FYI.

This story is over 5 years old.

Comment les restos vont se gaver grâce à Pokémon Go

L'extraordinaire pouvoir attractif du nouveau jeu de Nintendo va permettre aux restaurateurs d'élaborer de nouvelles stratégies marketing pour faire venir les joueurs dans leurs établissement.
Alexis Ferenczi
Paris, FR
Salameche Chartier

Tranquillement attablé au Bistro Romain, vous êtes face à deux choix. Retourner au buffet et profiter du carpaccio à volonté parce que pourquoi se priver, ou dégainer votre appli Pokémon Go et sortir tenter de pécho ce putain de Mewtwo qui est apparu dans la rue d'à côté et qui vous a filé entre les doigts la veille. Marrez-vous mais ce choix cornélien risque bien de rythmer votre vie dans les semaines à venir.

Publicité

Pokémon Go, c'est le nouveau jeu pour mobile développé par Nintendo. À moins de vivre dans la Creuse – ou dans toute autre partie reculée du monde –, vous avez forcément été exposé à la frénésie qui s'est emparé des sociétés occidentales et, résignés, vous n'êtes pas loin de céder vous aussi après avoir lu un énième tuto qui explique comment faire pour jouer au jeu en Europe avant sa sortie officielle.

LIRE AUSSI : Dans les cafés kawaï de Tokyo aux origines de la mignonnerie

Venons en au fait : l'application permet, grâce à la géolocalisation et la réalité augmentée, de chasser des bestioles virtuelles cachées dans le monde réel. Le joueur utilise son smartphone qui affiche une carte des rues et des alentours, enrichie de pokémon à capturer.

Dans le jeu, les pokémon se cachent partout ; parcs publics, arrêts de bus, commissariats, propriétés privées, bureau et… dans les restos. Certains établissements ont même la chance de se situer sur un « Pokéstop », comprendre : un point de ralliement où se trouvent « naturellement » des pokémon. Une aubaine pour les restaurateur qui s'assurent ainsi le passage des joueurs en pleine partie.

Et si, par malheur, il n'y avait pas l'ombre d'un pokemon dans leurs restaurants (ou qu'ils ont tous été déja capturés), il existe une technique qui permet aux restaurateurs de refaire le point.

Car pour appâter le chaland, il suffit de jouer le jeu : c'est à dire, dépenser 100 « poképièces » (la monnaie du jeu) et acheter un leurre – un module censé attirer des pokémon pendant 30 minutes. Il apparaît alors sur la carte de tous les utilisateurs de Pokémon Go et envoie un signal : « Venez vite remplir votre pokédex ici ». À charge pour le gérant restaurant de transformer la horde d'apprentis chasseur qui risque de se pointer dans son établissement en autant de clients potentiels.

Publicité

J'ai eu une discussion intéressante dans un bar/restaurant situé entre deux Pokéstops dont le business a augmenté de 10% depuis la sortie de Pokémon Go

Dans un article publié sur Nation's Restaurant News, Ryan Goff, directeur marketing digital dans une agence de Baltimore, distille ses conseils aux restaurateur et les encourage à faire l'achat de leurres : « À ma connaissance, il n'y a pas de limite d'utilisation en 24h. Par contre, faites en sorte de parler le langage des joueurs ». On imagine déjà les panneaux fleurir sur les enseignes avec des messages comme « 10 % de réduction si vous êtes fan de Ronflex » ou « Hey, les mecs, il y a peut-être un Rondoudou qui rôde dans les cuisines ».

Un nouveau bon plan marketing aussi relayé par Forbes et Business Insider, des références en la matière, qui citent à leur tour de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. Untel explique choisir son resto en fonction des pokémon qu'il peut y capturer, un autre rapporte les plaintes de clients déçus de ne rien trouver. Et de conclure, en gros, que ces lieux ont tout intérêt à prendre le train en marche et capitaliser sur la clientèle que représente les dresseurs en herbe.

« J'ai eu une discussion intéressante dans un bar/restaurant situé entre deux Pokéstops dont le business a augmenté de 10% depuis la sortie de Pokémon Go. »

Had an interesting chat at a bar/restaurant sitting between two Pokestops how their business increased by 10% since Pokemon GO came out.

— Sarah Anne Williams (@SarahAnneWillia) July 11, 2016

Publicité

Aux États-Unis, les restos ont déjà troqué les ardoises « pokémon réservés aux clients » par des écriteaux beaucoup plus incitatifs. C'est le cas par exemple de Zoës Kitchen, une chaîne de bouffe méditerranéenne, qui a décidé d'offrir des cartes cadeaux de 25$ aux chasseurs parvenant à capturer un Salamèche & Co dans leurs locaux.

Going @Pokemon hunting today? If you catch one in our restaurant, snap a photo and tweet us to win a $25 gift card! #PokemonGO — Zoës Kitchen (@ZoesKitchen) July 11, 2016

En Australie, à Sydney, c'est le restaurant chinois TangHui qui a suivi les conseils marketing susmentionnés en annonçant sur sa page Facebook qu'un leurre serait activé pendant les services de midi et du soir. Attention, les horaires sont hyper précis.

En attendant que le jeu soit légalement disponible en France, qu'un internaute sympa dresse une carte précise des spots où choper des pokémon comme celle de San Francisco et que les garçons de café commencent sérieusement à péter des câbles, les réseaux sociaux ont déjà apporté la preuve que certaines adresses françaises n'étaient pas avare en petits monstres – du kebab de quartier à la terrasse de chez Fauchon.

Je capture un petit piafabec dans mon Kebab ??? #PokemonGO pic.twitter.com/DkxOdVQR18 — DavidLafargePokemon (@DavidLPokemon) July 12, 2016

Catching Pokemon, while eating pastries in Paris NBD pic.twitter.com/o8lhXOUnKj — Krysta Yang (@breath0air) July 9, 2016

Quant aux resto parisiens, ils feraient bien de mater le parcours de la grande chasse à courre aux pokémon organisée depuis le jardin du Luxembourg, ce jeudi 14 juillet. En étant aussi malin que la Team Rocket, il y a probablement un moyen d'attraper quelques dresseurs amateurs assoiffés ou affamés sur le trajet, à défaut de les attraper tous.