AP_21279615871295
Des toxicomanes détenus lors d'un raid des taliban sont rasés après leur arrivée à l'hôpital médical Avicenna à Kaboul, en Afghanistan. Photo : AP Photo/Felipe Dana
Drogue

À Kaboul, les toxicomanes sont envoyés dans une « cure de désintox »

« On dirait un camp de concentration parce qu'ils rasent la tête des gens et leur font porter des pyjamas. »
Max Daly
London, GB
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
11.10.21

Après avoir annoncé leur intention de sévir contre la vaste industrie de production d’opium en Afghanistan, les talibans portent à présent leur attention sur les nombreux toxicomanes appauvris du pays.

La semaine dernière, armés de fouets et de fusils, les talibans sont descendus dans l'une des zones de consommation de drogue les plus connues de Kaboul, sous un pont du quartier de Guzargah, et ont rassemblé 150 personnes, dont beaucoup sont sans abri et dépendantes de l'héroïne et de la méthamphétamine produites localement.  

AP_21279614886594.jpg

Des effets personnels trouvés dans les poches des toxicomanes détenus lors du raid des talibans. Photo : AP Photo/Felipe Dana

Des journalistes de l’Associated Press ont immortalisé l’action à travers une série de photographies et d'interviews étonnantes. « Ce sont nos compatriotes, notre famille, et il y a de bonnes personnes en eux, a déclaré un combattant taliban. Si Dieu le veut, les employés de l'hôpital seront bons avec eux et les soigneront. »

Après avoir vu leurs affaires brûler dans un feu, les détenus ont été transportés dans le plus grand centre de désintoxication de la ville, l'hôpital médical Avicenna, où ils ont été déshabillés, lavés et complètement rasés. 

AP_21279615445811.jpg

Les détenus vont à la douche après leur arrivée à l'hôpital médical Avicenna à Kaboul. Photo : AP Photo/Felipe Dana

AP_21279615494004.jpg

Les détenus attendant d'être rasés. Photo : AP Photo/Felipe Dana

AP_21279615693948.jpg

Un détenu se fait raser. Photo : AP Photo/Felipe Dana

AP_21279615797243.jpg

Les détenus attendent d'être conduits à leur chambre dans le service de désintoxication. Photo : AP Photo/Felipe Dana

« Ce n’est que le début ; ensuite nous irons après les fermiers et nous les punirons conformément à la charia », a déclaré le chef de la patrouille, Qari Ghafoor. 

Selon les travailleurs des services aux toxicomanes sur le terrain, on estime qu'il y a entre 100 000 et 150 000 usagers d'héroïne par voie intraveineuse à Kaboul, dont beaucoup sont également accros à la méthamphétamine, une drogue qui est maintenant fabriquée localement à partir de l'éphédra, un petit arbuste des montagnes, et qui, comme l'héroïne, est exportée dans le monde entier. 

L'hôpital, une ancienne base militaire américaine appelée Camp Phoenix, a ouvert en 2016 et gère un programme de traitement de 45 jours pour un maximum de 1 000 patients. Mais les opioïdes médicaux utilisés pour sevrer les gens de l'héroïne, comme la buprénorphine et la méthadone, sont en rupture de stock et le personnel n'a pas été payé depuis juillet.

AP_21279613456068.jpg

Les détenus sont obligés de faire la queue pour se rendre au centre de désintoxication. Photo : AP Photo/Felipe Dana

AP_21279615973769.jpg

Les détenus subissent un contrôle médical à leur arrivée au centre de désintoxication. Photo : AP Photo/Felipe Dana

« En gros, ces personnes sont séquestrées pendant trois mois. Elles recevront très peu de soins et leurs besoins ne seront pas pris en compte. Une fois libérées, elles recommenceront simplement à consommer de la drogue, déplore Mat Southwell, un conseiller britannique pour les ONG de réduction des risques liés à la drogue en Afghanistan, qui a visité Avicenna en 2018 alors que le centre était sous le contrôle du gouvernement précédent. C'est un endroit violent entouré de gardes armés. On dirait un camp de concentration parce qu'ils rasent la tête des gens et leur font porter des pyjamas. Quand j'étais là-bas, j'ai parlé à un soldat de l'armée afghane qui avait été arrêté alors qu'il achetait de la drogue. Il avait peur d'être puni pour désertion. » 

Selon Southwell, les talibans combattent les cartels de la drogue et brûlent les points chauds de la ville pour tenter de réduire l'offre. Mais il ajoute que les talibans autorisent toujours les programmes de méthadone, dans le cadre desquels les toxicomanes se voient remettre le substitut de l'héroïne par des médecins, à fonctionner dans trois villes, dont Kaboul. Il espère que le régime pourra aider les toxicomanes. « Nous devons discuter avec les talibans de la meilleure façon de traiter la question de la drogue. Veulent-ils avoir la réputation de persécuter les marginaux ou peuvent-ils devenir un gouvernement qui offre à ses citoyens les plus vulnérables un traitement approprié pour leur dépendance à la drogue ? »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.