Voici les plus belles photos de la Terre jamais prises par un satellite

Cette semaine, l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) a publié les premières images prises par son satellite météorologique GOES-16, lancé en novembre 2016.
25 janvier 2017, 8:00am
Image: NASA/NOAA

Préparez-vous à voir les plus belles photos de la Terre que vous n'ayez jamais vues : cette semaine, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) a publié les premières images prises par son satellite météorologique GOES-16, lancé en novembre 2016.

Perché à près de 36 000 km au-dessus de la surface de la Terre, l'engin spatial dispose d'un poste d'observation idéal pour regarder les dynamiques atmosphériques complexes de notre planète. Cette magnifique photographie du continent américain, prise le 15 janvier, dévoile des phénomènes météorologiques tels que comme la couverture nuageuse, la naissance des tempêtes et les flux aériens avec une précision sans précédent.

L'Amérique du Nord, l'Amérique Centrale et l'Amérique du sud vues depuis l'orbite géostationnaire. Image: NASA/NOAA

Les images de GOES-16 ont été prises par Advanced Baseline Imager, la caméra haute définition du satellite construite par Harris Corporation. L'instrument peut prendre des photos sur 16 canaux de longueur d'onde différents – deux situés dans le spectre visible, quatre proches infrarouges, et dix infrarouges. Cette polyvalence aide les scientifiques à identifier les traces de fumée, les cendres volcaniques, la vapeur d'eau et autres substances présentes dans l'atmosphère terrestre.

Les 16 canaux de longueur d'onde différents de l'Advanced Baseline Imager. Image: NASA/NOAA

GOES-16 possède quatre fois la résolution d'image de la flotte de satellites d'exploitation géostationnaires opérationnels (GOES) existante, et peut produire cinq fois plus de photos de la Terre sur une période donnée que les vieux satellites GOES. C'est le premier satellite GOES de la nouvelle génération GOES-R de la NOAA. Trois autres satellites de la série devraient être lancés au cours des prochaines années.

Le désert du Sahara visible sur la côte africaine. Image : NASA/NOAA

GOES-16 peut photographier la planète entière une fois toutes les 15 minutes, et produire des clichés de l'ensemble du territoire américain toutes les 5 minutes. Il est accompagné de cinq autres instruments extrêmement sophistiqués, dont un détecteur de foudre, un magnétomètre, et des capteurs solaires qui seront utilisés pour photographier le soleil à des longueurs d'onde extrêmes en ultraviolets et aux rayons X.

Les scientifiques de la NOAA sont ravis du niveau de précision de ce premier lot de photos. Tout ceci est de bon augure pour l'avenir de GOES-16, qui promet de fournir des prévisions météo sans précédent et de surveiller les événements météo violents.

Zoom sur les États-Unis. Image: NASA/NOAA

Au vu des dégâts commis par des tornades dévastatrices ce week-end dans le sud-est américain, la mission est plus que jamais d'actualité. Une surveillance constante des phénomènes météo dans l'atmosphère terrestre permettra de mieux protéger les communautés menacées par les tempêtes de grande ampleur, d'autant plus que le changement climatique augmente la prévalence et la violence des catastrophes naturelles.

Les Caraïbes et l'Amérique centrale. Image: NASA/NOAA

Les photos de GOES-16 sont un ravissement pour les yeux, mais leur valeur va bien au-delà de leur aspect esthétique : elles montrent que les missions d'observation telles que celles-ci sont fondamentales si l'on veut affiner notre compréhension des phénomènes météorologiques considérés comme dangereux, et atténuer leurs effets sur les communautés humaines.

Le nord-est des États-Unis, dont la baie de Chesapeake et Long Island. Image: NASA/NOAA

Si l'administration Obama a augmenté les investissements dans les satellites d'observation de la Terre (NASA/NOAA), les conseillers scientifiques du président Trump ont déclaré que sous la nouvelle administration, les sciences de la Terre seront mises de côté au profit de l'exploration interplanétaire. Ce changement d'orientation radical de la recherche sur l'atmosphère et l'espace pourrait mettre en péril des missions telles que la GOES-16, à l'heure où de nombreuses régions du globe connaissent de véritables catastrophes environnementales.

Espérons que les images publiées par la NOAA participeront à rappeler au public la valeur scientifique et esthétique de ce travail, et surtout de ses bénéfices pour les sociétés humaines, notamment les plus vulnérables.

Lune visible au-dessus de l'horizon terrestre le 15 janvier 2017. Image: NASA/NOAA

Ce magnifique cliché de la péninsule du Yucatan, à l'endroit précis où un astéroïde colossal s'est écrasé sur Terre il y a 66 millions d'années (provoquant à terme la disparition des dinosaures), conclue à merveille cette série de photos en nous rappelant que notre planète est fragile, et surtout, que notre espèce ne fait que passer.

Péninsule du Yucatan à Mexico. Image: NASA/NOAA