Drogue

De fortes doses de kétamine peuvent éteindre votre cerveau

Des scientifiques auraient découvert pourquoi le « k-hole », un état causé par une consommation excessive de kétamine, ressemble autant à une expérience de mort imminente.
15 juillet 2020, 7:54am
kétamine
Image via Wikimedia 

Les chercheurs qui étudient les effets de la kétamine sur les moutons ont peut-être découvert par hasard la raison pour laquelle les gens font des « k-holes », un état qui provoque une distorsion des sens et une dissociation de la conscience.

Une équipe de scientifiques de l'université de Cambridge a mesuré les ondes cérébrales d'animaux sous sédatifs dans le cadre d'une étude visant à comprendre l'effet des médicaments thérapeutiques sur les personnes atteintes de la maladie de Huntington – un état dans lequel les cellules nerveuses du cerveau se décomposent, entraînant des complications motrices, cognitives et psychiatriques.

Pour la première et la deuxième phase de l'expérience, les chercheurs ont administré 12 mg/kg de kétamine aux moutons et ont surveillé leur activité cérébrale pendant qu'ils étaient sous anesthésie et que l'effet de la drogue s'estompait progressivement. Pour la troisième phase, les chercheurs ont surveillé l'activité cérébrale de six des douze moutons après leur avoir administré une dose unique de kétamine de 24 mg/kg.

Les chercheurs ont observé une activité « inhabituelle » des ondes cérébrales des moutons à leur sortie de la sédation – ce qui explique probablement la dissociation et les hallucinations générées par une forte dose de kétamine – alors que les ondes cérébrales des moutons recevant une dose plus intense semblaient s'arrêter complètement pendant plusieurs minutes. Les chercheurs pensent que cette « pause » peut expliquer les sensations éprouvées lors d’un k-hole.

« Les oscillations cérébrales provoquées par la drogue sont susceptibles d'empêcher le traitement normal des informations provenant du monde extérieur » – Jenny Morton

La kétamine, également appelée « tranquillisant pour chevaux », est couramment utilisée comme anesthésique chez les humains et les animaux en milieu clinique. Mais au cours des 60 dernières années, elle est également devenue une substance récréative populaire, précisément en raison des mêmes effets dissociatifs observés dans l'étude de Cambridge.

Comme prévu, l'activité cérébrale des moutons était dans un état de basse fréquence pendant leur sommeil, mais lorsque la kétamine a disparu et que les animaux ont repris conscience, leur activité cérébrale a commencé à se déplacer entre des oscillations de haute et de basse fréquence. Les scientifiques notent que les consommateurs de kétamine signalent des hallucinations pendant cette phase. « Lorsque les moutons ont commencé à sortir des effets de la kétamine, leur activité cérébrale était vraiment inhabituelle, a déclaré la professeure Jenny Morton, directrice de la recherche. Le moment où les schémas inhabituels d'activité cérébrale sont apparus chez les moutons correspond au moment où les consommateurs humains signalent une déconnexion entre leur cerveau et leur corps. Les oscillations cérébrales provoquées par la drogue sont susceptibles d'empêcher le traitement normal des informations provenant du monde extérieur », poursuit Morton.

Cependant, lorsque certains des moutons ont reçu une forte dose de kétamine, les choses sont devenues vraiment intéressantes. Dans les deux minutes qui ont suivi l'administration de 24 mg/kg, l'activité cérébrale de cinq des six moutons s'est complètement arrêtée. Le cerveau d'un des moutons s'est arrêté pendant plusieurs minutes. « Il ne s'agissait pas seulement d'une réduction de l'activité cérébrale, explique Morton. Après la forte dose de kétamine, le cerveau de ces moutons s'est complètement arrêté. Nous n'avons jamais vu cela auparavant. »

Bien que les moutons semblaient dormir, les chercheurs ont observé que leurs cerveaux étaient complètement déconnectés. Lorsque leur activité cérébrale a repris, les mêmes sursauts alternés d'activité à basse et haute fréquence qui auraient causé les hallucinations se sont produits.
« Quelques minutes plus tard, leur cerveau est revenu à la normale, dit Morton. C'était comme s'il s’était éteint et rallumé. »

Selon les témoignages, les k-holes sont couramment comparés à des expériences de mort imminente et les utilisateurs décrivent souvent un phénomène connu sous le nom de « mort de l'ego », lorsque le sens de l'existence et de l'identité est complètement dissous, suivi de sentiments de sérénité, d'acceptation et de béatitude intenses. Les chercheurs de Cambridge ont conclu que les phénomènes cérébraux observés pouvaient expliquer ces effets pour la première fois. « Les mesures des ondes cérébrales des moutons traités à la kétamine peuvent expliquer l'expérience hors du corps et l'état de non-existence que la drogue peut provoquer, affirment les auteurs de l'étude. L'état de dissociation induit par la kétamine est l'un de ses attraits en tant que drogue récréative et il semble probable que la cessation totale de l'activité corticale favorise le phénomène connu sous le nom de "k-hole", décrit et recherché par les consommateurs de kétamine. »

« En savoir plus sur les effets de la kétamine sur le cerveau nous aiderait grandement à comprendre son utilisation, non seulement comme anesthésique, analgésique ou antidépresseur, mais aussi comme une drogue dont on peut abuser », ont ajouté les chercheurs, notant que « les mécanismes physiologiques précis par lesquels la kétamine exerce ses effets sont inconnus ».

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.