Pourquoi les NFT se vendent-ils à plusieurs millions ?

Un GIF a été vendu à 81 000 dollars, une image à 650 000 et une parcelle de terre virtuelle à 1,5 million.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
10.3.21
NFT
Images : MF3d via Getty Images. Daniella Attfield. Alejandra Her. Mark Cuban 

Alors que le marché du Bitcoin bat tous les records, des célébrités comme l'actrice Lindsay Lohan ou le youtubeur Logan Paul mettent en vente des NFT, ou non-fongible tokens en anglais. Ces jetons sont basés sur la blockchain de l’Ethereum et servent à authentifier des images, des GIF, des tweets, des fichiers MP3 ou tout autre objet numérique. Et beaucoup sont prêts à dépenser des millions de dollars pour les acheter. Selon CoinDesk, 174 millions de dollars ont été investis dans les NFT depuis 2017. 

Publicité

Certaines personnes en ont fait leur gagne-pain, à l’instar de l’artiste sud-africaine Daniella Attfield qui vend ses illustrations sur la plateforme de trading d’art digital SuperRare. Elle touche aux NFT depuis 2018, mais a commencé à s'y intéresser de plus près en juillet 2020. Ils constituent aujourd’hui sa principale source de revenus. « Mes œuvres d'art ont un historique qui est enregistré sur la blockchain et dont l'authenticité peut être prouvée. Mes clients savent qu’ils soutiennent une artiste, dit Attfield. La demande ne cesse de croître à mesure que de plus en plus de personnes rejoignent l'espace. » 

Mark Cuban, propriétaire de l’équipe de basket-ball des Mavericks de Dallas et investisseur de la Silicon Valley, vend régulièrement des NFT pour plus de 81 000 dollars. Les œuvres d'art se vendent à plusieurs centaines de milliers. Le 8 février 2021, deux gamers ont établi un nouveau record en dépensant 888,25 ETH, soit 1,5 million de dollars, pour acquérir une parcelle de terre virtuelle dans le jeu Axie Infinity. En attendant, des artistes moins connus proposent des NFT pour quelques dollars chacun. 

Si vous n’êtes pas familier avec les NFT, vous vous demandez probablement pourquoi quelqu'un irait payer une image le prix d'une maison alors qu'il lui suffirait de prendre une capture d'écran pour l’avoir gratuitement. Mais il n'en reste pas moins que des milliers de personnes achètent ces jetons uniques afin de soutenir un artiste. L'illustratrice vénézuélienne Alejandra Her affirme que l'aspect blockchain favorise un sentiment de propriété plus fort pour les actifs immatériels.

« Les gens pourraient tout aussi bien prendre une photo de n'importe quelle œuvre d'art dans un musée et l'imprimer. Mais ils savent que dans ce cas, ils ne possèdent pas l'œuvre d'art. C'est la même chose avec les NFT, dit-elle. Ma clientèle est diversifiée : il y a ceux qui achètent mes œuvres pour les revendre plus tard, ceux qui les achètent parce qu'ils les aiment, et ceux qui les achètent parce qu’ils veulent soutenir l’art. »

Publicité

Il existe plusieurs plateformes spécialisées dans la vente et l’achat de NFT, notamment SuperRare, Rarible et Nifty Gateway. Certaines d’entre elles offrent un système intégré où l'artiste peut simplement uploader son fichier visuel ou audio, cliquer sur quelques boutons et fabriquer un jeton correspondant. 

Nombre des crypto-artistes les plus célèbres, comme Mike Winkelmann, alias Beeple, gagnent des millions de dollars grâce à ces objets de collection. Nifty Gateway a connu une croissance de 50 % d'un mois sur l'autre depuis mars 2020, selon un billet de blog publié par sa société mère Gemini. Masha Vyazemsky, directrice des communications de la start-up Rarible, affirme que sa plateforme a assuré environ 5 668 986 dollars de transactions par 6 482 utilisateurs au cours du dernier mois seulement. 

Les NFT ne sont pas bon marché, et leur vente non plus, surtout pour les personnes qui ne sont pas connues. Les utilisateurs doivent payer des frais de transaction à Ethereum pour créer et transférer les NFT. Pour les artistes en herbe comme Attfield, ces frais de transaction représentent environ 10 % de son revenu mensuel. Mais elle voit cela comme une simple dépense commerciale et un bon moyen d’accéder à des acheteurs internationaux sans l'aide d'une galerie d'art. « C'est mieux pour les éditions uniques. C'est plus difficile avec des éditions multiples, parce que l'œuvre finit par coûter le même prix que les frais de transaction et je ne suis pas sûre que ça en vaille la peine, dit-elle. J’interagis aussi beaucoup avec mes followers sur Twitter et j'essaie d'améliorer mon art, de le rendre meilleur. »

Publicité

 Le cofondateur de Coinfund, Jake Brukhman, qui a investi dans Rarible, dit que ces frais de transaction élevés, entraînés par le marché haussier au sens plus large, sont le plus grand défi du secteur. « Il y a aussi les solutions de couche deux comme Matic, ou Optimism qui vient d'être lancé en version bêta publique et qui est très expérimental, dit Brukhman. Cela signifie que le marché se fragmente entre ces deux solutions. Il est en fait plus coûteux de passer d'une solution à l'autre. C'est deux fois plus cher que les frais de transaction. » Il ajoute que les créateurs et les détenteurs de NFT qui maîtrisent la technologie pourraient être en mesure de transférer leurs œuvres sur une autre blockchain, au-delà d'Ethereum, l'année prochaine. 

Ces ponts technologiques sont toujours en construction. En attendant, les vendeurs de NFT comme Alejandra Her paient des frais de transaction élevés, appelés « gas », afin d'accéder à des clients et à des devises au-delà de ses frontières locales. « Au cours du dernier mois, j’ai dû dépenser environ 200 dollars de gas. J’en dépensais moins de 50 par mois jusqu'en décembre, dit-elle, ajoutant que les ventes de NFT représentent toujours 80 % de son revenu mensuel. Je prends mon temps pour produire une nouvelle série d'œuvres d'art en raison du prix élevé des gas. Je touche donc moins d’argent mais je travaille autant. »

Les NFT peuvent également être utilisés pour des campagnes communautaires : l’investisseur Calvin Liu a acheté un NFT à l'influenceuse Lil Miquela afin de récolter 82 361 dollars pour une œuvre de charité. « En ce moment, il est exposé via Crypto Voxels, une galerie numérique, dit-il. Beaucoup d'artistes et de designers s’investissent maintenant dans cet espace. »

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.