FYI.

This story is over 5 years old.

LE NUMÉRO « LE MONDE VOUS HAIT »

Ces rappeurs qui haïssent la MDMA

Quand, il y a trois décennies, l’ecstasy s’est répandue partout dans le monde, elle était consommée par des gamins de la classe moyenne en baggys, qui suçaient des tétines dans des entrepôts désaffectés en écoutant de la musique électronique jusqu’à s...
26.6.13

Illustration : Michael Shaeffer

Quand, il y a trois décennies, l’ecstasy s’est répandue partout dans le monde, elle était consommée par des gamins de la classe moyenne en baggys, qui suçaient des tétines dans des entrepôts désaffectés en écoutant de la musique électronique jusqu’à s’écrouler de fatigue. Ces dix dernières années, elle est tombée en disgrâce chez les consommateurs de drogue, qui se sont tournés vers la cocaïne et d’autres stimulants pour répondre à leurs besoins de fêtards insatiables. Puis, lorsque des génies du marketing de narcotiques ont décidé d’appeler la MDMA, l’ingrédient clé de l’ecstasy, « molly », tout le monde – de Kanye West à Rick Ross en passant par votre petite sœur – a décidé de mettre dans sa bouche ou dans son trou de balle, en toute insouciance, de la poudre jaunâtre pour se marrer plus longtemps. L’impact de cette dope sur la communauté hip-hop a été particulièrement étonnant, surtout si l’on prend en compte les stéréotypes historiques sur les drogues de rappeurs – lesquelles devraient toujours être apaisantes, comme le sirop pour la toux ou la weed. Pourtant, un groupe de hip-hop de Brooklyn n’est pas d’accord avec ça. Stereo Marz, un trio formé l’année dernière, a nommé son premier morceau « Anti-Molly » et le message est plutôt clair. J’ai parlé avec deux des membres de Stereo Marz, Desi Dez et Shaun « Bizy » Gabriel, de ce qu’ils trouvent révoltant dans le fait d’aimer une drogue qui vous fait tomber amoureux des lumières stroboscopiques. VICE : Pourquoi vous détestez la molly ?
Desi Dez : Je suis hyper dégoûté par tous ces artistes qui font l’apologie de la molly. On est complètement contre – on trouve ça naze.
**Shaun « Bizy » Gabriel **: L’atmosphère dans les écoles a changé ces cinq dernières années, depuis que les gamins touchent à la molly. Pourquoi pensez-vous que la MDMA est devenue populaire ces dernières années ? Les rappeurs ne parlent plus que de ça.
Desi : Tous ces artistes à succès font la pub de cette drogue, ils la rendent cool aux yeux des plus jeunes. C’est comme la propagande : si c’est suffisamment répété, les gens finissent par l’accepter.
Bizy : Je ne sais pas s’ils sont payés pour rapper sur la molly, mais j’ai entendu dire que ça pouvait être le cas. Vous pensez que ça va devenir une épidémie, comme le crack ?
Desi : Absolument. Ils visent les gamins. Les fournisseurs vont mettre des trucs dedans pour la rendre plus addictive, et à partir de là, on aura perdu toute une génération – exactement comme avec le crack. Un dernier mot pour les rappeurs qui adorent ça ?
Bizy : Mec, fous-la dans ton cul !