rassemblement QAnon finlande
Le rassemblement QAnon en Finlande. Photo fournie avec l'aimable autorisation de Jarmo Ekman. 

La théorie du complot QAnon se mondialise

La pandémie a entraîné une rapide propagation de la conspiration QAnon, pas seulement aux États-Unis, mais aussi au niveau international.
Mack Lamoureux
Toronto, CA
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, FR
12.8.20

Peu après que Jarmo Ekman a commencé à diffuser en direct sa réunion, une femme plus âgée se présente, portant quelque chose que l'on ne s'attendrait pas à voir dans un petit hôtel finlandais : une casquette « Make America Great Again ». Elle fait un bisou à la caméra et se pavane comme un mannequin.

« Quelle belle casquette, dit Ekman. Comme vous le voyez, il y a beaucoup de fans de Trump ici. C’est normal : c'est une réunion QAnon. »

Publicité

« C'est le premier festival QAnon au monde », dit Bono. Sur sa chemise se trouvent les mots « QAnon Army Finland ».

On trouve des « armées » comme celle-ci en Allemagne, en France, au Royaume-Uni, au Canada, au Japon et en Iran. Tous soutiennent QAnon, une vaste conspiration selon laquelle Donald Trump mène une guerre contre un « État profond » composé de familles d'élite, de politiciens et de célébrités, qui serait lié à un réseau massif de pédophilie et utiliserait actuellement le Covid-19 pour asseoir son pouvoir.

C'est une théorie du complot qui a pu atteindre de nouveaux sommets pendant la pandémie alors que les gens du monde entier cherchent désespérément une communauté à laquelle se raccrocher et des moyens de donner un sens au chaos. Tout le monde est le bienvenu dans la communauté QAnon, à condition de croire en au moins une des nombreuses idées qui sont au cœur de la théorie : le monde est foutu à cause des épouvantails qui opèrent en coulisses, et seuls ceux qui sont assez intelligents pour voir clair dans leur jeu peuvent les combattre. Alors que les détails de la conspiration sont hyper-concentrés sur les États-Unis, les grandes lignes peuvent être appliquées à presque n'importe quel endroit, ce qui contribue à expliquer la croissance rapide de QAnon au-delà des frontières.

Marc-André Argentino, doctorant à l'Université Concordia qui étudie QAnon et les mouvements d'extrême droite similaires, a récemment fait un balayage des données des groupes QAnon sur les réseaux sociaux. Selon sa plus récente analyse, QAnon a enregistré une augmentation de 71 % de son contenu sur Twitter et de 651 % sur Facebook depuis mars.

Sur Facebook, ses données ont montré qu'il y existait 179 groupes avec plus de 1,4 million de membres, contre 60 groupes et moins de 250 000 membres sur la même période l’année dernière. Les pages QAnon sur Facebook ont également doublé, passant de 63 à 120 pages. Facebook a supprimé un petit nombre de pages en avril, mais la conspiration continue de se développer rapidement sur la plateforme.

« La plupart des nouveaux groupes et pages semblent être internationaux, dit Argentino. Il n'y a pas beaucoup de nouveaux groupes américains ; les grands groupes se sont simplement développés davantage. Là, on parle d'endroits comme l'Autriche, le Danemark, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Russie et Israël. »

« En Allemagne, des manifestants ont récemment demandé à Trump de venir les libérer de l'État profond allemand. C'est complètement dingue », dit-il.

Publicité

Même la réunion Q d'Ekman en Finlande a pris de l'ampleur. Il y a dix mois, il a organisé une autre réunion à Helsinki qui n’a rassemblé que 19 personnes.

Q et la conspiration en constante évolution

Bien que la théorie soit trop complexe pour être décortiquée rapidement, les grandes lignes de QAnon sont les suivantes : Trump ne peut pas exposer explicitement son programme au public au risque de compromettre sa mission. Pour y remédier, un individu anonyme connu sous le nom de « Q » informe le public des enjeux de la guerre secrète contre l'État profond. Cet individu publie ensuite des messages cryptés sur un site connu pour ses liens avec les néo-nazis et la pédopornographie. Les partisans de Trump trouvent ces messages, connus sous le nom de « QDrops », et les décodent.

La conspiration a commencé sur le forum 4chan en 2017 et s'est fortement développée à partir de là. Elle a gagné en notoriété non seulement par son nombre, mais aussi par ses théories élaborées et farfelues, dont celle des « enfants taupes » faisant l'objet d'un trafic sexuel clandestin, et celle de célébrités comme le Premier ministre canadien Justin Trudeau et l'acteur Tom Hanks qui ont été secrètement exécutés et remplacés par des doubles.

Le mouvement est fluide et adaptable, de sorte que les idées populaires parmi le groupe aujourd'hui pourraient bien être différentes dans quelques mois. Aux États-Unis, 68 partisans se présentent au Congrès, certains ont même une chance de gagner. Après être arrivée première aux primaires, la candidate républicaine de Géorgie, Marjorie Taylor Greene, une fervente partisane de QAnon, se dirige vers un second tour. Selon l'Atlanta Journal-Constitution, Greene a même proposé d'aider ses sympathisants à se familiariser avec le monde confus de QAnon. Le groupe et ses croyances inébranlables ont été décrits comme une sorte de culte par certains experts, projetant Trump et Q comme des figures quasi-religieuses.

QAnon se dirige vers le Nord

Au Canada, QAnon a récemment attiré l'attention de la presse grand public. Un homme lourdement armé a pris d'assaut les portes de la maison de Justin Trudeau ; il s’est avéré par la suite qu’il avait publié un mème en lien avec QAnon. (Il a été accusé d'avoir proféré des menaces de mort envers le premier ministre ; ses motifs n'ont pas encore été déterminés).

Blain McElra dirige la page QAnon Canada sur Facebook ainsi que quelques autres pages QAnon centrées sur le Canada. Il est passé de 400 membres à 2 800 membres depuis le début de la pandémie.

Publicité

Selon ses dires, il a découvert QAnon en 2017, peu après que Q a posté l'un de ses premiers messages – message qu’il aurait aidé à « décoder » en disant au groupe que le terme « Can » était une abréviation pour le Canada. Il est accro depuis. Après que sa femme et lui ont perdu leur bébé de 10 mois, il s'est senti obligé de faire tout ce qu'il pouvait pour « aider à mettre fin à la souffrance, à la pédophilie et au trafic d'enfants ».

McElra considère QAnon comme un mouvement mondial dont la première étape est les États-Unis. « Je pense que les Etats-Unis ne sont que le premier domino et quand Trump aura réglé ce problème, le reste des pays devrait voir des résultats, puisque les criminels, les politiciens, les entreprises, etc. seront tenus de rendre des comptes. Donc, ce n'est qu'une question de temps », dit-il.

Screen Shot 2020-07-28 at 4.08.30 PM.png

Des partisans de QAnon au Canada fin 2018. Photo via Twitter.

McElra dit qu'il s'efforce de rendre le mouvement aussi pacifique que possible et qu'il est particulièrement diligent lorsqu'il modère les posts. Il lit et regarde tout ce qui est publié sur les pages Facebook qu'il modère mais admet que cela peut être difficile. « Je fais un gros effort pour être un effet calmant dans mon groupe et j'ai une tolérance zéro pour tout ce qui est violent ou gênant, dit-il. Les émotions sont fortes, les gens sont frustrés, et je pense qu'il est très important de maintenir la paix dans tout cela. »

De nombreux experts ont averti que la pandémie allait créer une sorte de boom de la conspiration. Sur toutes les plateformes de réseaux sociaux, les communautés se développent. Même TikTok aurait été confronté à une explosion de jeunes utilisateurs répandant des théories de type Pizzagate au cours des derniers mois. Anna Merlan, journaliste chez VICE News et auteure de Republic of Lies, un livre sur la culture moderne du complotisme, a récemment écrit que nous vivons une « singularité de la conspiration » qui a permis à des mouvements comme QAnon ou les anti-vaccins de se regrouper.

« Cette pandémie a créé un environnement d'incertitude et d'impuissance dans de nombreux aspects de la vie humaine actuelle, indique un rapport du Media Diversity Institute datant de juin. Malheureusement, QAnon a réussi à tirer parti de cette atmosphère en élargissant la portée de la théorie du complot et en l'utilisant pour diffuser des informations erronées sur une crise de santé publique déjà complexe et non résolue. »

Travis View, co-animateur du podcast américain populaire QAnon Anonymous, dit avoir vu des groupes apparaître partout dans le monde pendant la pandémie, ce qui résulte selon lui d’un besoin d'avoir une communauté. En fin de compte, c'est ce qu'est QAnon : une communauté en ligne. « Si QAnon semble être une théorie du complot essentiellement américaine, il s'agit en fait d'un mouvement de grande envergure, dit-il. Donc, quelle que soit la croyance conspirationniste à laquelle vous adhérez, vous allez trouver un foyer au sein de QAnon. Ce à quoi les gens s'attachent plus que tout, c'est à la communauté en ligne de personnes qui ne font confiance à aucune sorte de connaissance institutionnelle. »

La menace du terrorisme domestique

La croissance de QAnon n'est pas bénigne. Des partisans ont été liés à plusieurs décès et crimes au cours des trois dernières années : le numéro deux de la mafia new-yorkaise a été assassiné et une femme a diffusé en direct sa tentative d'« éliminer » Joe Biden. D'autres se sont retrouvés dans des confrontations avec la police, ont fait dérailler des trains et ont conspiré pour faire exploser des lieux qu'ils croyaient sataniques.

Selon un bulletin de renseignement du FBI, les fédéraux considèrent les « théories du complot marginales », dont fait partie QAnon, comme une menace de terrorisme domestique. « Le FBI estime que ces théories vont très probablement émerger, se répandre et évoluer sur le marché moderne de l'information, poussant parfois des groupes et des extrémistes individuels à commettre des actes criminels ou violents », peut-on lire dans le bulletin, d'abord rapporté par Yahoo News.

Publicité

Les groupes internationaux QAnon ne sont pas cloisonnés. Ils travaillent ensemble pour produire du contenu. Argentino dit avoir repéré des cas de pages internationales traduisant de la propagande, comme les populaires « documentaires » Q, pour les rendre accessibles à d'autres régions. Par exemple, la communauté QAnon du Québec joue un rôle dans la traduction de la propagande en français et travaille avec des groupes en France, mais la propagande française est également traduite pour les groupes italiens, le français étant plus facile à traduire en italien qu'en anglais. La communauté QAnon allemande aide à traduire et à diffuser la propagande en Autriche et au Danemark. Dans chaque cas, la propagande est adaptée à son public, la propagande socialiste et laïque étant plus importante en France qu'aux États-Unis, par exemple.

« Ces communautés centrales commencent à influencer leurs propres régions et nous constatons une forte croissance, dit Argentino. Cela crée différentes communautés toujours basées sur ce mouvement pro-Trump. »

Un film sur QAnon, Out of Shadows, a récemment été traduit dans d'autres langues et a été visionné des centaines de milliers de fois. D'autres sites ou comptes de réseaux sociaux ont été créés dans le seul but de diffuser des articles traduits sur QAnon. Sur Twitter, la bio du compte QAnon France indique explicitement en français qu'il a été créé pour « permettre aux Patriotes non anglophones de suivre Q ». Le compte a accumulé près de 10 000 abonnés en moins d'un an.

Publicité

Un rapport récent de l'Institut pour le Dialogue Stratégique (IDS), un groupe de recherche sur le contre-extrémisme, a constaté que si les hashtags sont relayés de manière prédominante aux États-Unis, leur prévalence a chuté, ce qui suggère que « la théorie du complot se répand et s'installe au niveau international ». L'IDS a constaté que les quatre principaux pays amplifiant les conspirations QAnon étaient les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada et l'Australie, suivis par la Russie, l'Indonésie et l'Allemagne. Le rapport du Media Diversity Institute a constaté que le contenu était affiché en néerlandais, français, allemand, grec et hongrois, et que le soutien sur les réseaux sociaux s’était accru au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Belgique, en France, au Canada, en Allemagne, en Grèce et en Hongrie.

QAnon à travers le monde

Certains des partisans internationaux de Q ne sont pas exactement les idiots que l'on imagine lorsqu'on parle de théories du complot bizarres. En octobre 2019, le Guardian a découvert que l'un des amis du Premier ministre australien Scott Morrison était un théoricien du complot bien connu de QAnon. Plus tôt cette année, un psychologue a été radié de l’ordre australien des médecins pour avoir écrit sur le blog officiel de son cabinet plus de 300 articles promouvant les théories Q sur les sacrifices pédophiles et une tentative de coup d'État aux États-Unis par la reine d'Angleterre.

En Allemagne, une enquête menée par la chaîne allemande The Local a montré qu'une page YouTube QAnon allemande populaire avait connu une croissance « exponentielle » depuis mars et qu'une chaîne Telegram était passée de 20 000 à 110 000 abonnés. Récemment, un partisan allemand de QAnon a été repéré lors d'un rassemblement d'extrême droite contre l'immigration organisé à l'occasion de l'anniversaire d'Hitler. Le chanteur pop et influenceur allemand controversé Xavier Naidoo a récemment relayé les théories de Q.

Publicité

En Iran, un groupe d'opposition politique appelé Restart a des liens avec QAnon. Des partisans de QAnon ont également surgi au Japon et en Corée du Sud.

Mike Rothchild, un journaliste américain qui couvre QAnon et qui a écrit un livre sur le sujet, dit qu'il a vu des hashtags QAnon du monde entier et dans de nombreuses langues. Mais il n'est pas sûr que les partisans internationaux comprennent les détails de la conspiration ou s'ils partagent simplement le célèbre slogan de QAnon : « Où l’on va, nous allons tousé. Selon Rothschild, les participants internationaux de QAnon reprennent le concept clé du mouvement, à savoir lutter contre les élites et les mondialistes, et l'appliquent à leur situation.

« Je ne m'attendais pas à ce que cela ait une portée internationale, dit Rothschild. Quel est le rapport entre un jeu de rôle des services de renseignement militaires américains et la vie au Japon ou en Finlande où vous avez des problèmes différents et un épouvantail bien différent ? »

Tout le monde n'est pas surpris. Ekman affirme qu'il n'est pas choqué de pouvoir faire venir 50 personnes dans un hôtel finlandais pour célébrer quelque chose dont le véritable épicentre se trouve à plus de 7 000 kilomètres. Comme beaucoup au sein du mouvement Q, il pense que cela fait partie de quelque chose de plus grand. « Je ne suis pas d'accord avec le fait que les messages de Q ne sont centrés que sur la politique américaine. Il y a une grande diversité sur les sujets abordés, dit-il. Il y a un réveil spirituel mondial qui se déroule, dont Q et Trump sont une composante majeure. »

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.