Sports

La Malaisie envisage d'abandonner son Grand Prix de F1

Sepang accueille le Grand Prix de Malaisie depuis 1999, mais les ventes de billets ont décliné ces dernières années.
26 octobre 2016, 4:35pm
Image via Red Bull Content Pool

L'avenir du Grand Prix de Malaisie se décidera cette semaine, alors que l'épreuve est directement menacée.

Le circuit de Sepang accueille la Formule 1 en Malaisie depuis 1999 sans discontinuer, mais au cours des dernières années, les ventes de billet n'ont cessé de décliner.

Disputé en début de saison depuis de nombreuses années, le Grand Prix a été organisé cette année au mois d'octobre, sur un tracé qui a fait l'objet d'une rénovation. Mais selon Datuk Ahmad Razlan, PDG du circuit, les ventes de billets n'ont atteint que 60% de la capacité d'accueil. Un chiffre qui contraste fortement avec l'épreuve de MotoGP, qui devrait se dérouler à guichets fermés le week-end prochain.

Par ailleurs, cette année, les audiences télévisuelles auraient également été les plus faibles enregistrées pour un Grand Prix de Malaisie.

Le circuit de Sepang dispose d'un contrat avec la Formule 1 jusqu'en 2018, mais une réunion entre les actionnaires et le Ministre des Finances malaisien aura lieu cette semaine pour statuer sur l'avenir de l'épreuve F1.

« Peut-être que ce sera bien pour la Malaisie de faire une pause, a déclaré Razlan au journal The New Strait Times. Je pense que le produit [F1] n'est plus enthousiasmant. C'est dominé par une seule équipe. »

Le ministre de la Jeunesse et des Sports malaisien, Khairy Jamaluddin, a quant à lui préconisé un abandon du Grand Prix de Formule 1 pour que tous les efforts se concentrent sur le MotoGP, qu'il considère comme étant bien plus abordable et rentable.

« Je pense que nous devrions cesser d'accueillir la F1", a-t-il fait savoir via Twitter. "Les coûts sont trop élevés, les retours sur investissement limités. »

« Quand nous avons accueilli la F1 pour la première fois, c'était énorme. C'était la première fois en Asie, en dehors du Japon. Désormais, il y a tellement de destinations. Il n'y a plus le même avantage, pas de nouveauté. Je pense toujours que nous devions accueillir d'abord le MotoGP : frais et coûts moins élevés, tribunes pleines, et nous avons des pilotes en Moto2 et Moto3. »

Pour plus d'actualité de la F1 et d'analyses, visitez motorsport.com.