacer à une vitesse dépassant l’entendement. Trois rappeurs issus d’époques ou d’écoles différentes, connus pour leur fast-flow, cette capacité pas donnée à tout le monde d’accélérer son débit sur une instru là où d’autres vont bafouiller s’ils essaient.

Eddy de Pretto / Howard the Duck

La place qu’il occupe dans l’univers Marvel est assez unique puisqu’il est beaucoup trop fantaisiste pour être intégré au reste des personnages. Lors de la saga Civil War où tous les persos doivent se faire recenser, il s’est vu répondre : « C’est gentil mais on préfère faire comme si vous n’existiez pas ». C’est pareil dans la musique, à peu de choses près : on ne sait pas où le ranger mais bon il est là quand même. À noter qu’à la base on aurait pu prendre Canardo, c’est pas passé loin.

Yérim Sar est sur Noisey.