Publicité
Motherboard

Un linceul en mycélium pour vous accompagner dans l'au-delà

Coeio, une startup spécialisée dans les enterrements écologiques, testera bientôt son linceul en mycélium sur 15 sujets.

par Matthew Sedacca
11 Décembre 2015, 12:00pm

Il y a deux manières de prendre en charge un corps mort : lui mettre ses plus beaux vêtements et le placer dans un cercueil, ou le transformer en cendres grâce à la crémation.

Pour la spécialiste de design visuel, Jae Rhim Lee, ces options sont archaïques

« La mort est un événement universel, que nous traverserons tous. Et pourtant l'industrie funéraire, les services et les produits funéraires en général ne sont pas centrés sur l'humain » explique Lee.

La conscience environnementale ayant pris de l'ampleur aux Etats-Unis, Lee a vu une opportunité d'ajouter une touche écolo et peu coûteuse à l'inhumation. Surnommé « le Costume Funéraire de l'Infini », son produit est une sorte de combinaison en coton biologique peuplé de bactéries et d'un genre spécial de champignons qu'elle appelle « Champignons de l'infini », destinés à purger et décomposer les substances organiques après l'enterrement.

Après avoir présenté son idée dans un TED Talk en 2011, Lee a rencontré Mika Ma, avec qui elle a fondé la startup Coeio pour fabriquer et distribuer les Costumes Funéraires de l'Infini. À présent, presque cinq ans après la présentation TED, l'entreprise est en train de bêta-tester son produit. Lee espère qu'il lui permettra d'encourager ses concitoyens à prendre en main l'organisation de leur propre enterrement, plutôt que de le subir.

« J'ai réalisé qu'il faudrait surmonter de nombreuses barrière culturelles pour entamer la commercialisation du costume, et que même une bonne stratégie marketing n'en viendrait pas à bout. Les gens ne sont pas prêts » explique-t-elle pour justifier le fait qu'il lui aura fallu cinq ans pour commencer les tests. « On a dû travailler au sein même de la communauté pour apprendre à retenir l'attention des gens. L'approche devait nécessairement être centrée sur l'individu. »

Ces dernières années, les consommateurs ont commencé à boire le jus de betterave de la conscience écologique en achetant des produits bio, en conduisant des voitures hybrides, et même en faisant le choix de pratiques funéraires alternatives, dont certaines sont respectueuses de l'environnement. La dernière étude sur les enterrements « écologiques », publiée par des chercheurs industriels de Kates-Boylston Publications, a montré en 2008 que 43% des personnes interrogées envisageaient d'avoir recours à un enterrement de ce type.

Le site web de la startup propose même des costumes funéraires pour animaux.

Nos nouveaux comportements de consommation nous conduisent certes à sélectionner des produits estampillés « écolo » ; malgré cela, le Costume Funéraire de l'Infini doit encore composer avec le déni de la mortalité, un trait culturel caractéristique aux Etats-Unis. Les psychologues ont étudié nos difficultés à affronter l'idée de la mort. L'embaumement traditionnel combiné à l'utilisation d'un cercueil préserve le corps, alors que Lee cherche à favoriser sa dégradation.

Lee Herring, résidant dans l'État du Mississipi, a perdu son époux, Morris, en 2007. Le sentiment de préservation permis par l'utilisation d'un cercueil l'a beaucoup aidée sur le plan émotionnel, explique-t-elle.

« De temps en temps, j'allais voir Morris. Je m'assurais qu'il y avait toujours des fleurs fraiches sur sa tombe, que la pierre tombale était propre… savoir qu'il était là, physiquement, était important. J'avais un endroit où le rencontrer, lui parler. »

Il se trouve tout de même quelques personnes pour voir l'enterrement écologique d'un bon œil. Après avoir vu le Ted Talk de Lee en janvier dernier, Dennis White, un habitant de Woburn (Massachusetts) victime d'aphasie primaire progressive—un syndrome neurologique où le sujet voit ses capacités à s'exprimer se dégrader lentement—s'est porté volontaire pour que son corps soit utilisé dans le programme bêta.

« C'est la meilleure chose à faire » explique White par email. « Tous les produits chimiques utilisés lors de l'embaumement finissent dans le sol. L'industrie funéraire pourrait grandement améliorer les choses avec des enterrements écologiques, mais ne sait pas comment s'y prendre. »

Coieo a tourné un documentaire retraçant toutes les étapes de la préparation du Costume Funéraire de l'infini de White avec la réalisatrice Grace Lee. Il a été diffusé en novembre dernier auprès des contributeurs de la campagne Kickstarter qui l'a financé. Le documentaire suit White à travers toutes les étapes de la préparation de son enterrement, depuis la sélection d'un lopin de terre jusqu'à la personnalisation de son linceul.

Coieo va commencer le test de son produit à plus grande échelle en janvier, à l'aide de 15 participants, jeunes et vieux. Le site web de la startup propose même des costumes funéraires pour animaux. Mais Lee et Ma voient déjà plus loin que leur projet actuel et envisagent de créer tout un réseau commercial autour des nouvelles pratiques funéraires.

« On se demande si la commercialisation de notre produit va créer une communauté de gens désireux de planifier leur enterrement de A à Z » explique Ma. Il ajoute qu'au vu des retombées du Ted Talk et du nombre d'inscriptions au programme bêta, les choses s'annoncent bien. « Le costume est une invitation à l'aventure. Il proposera aux gens de prendre le contrôle de leur mort. »

Rien ne garantit que la tentative de Coeio pour amorcer un mouvement autour des enterrements écologiques réussira. Cependant, Lee et Ma sont confiants dans les progrès de leur travail et dans les changements culturels qui s'annoncent.

« Tout cela peut avoir des retombées, au-delà du sujet de la mort. Quand vous prenez le contrôle de votre mort, vous êtes en bonne voie pour prendre le contrôle de votre vie. »