Sports

Gus Kenworthy : le jour d'après

On avait parlé avec le médaillé olympique de ski acrobatique 24 heures après qu'il ait fait son coming-out en 2015.
28.2.17
Photo by Nate Abbott

Le matin du 22 octobre 2015, Gus Kenworthy a écrit, puis supprimé, puis réécrit, puis finalement rédigé un post Instagram depuis sa maison de Denver. Son esprit devenait incontrôlable. Quelques heures plus tard, le skieur acrobatique devait faire son coming out, l'annoncer au monde entier par le biais d'une couverture du magazine d'ESPN réalisée par Alyssa Roenigk. Une heure avant que l'histoire ne soit mise en ligne en direct, ESPN lui a envoyé par email la couverture.

Publicité

« Le post Instagram m'a servi de coming out personnel, m'a expliqué Kenworthy. Les mots d'Alyssa étaient beaux, mais j'avais le sentiment qu'il était important que quelque chose vienne de moi aussi. »

« Je l'ai, en quelque sorte, un peu trop analysée, comme je le fais toujours, a-t-il déclaré. Je me sentais bien. Peu importe ce qu'il se passait, ça allait être une bonne journée pour moi. J'en étais arrivé à un point où je pensais que si personne ne l'acceptait, que si personne ne s'en préoccupait et que je perdais tous mes fans, au moins j'aurai toujours de très bons amis et une famille, qui étaient déjà au courant, et qui me soutiennent beaucoup. »

Mais, bien sûr, les réponses ont été en grande majorité positives. Sur les réseaux sociaux, Kenworthy croulait sous les messages. Des amis comme Miley Cyrus et Chloé Moretz ont célébré cette annonce. Michael Sam, Ellen Page et Anderson Cooper l'ont félicité pour son courage. L'industrie du ski a assuré les arrières de l'un des leurs.

« Fier de toi, @GusKenworthy, a tweeté le freeskieur Tom Wallisch. Tu es un chef ! » Le producteur de film et spécialiste du ski freestyle, Sean Pettit, a suivi avec ce message : « Tu es une personne vraiment inspirante pour prendre ces décisions audacieuses. Fier de toi mon frère. » La vague de soutien de la part de ses collègues skieurs n'a pas étonné Kenworthy.

« La plupart des skieurs et snowboarders qui ont réagi, je m'attendais à ce qu'ils disent cela, a-t-il déclaré. Nous sommes amis. Nous nous affrontons toute l'année. J'ai reçu des messages de ces gars. »

Publicité

Kenworthy est le premier skieur pro à faire son coming out alors qu'il participe toujours aux compétitions. La skieuse suédoise Anja Paerson avait fait son coming out en 2012, quand elle et sa partenaire de longue date avaient annoncé qu'elles allaient adopter un bébé. La seule différence c'est que Paerson avait pris sa retraite quelques mois plus tôt.

Toutes les réactions face à la nouvelle de Kenworthy n'ont pas été aussi admiratives. Certains ont demandé en quoi l'annonce de l'orientation sexuelle comptait encore 2015, et parmi tous ceux qui ont rejeté la nouvelle, il n'y avait pas que des trolls d'internet. Le pionnier du snow, Terje Haakonsen, qui a boycotté les qualifications des Jeux olympiques car il sentait que cela était dirigé par les skieurs, a retweeté l'article du Wall Street Journal intitulé "Pourquoi le coming out du skieur Olympique Gus Kenworthy est une affaire importante" et a dit « Non, @btoddrichards a fait cela il y a 20 ans et tous les skieurs ne sont pas gays ; je suis hétérosexuel #SoSpesial. »

D'autres, dont le présentateur télé du snowboard, Todd Richards, qui n'est pas homosexuel, semblent être étiquetés comme tels sans aucune autre raison qu'une simple tentative de plaisanterie et le skieur professionnel, Jacob Wester, en accord avec Kenworthly, a directement dénoncé les remarques de Haankonsen. Ce dernier a défendu son tweet en disant, « Nous sommes en 2015 et non plus au Moyen-Âge. Les médias devraient avoir du respect et ne pas traiter les gens différemment. »

Publicité

Selon Chris French, l'annonce de Kenworthy signifie quelque chose, même en 2015. French est le fondateur de Ski Burns, un club de ski et de snowboard LGBT basé à New York. C'est la plus grande organisation mondiale du genre, avec plus de 2 000 membres originaires de 50 états et 17 pays.

« J'ai grandi en skiant dans une petite ville de 300 personnes, expliqué dit French. C'est là que les histoires comme celle de Gus vont résonner. Il y a des gens qui ont grandi dans la montagne, dans des endroits ruraux où il n'y a pas d'homosexuels visibles. Vous ne voyez pas de représentations de personnes gays. »

French a continué en déclarant que les mots comme « gay » et « pédé » sont toujours balancés dans le milieu du ski et du snowboard. Il espère qu'avec le coming out de Kenworthy, plus de gens pratiquant des sports de glisse se sentiront ouvertement à l'aise en étant identifiés comme LGTB.

« Beaucoup d'entre nous restent enfermés car nous ne voyons personne qui nous ressemble, a déclaré French. J'ai entendu des centaines d'histoires de coming out et beaucoup d'entre nous ont une idée en tête de ce qu'est une personne gay ou de la manière dont elle parle. Ces représentations pourraient ne pas s'appliquer sur chaque personne homosexuelle, surtout si ces perceptions sont des stéréotypes. Gus montre qu'il est possible d'être gay et de toujours aimer les sports extrêmes, et c'est bien. »

Publicité

L'annonce de Kenworthy arrive aussi à un moment où la tolérance s'améliore dans les communautés des montagnes, surtout dans les Etats plus conservateurs comme le Wyoming. « Avec les générations précédentes, nous avions vraiment peur d'aller à un endroit comme Jackson Hole », a déclaré French. La station de ski est juste à quelques heures de route de là où Matthew Shepard a été assassiné parce qu'il était gay en 1998. « Ici, il y a quelques années, un propriétaire d'hôtel aurait dénoncé un homme gay et son partenaire dans une chambre avec un seul lit ».

Maintenant, French explique que Ski Burns trace doucement sa route jusqu'à Jackson Hole. « Nous pouvons sentir la liberté d'être nous même à Jackson et partout dans le monde. Jackson est une communauté accueillante. »

Kenworthy à Sotchi. Photo Nate Abbott

Kenworthy était une célébrité mineure avant son annonce. Il a seulement, et bizarrement, accédé au rang de star quand il a tenté de sauver des chiots durant les jeux Olympiques de Sochi via un tweet devenu viral, bien qu'en Russie, Kenworthy ait aussi gagné une médaille de bronze en ski acrobatique. Cela s'est un peu perdu dans les informations concernant son coming out, mais Kenworthy est un très bon skieur, assez talentueux pour apporter un intérêt nouveau à ce sport et être la prochaine icône américaine du ski.

J'ai interviewé Kenworthy un nombre incalculable de fois durant sa carrière. C'est une bonne personne, un skieur, un vrai de vrai, le type que qu'on trouve typiquement dans une ville comme Telluride, dans le Colorado. Il veut être le meilleur et n'a jamais eu peur de le dire. Cette ténacité lui a bien servi dans sa carrière remplie de médailles des X Games et des Jeux Olympiques. Cela continuera à lui servir dans le prochain chapitre de sa vie, le plus important, puisqu'il concourra désormais en tant qu'athlète ouvertement gay.

Publicité

A peine 24 heures après son coming out, ce nouveau chapitre de sa vie était déjà très agité. Ses amis disent qu'il a passé des heures scotché au téléphone, avant de prendre le temps d'écrire à quelques enfants qui lui ont envoyé des messages poignants, aux prises avec leur propre identité et sexualité. Dans l'histoire d'ESPN, Kenworthy parle de ses pensées suicidaires ; selon The Trevor Project, la jeunesse LGBT est 4 fois plus susceptible de commettre un suicide que son pendant hétérosexuel.

« Je pense qu'être un modèle pour la communauté LGTB est une bonne pression et cela serait un honneur » a déclaré Kenworthy. « C'est une position dans laquelle je veux être ».

« Je pense que maintenant je peux skier à 100% de mes capacités » a-t-il ajouté. « Après tout cela, je n'ai plus qu'à skier. »

Kenworthy regarde déjà vers les jeux Olympiques 2018 et veut représenter les Etats Unis en halfpipe et en slalom. Il a déclaré qu'il adorerait voir un drapeau arc-en-ciel flotter au X Games.

« J'essaie de tout encaisser », a dit Kenworthy. « _Cela a été une victoire personnelle et cela m'accorde une certaine liberté que je n'avais jamais ressentie avant. Je me suis _tellement_ battu étant enfant. Je me détestais parfois. Je voulais que personne ne le sache. J'avais tellement peur. Et il n'y a aucune raison que les gens se sentent comme cela,_ honteux de ce qu'ils sont. J'espère que mon coming out peut être un pas dans la bonne direction. »

L'histoire de Kentworthy donne au ski plus de profondeur que le saut d'un Monster Energy. Cela donne de l'inspiration aux enfants habitant les montagnes qui cherchent peut-être leur propre identité. Le ski et les autres sports d'action mondiaux sont très utiles pour cela. Le choix de Kenworthy de partager sa sexualité avec le monde est un geste courageux dans un sport rempli de personnes sans peur. Nous savions déjà qu'il était talentueux, maintenant nous connaissons la vraie mesure de son courage. Les gens comme Gus me rendent fier d'être un skieur.