FYI.

This story is over 5 years old.

VICE News

Tatar Nation : l’autre Crimée

Simon Ostrovsky a passé quelques jours avec les Tatars de Crimée afin de découvrir leurs conditions de vie précaires et connaître leurs opinions sur les événements actuels.
15.5.14

POUR ACTIVER LES SOUS-TITRES, CLIQUEZ SUR L'ICÔNEOUSOUS LA VIDÉO.

Les Tatars de Crimée, qui représentent environ 12% de la population de la péninsule, ont massivement boycotté le référendum du 16 mars sur l'annexion de la Crimée par la Russie. Le souvenir encore frais des mauvais traitements infligés par l’Union soviétique aux Tatars est l'une des principales raisons de cette non-participation.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, ces gens ont été victimes des nombreuses persécutions et déportations orchestrées par Staline. Après l'éclatement de l'Union soviétique, les Tatars ont petit à petit commencé à rentrer en Crimée. Néanmoins, leur situation a toujours été instable et cette communauté continue encore à être rejeté du reste de la société. Aujourd'hui, alors que la Russie dispute la Crimée à l'Ukraine, leur avenir est plus que jamais incertain.

Simon Ostrovsky a passé quelques jours avec les Tatars de Crimée afin de découvrir leurs conditions de vie précaires et connaître leurs opinions sur les événements actuels.