FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Family4Love est le Facebook de l’inceste

Vous pouvez tous aller niquer vos mères, littéralement.
31.8.14

Le profil de TampaRob pourrait être celui de n'importe quel père. « J'ai deux fils qui ont 13 et 10 ans, et une fille de 11 ans. On partage notre temps entre le football, la gym et la musique. » Mais ta da, surprise ! « On est actifs, ouverts et on s'apprécie beaucoup. Nous aimons rencontrer d'autres personnes comme nous. »

Bienvenue sur Family4Love.com, le Facebook de l'inceste. Selon le lexique du site, une « famille active » est une famille dont les membres couchent entre eux, et l’expression « Nous aimons rencontrer d'autres personnes comme nous » signifie « faites-le avec nous. »

Publicité

Comptant 3086 membres, il s’agit encore d’une petite communauté, mais qui fait partie d'une plus grande subculture dont les membres utilisent internet pour faire des trucs sordides avec leurs enfants – autant en terme de « jeux de rôles » que ce qui semblerait bien être le véritable acte. Au hasard des clics, vous trouverez un groupe dévoué aux « familles du Wisconsin qui s'aiment mutuellement », un riche gentleman aux intentions mal identifiées « à la recherche d’une mère porteuse », et même une page dédiée à d'immondes confessions de type « J'adore l'odeur de la bite de mon mari sur le visage de mon bébé quand je l'embrasse. »

Plus troublant, Family4Love n’est pas le seul site de ce type. Les forums d'incestes sont partout sur le web, et il existe même un subreddit sur le sujet. Un concurrent, Social-Incest.com, se définit comme « L’endroit qui connecte votre famille de plus d'une manière. » Bienvenue en enfer.

Family4Love est apparu pour la première fois dans l'actualité l'année dernière lorsque Stephen Lewis, un marine de Californie du Sud, avait utilisé le site pour avoir des relations sexuelles avec un père et ses enfants. Mais le profil de cette famille avait été monté par le département de la Sécurité intérieure et Lewis avait en conséquence été arrêté. Il aurait reconnu avoir eu des relations sexuelles avec des mineurs et détenir de la pornographie infantile sur son téléphone. (Nous n'avons pas obtenu de réponses de la Sécurité intérieure à ce sujet.)

Pourtant, le site existe toujours aujourd’hui, profitant de plusieurs vides juridiques américains. Bien sûr, il refuse les utilisateurs de moins de 18 ans et interdit le fait de parler de pornographie infantile. Mais les insinuations explicites au sexe entre adultes et enfants sont partout. Dans l'album d'un utilisateur nommé MO1, une photo de jeunes enfants assis sur un patio était accompagnée de la légende suivante : « Juste avant que les filles ne se déshabillent et commencent la fête :-p » Le reste des commentaires étaient tout aussi vomitifs :

Comme beaucoup de membres de Family4Love, Ian, un homme de 35 ans salarié dans l'industrie technologique à San Francisco, se méfie des lois qui condamnent l'inceste. Habitué du site, il est aussi l'un de ses membres les plus bavards. Après quelques jours de chat sur la messagerie privée du site, Ian m'a confié où il pensait que se trouvait la limite entre inceste et abus sexuel sur mineur. Selon lui, il est naturel pour les enfants d'apprendre la sexualité par l’intermédiaire de leurs parents, du moment que l'environnement familial est « sain ».

« Tout le monde est différent. Tous les enfants sont différents. Si un être humain de n'importe quel âge est au préalable informé des conséquences potentielles, il vivra sans doute une expérience saine et positive. » Cela dit, il rappelle qu'il n'est pas « actif » avec son fils, et « ne peut pas imaginer un monde où [il] le serait ». Il dit aussi être attristé par les « connards qui insinuent l’agression sexuelle sur mineur au sein même du chat public. »

Publicité

Pour Ian, Family4Love est plus qu'un lieu de rendez-vous entre pédophiles. C'est un abri pour les gens qui entretiennent des fantasmes tellement tabous que les avouer publiquement reviendraient à être mis au ban de la société.

« Je dirais que le truc le plus génial ici, c’est que c'est la première fois que j'ai des amis qui comprennent ce fantasme aussi intense et secret. »

Il dit avoir été exposé à l'inceste pour la première fois à l'âge de neuf ans lorsqu’un voisin de sept ans, dont la famille était incestueuse, lui a fait faire « des choses » avec sa petite sœur.

« C'était plutôt horrible, se souvient-il. Je ne sais pas dans quelle mesure ça m'a affecté. » Mais aujourd’hui, « rien que le fait de penser à des scènes de sexe avec des parents proches m'excite… Pour je ne sais quelle raison, l'effet Westermarck n'a absolument pas fonctionné sur moi. »

De récentes études ont soutenu cette théorie proposée par un chercheur allemand dans les années 1890. Selon elle, les frères et sœurs grandissant à proximité développent une forme d’aversion sexuelle réciproque au moment de la puberté.

« Il s’agit d’un phénomène profondément ancré, » dit Jonathan H. Turner, professeur à l'Université de Californie Riverside et co-auteur d'Incest: Origins of the Taboo. Mais selon Turner, d'autres facteurs, comme le fait d’avoir été maltraité par ses parents ou un grave traumatisme infantile, peuvent empêcher l'effet Westermarck de se déclarer. Ceci peut également se produire lorsque les frères et sœurs n'ont pas été élevés ensemble.

Debra Lieberman, chargée de cours à l'Université de Miami, est une éminente chercheuse sur la question de l'inceste. Elle soupçonne que les visiteurs de sites comme Family4Love souffrent de déficiences – dues à la drogue, à l'alcool, ou mentales – qui éroderaient leur aversion instinctive pour l'inceste.

Ces gens se réunissent sur des sites comme Family4Love ou Social-Incest pour « normaliser » leur fantasme en discutant entre eux, en partageant des liens ou en postant des photos qui les excitent sexuellement. « Soudain, ils retrouvent un groupe de personnes qui s'estiment mutuellement pour leurs préférences », dit-elle.

Publicité

Lieberman, cependant, distingue le fantasme de l'inceste et l'acte en lui-même. Ces jeux et fantasmes émergent, selon elle, parce que le cerveau diminue son seuil de tolérance aux trucs dégueulasses à chaque nouveau rapport sexuel. Quotidiennement, les gens évitent d'échanger leurs fluides corporels. Mais lorsqu’on couche avec quelqu’un, cet échange est inévitable, « et le dégoût diminue peu à peu ». Pour certaines personnes, ce dégoût diminue un peu. Mais pour d'autres, le dégoût diminue clairement trop, ouvrant grand les portes des golden showers, etc. « Bien entendu, les fantasmes d'inceste émergent lorsque les frontières du dégoût sont repoussées, dit-elle. C'est biologique, et pas culturel. »

En avançant l’idée selon laquelle nous posséderions tous des systèmes biologiques refusant de fait la consanguinité, la théorie de Lieberman va à l'encontre de la vieille rengaine freudienne selon laquelle nous désirerions tous secrètement coucher avec nos parents. « Des cas d’inceste existent – mais il s’agit d’exceptions, certainement pas de la règle, » poursuit-elle.

En d'autres termes, les membres de Family4Love qui pratiquent réellement l’inceste sont les tragiques exceptions qui confirment la règle. Les autres l'utilisent comme un terrain de jeux pour des « fantasmes », lesquels sont en réalité plus répandus qu’on le croit.

L'inceste a mauvaise réputation, mais est assez visible en tant que fantasme sexuel. En 2009, deux vrais jumeaux, les Peters, sont devenus des stars du porno après qu'ils se sont baisés et sucés l'un l'autre en vidéo. Le premier DVD, Taboo, s'est vendu à plus de 15 000 exemplaires dans le monde, et Bel Ami, le studio tchèque à l’origine de sa sortie, a vu ses membres augmenter de 25 %. Certains médias ont même donné un nom à ce phénomène : le « twincest ».

Mais Bel Ami a vite rencontré un problème dont souffrent les studios aux contenus douteux – du jour au lendemain, les services trans-bancaires ont refusé de traiter leurs transactions. D'après un porte-parole de Bel Ami et à cause de cet impair, l'entreprise aurait retiré tout contenu impliquant les jumeaux en 2012.

Publicité

Quoi qu'il en soit, les thèmes incestueux dans le porno sont aujourd'hui plus répandus que jamais, montrant que l'appétit de l'Amérique décadente pour ce genre de déviances ne fait que s’accroître. Tandis que les studios mainstream se montrent très réticents à représenter l’acte sexuel au sein d'une famille, vous pouvez en trouver facilement chez de plus petits studios ou sur des forums du gouffre.

« Je dirais que [l'inceste] est actuellement le thème le plus répandu dans l'industrie des films pour adultes, » dit Dan O'Connell, co-fondateur du studio lesbien Girlfriend Films. Une de leurs séries les plus populaires s'intitule « Mother/Daughter Exchange Club », dans laquelle on peut voir des mamans et leurs filles faire tout un tas de saloperies avec  d'autres familles. Bien qu'elle ne comprenne pas de scène d'inceste à proprement parler, la série se vend « carrément bien », d'après O'Connell. « Rien que l'allusion suffit aux consommateurs pour se précipiter sur des titres qui promettent de l'inceste filmé. »

Dans le même genre, Kelly Madison, actrice et réalisatrice de films X, dit avoir entendu parler de petites sociétés à la recherche d’actrices inconnues qu'elles pourraient faire passer pour les filles d'actrices plus vieilles. Madison pour sa part, préfère ne tourner des scènes qui n'impliquent que la belle-famille. Comme dans son dernier film, Dream Young, où une jeune fille interprétée par Halle Von se fait baiser par son beau-père (joué par le mari de Kelly, Ryan Madison). « Je ne ferais jamais rien avec de vrais membres d'une famille, parce que je ne pense pas qu'en tant que société nous devrions valoriser quoi que ce soit allant dans ce sens, » dit-elle.

Ryan Madison et Halle Young dans Dream Young

Quand on lui demande pourquoi le porno incestueux jouit d'une telle popularité, Madison répond aussi que ceci est dû à l'insensibilisation. « On a tout fait. C'est vraiment le dernier tabou. Les gens en veulent toujours plus. On doit toujours trouver un truc plus dingue. »

Le fait que le contenu incestueux soit très profitable aide sûrement. D'après Jesse Garza, directeur marketing chez Gamma Entertainment, un de leurs sites les plus prospères se nomme Out of the Family et contient uniquement des scènes impliquant des proches par alliance. « En ce moment, ce genre de contenu fait deux fois plus de trafic que nos autres sites, dit-il. Les fantasmes mère/fille sont de loin les plus populaires – assez pour qu'on décide d’y dédier un site, Mommy's Girl. »

Jesse dit que les studios porno font de leur mieux pour s'accaparer des parts de marché tout en restant dans les limites juridiques. Si il n'y avait pas d'obstacles légaux, Jesse est « certain » que beaucoup d'autres entreprises sauteraient sur l'occasion de monétiser cette tendance. En revanche, si une cour réussissait à condamner un producteur pour du porno incestueux, avertit-il, « tout ce contenu disparaîtrait immédiatement ». Mais pour l'instant, l'exploitation du filon continue, quelque part dans les zones grises de la légalité.

@MichelleLHOOQ