Le guide VICE d'Amsterdam 2014

La capitale du royaume des Pays-Bas est le foyer du tourisme cannabique et sexuel – voici quelques conseils pour ne pas ressembler à un pervers toxicomane.

|
juil. 20 2014, 8:00am

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

(Sauf mention contraire, toutes les photos sont de Raymond van Mil)

La capitale des Pays-Bas est une sorte de ville-musée bordée de canaux paisibles. Parmi ses visiteurs les plus fréquents, on trouve des Américains indécemment riches venus admirer des tableaux de Rembrandt et des hordes de pervers toxicomanes venus photographier les prostituées du Quartier rouge. Voici quelques conseils pour éviter ces abrutis.

Pour passer directement à la section qui vous intéresse, cliquez sur les liens ci-dessous :

OÙ FAIRE LA FÊTE
DROGUE ET LOIS LOCALES
POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS
OÙ MANGER
CE QUE LES GENS MANGENT ICI
LE AMSTERDAM LGBT
OÙ BOIRE
OÙ DORMIR
OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ
COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES
COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL
QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER
QUELQUES TRUCS À SAVOIR
UN PEU DE MUSIQUE LOCALE
NOTRE CARTE DE LA VILLE

OÙ FAIRE LA FÊTE

De Soos
Leidseplein 12 1017 PT
Le Chicago Social Club – que tout le monde appelle « De Soos » – est une des rares bonnes raisons de se rendre à Leidseplein. Cet ancien théâtre converti en club attire à peu près tous les Néerlandais susceptibles de s'habiller comme vous.
LIEN

Trouw Wibautstraat
127-131, 1091 GL
Ce club est de loin le meilleur d'Amsterdam, et l'ambiance est toujours très bonne. On ignore comment ils font, mais ils parviennent aussi à programmer des bons DJs tous les soirs. Mais si vous comptez y aller, assure-vous de savoir qui joue – les videurs peuvent être de sacrés enfoirés. Contentez vous de mentionner le nom du DJ présent ce soir-là, et tout ira bien. Et faites vite, parce qu'il semblerait que le « Trouw » (c'est comme ça que les locaux l'appellent) risque de fermer cette année. Ils n'ont pas encore fait d'annonce officielle, mais ils viennent juste de bannir les appareils photo – peut-être qu'ils sont juste un peu trop soucieux de leur apparence.
LIEN

Studio 80
Rembrandtplein 17, 1017 CT
Rembrandt Square est un endroit où règne l'angoisse et le désespoir, mais c'est dans cet océan de mornitude se trouve le Studio 80 – à savoir un des clubs house/techno les plus importants de la ville depuis dix ans. C'est environ 1,5 fois mieux que le Studio 54. Les mathématiques ne mentent jamais.
LIEN

Canvas
Volkshotel, Wibautstraat 150 1091 GR
L'Occident a la fâcheuse tendance d'installer des clubs dans des hôtels, et Amsterdam n'a malheureusement pas été épargné. Mais celui-ci présente l'avantage de ne pas ressembler à une salle d'attente peuplée d'attachés de presse, de DJs à laptop et d'étudiants Erasmus. Canvas se trouve au-dessus du Volkshotel, une ancienne imprimerie située à l'est de la ville – c'est sans doute le seul club d'Amsterdam qui propose une si jolie vue. Prenez une bouteille d'alcool pétillant et amenez l'élu de votre cœur sur le toit – il y a même un putain de jacuzzi.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Ewout Lowie)

DROGUES ET LOIS LOCALES

À rebours des stéréotypes, Amsterdam n'est pas une terre dépourvue de lois. Aujourd'hui, il est toujours légal pour les majeurs – touristes inclus – d'acheter de la weed à Amsterdam.

Cependant, le gouvernement actuel est majoritairement anti-marijuana, et tous les coffee shops situés à proximité d'une école ont été contraints de fermer. En gros, les potheads amstellodamois ont encore de beaux jours devant eux, mais ça fait des années que tout ne leur est plus permis.

Certaines zones ont des pancartes « Il est interdit de fumer de la weed », mais elles ne sont pas toutes respectées. Cela dit, essayez d'éviter de fumer dans ces endroits. De manière générale, on vous déconseille d'allumer un joint dans la zone fumeur d'un bar propre et bien rangé – même si techniquement, c'est encore tout à fait légal. À vous de voir si vous êtes prêts à essuyer quelques regards désapprobateurs. Si vous souhaitez fumer tranquillement, privilégiez les rades sombres et douteux.

Officiellement, une loi interdisant de fumer dans les bars et dans les restaurants est en vigueur, mais quelques exceptions ont été faites pour des petits bars. Il y a des zones fumeurs dans la plupart des clubs. Essayez de voir comment les locaux agissent à l'endroit où vous vous trouvez, c'est le meilleur moyen de ne pas passer pour un abruti.

Les champignons sont toujours légaux, bien qu'ils se vendent désormais sous formes de truffes qu'on appelle « pierres philosophales ». Elles ont les mêmes vertus psychoactives et sont dérivées des vrais champignons. Vous en trouverez dans n'importe quel smartshop, reconnaissables grâce à leurs vitrines sans équivoque.

La Hollande fait partie des plus grands producteurs de MDMA au monde, et il est même possible pour les Néerlandais d'envoyer leurs pilules à un laboratoire gouvernemental pour en tester la qualité. Le gouvernement préfère voir des gens défoncés que des gens morts. À l'époque, ces services étaient disponibles lors des grosses raves – malheureusement, des partis politiques chrétiens se sont arrangés pour les faire disparaître, prétextant qu'ils « envoyaient de mauvais signaux ».

La cocaïne est relativement populaire, mais sa qualité peut varier – au même titre que l'attitude de ses vendeurs. Évitez à tout prix les dealers de coke qui officient dans la rue, ils sont souvent louches.

Les policiers sont assez laxistes, mais ils n'hésiteront pas à vous punir pour autant. Les personnes qui se font choper par un videur avec quelques pilules sur eux se feront confisquer leur marchandise et se verront refuser l'entrée. Les consommateurs peu discrets se font fréquemment dégager par les videurs. Et ceux qui possèdent une énorme quantité de drogues sur eux ont de grandes chances de finir chez les flics. Le meilleur moyen de finir derrière les barreaux est de les traiter de fascistes – ou de n'importe quelle insulte qui pourrait provenir de la bouche d'un hippie remonté.

Revenir en haut

POLITIQUE LOCALE, RACISME ET MANIFESTATIONS

Le Vondelpark est le meilleur parc de la ville. C’est le seul endroit des Pays-Bas – et peut-être même du monde – où vous avez le droit de fumer des joints et de faire l'amour en extérieur, et ce en toute légalité. Néanmoins, il vous faudra respecter certaines règles : allez-y en début de soirée ou pendant la nuit, évitez les terrains de jeu pour enfants, et ayez l'obligeance de ramasser vos préservatifs usagés. Il est aussi interdit de se rendre dans le parc en portant des crampons cloutés – et dans tous les cas, c’est un drôle de fétichisme.

À Amsterdam, les squats sont illégaux depuis 2010. Si les derniers squats sont toujours tolérés, ils sont en train de devenir les reliques d’une lutte perdue.

Geert Wilders et son Parti pour la liberté sont plutôt situés à l'extrême droite de l'échiquier politique, et leur popularité ne cesse de croître. Bien que Wilders soit un eurosceptique, il souhaite rester membre du parlement néerlandais tout en voulant devenir membre du parlement européen – d'un point de vue légal, c'est actuellement impossible.

Revenir en haut

(Photo : Alejandro Tauber)

MANIFESTATIONS

Les Néerlandais ne sont pas réputés pour leurs manifestations. Pour vous donner une idée, notre slogan officieux est « Agissez normalement, c'est déjà trop fou ».

Les plus grandes émeutes de la ville ont eu lieu il y a plus de 30 ans. Le 30 avril 1980, des squatteurs ont déferlé dans les rues pour protester contre la pénurie de logements qui affectait le pays. C'était le jour où la reine Beatrix devait être couronnée – de nombreuses célébrations avaient été organisées en son honneur. À la place, des magasins ont été pillés tandis que les polices et les émeutiers en venaient aux mains. Depuis, les manifestations sont plutôt rares – et elles viennent plus souvent de l'extrême gauche que de l'extrême droite. Les démagos de droite sortent de temps à autre, comme lorsqu'ils ont manifesté en soutien au Père Fouettard, prétextant qu'il n'avait rien de raciste.

N'oubliez jamais que la ville d'Amsterdam est fondée sur le pragmatisme plutôt que la passion. C'est ce qui fait de la ville un des endroits les plus ennuyeux sur Terre en matière de politique.

Revenir en haut

IMMIGRATION

Depuis des décennies entières, les immigrés sont au cœur des débats politiques. Les attentats du 11-septembre n'ont pas vraiment apaisé ces tensions. À l'époque, le politicien Pim Fortuyn critiquait les immigrés en permanence – il a été assassiné en 2002 par le militant Volkert van der Graaf. Ça n'a pas aidé grand monde à mieux comprendre les avantages d'une société ouverte et multiculturelle.

Revenir en haut

OÙ MANGER

Rijsel
Marcusstraat 52, 1091 TK
Cette petite rôtisserie sert exclusivement des plats traditionnels qui ne vous coûteront que quelques euros.
LIEN

SLA
Westerstraat 34
C'est une mission presque impossible de revenir de vos vacances à Amsterdam en meilleure santé que lors de votre arrivée sur place. Si tel est votre objectif, rendez-vous dans ce bar à salades qui vous fera oublier la notion même de micro-ondes et de plats au sodium.
LIEN

Brouw Ten
Katestraat 16, 1053 CE
Tous les endroits de la planète servent des bières et des burgers aujourdhui, mais ceux de Brouw sont terriblement bons. Ils sont réputés pour leur viande fumée et leurs délicieuses côtes de bœuf.
LIEN

Koevoet
Lindenstraat 17, 1015 KV
Véritable institution amstellodamoise, ce restaurant italien est incroyablement authentique. Ils n'ont pas trop changé le menu depuis son ouvertue en 1889 – ils doivent plutôt bien se débrouiller.
LIEN

Le Fou Fow
Stormsteeg 9, 1012 BD
Le meilleur restaurant japonais de tout Amsterdam. Il se trouve au deuxème étage, juste au-dessus d'une épicerie asiatique qui existe depuis 1957.
LIEN

Revenir en haut

CE QUE LES GENS MANGENT ICI

Des stroopwafels
Pour conclure une journée passée à fumer des joints et à rire bêtement, il n'y a rien de tel qu'une bonne stroopwafel. Ces délicieuses gaufres fourrées au sirop de caramel semblent avoir été conçues dans ce simple but.

Des croquettes et des fricadelles
Mettez une vache, un cochon et un cheval dans un mixeur, avant de former vaguement une saucisse avec le résultat de votre mélange. Couvrez ensuite cette saucisse de miettes de pain et faites frire longuement le tout – voilà ! Les Kroketten et les frikandellen sont à la cuisine néerlandaise ce que les burgers et les donuts sont aux diners américains : des aliments dégueulasses qui font désormais partie de notre régime quotidien.

Roti
L'ancienne colonie du Suriname nous a apporté de superbes traditions culinaires. Ce plat qu'on appelle roti contient du poulet au curry, des pommes de terre, des haricots et une sorte de pancake salée.

Le stamppot
Il existe différentes sortes de stamppot, mais les meilleurs impliquent un lit de pomme de terre, des légumes bouillis et une bonne grosse saucisse fumée. Une des versions les plus populaires est préparée avec du kale – ce qui est assez ironique, compte tenu que ce plat a très peu de chances d'atterrir dans l'assiette des jeunes mamans de San Francisco.

Le drop
Les Néerlandais adorent la réglisse plus que n'importe qui au monde. Mais notre réglisse n'a rien à voir avec votre réglisse. Ces petits bonbons qu'on appelle drop ont un goût d'ammonium si prononcé que la plupart des touristes les recrachent immédiatement. Seuls les vrais néerlandais sont capables de les manger sans avoir l'expression d'une personne qui vient de goûter une déjection canine.

Le gouda
Il est absolument conseillé de déguster du gouda chez un vrai fromager, mais soyez psychologiquement préparés à ne jamais pouvoir en trouver d’une telle qualité chez vous. C’est un peu l’équivalent fromager d’une pinte de Guinness à Dublin ou d’un gramme de crystal meth à Fresno.

Revenir en haut

LE AMSTERDAM LGBT

Amsterdam a toujours été une ville très tolérante avec les gays, les bisexuels et les personnes transgenres. L'homosexualité a été décriminalisée en 1811, le premier bar gay a été ouvert en 1927 et l'année 1946 a vu la création du COC – une des premières organisations mondiales œuvrant pour le droit des homosexuels. Les Pays-Bas peuvent également se targuer d'être le premier pays à avoir légalisé le mariage homosexuel.

Mais récemment, quelques incidents sont venus ternir l'image d'Amsterdam. Malheureusement, il arrive parfois que des couples gays se fassent tabasser pour s'être embrassés en public. De nombreux bars et clubs gays ont été fermés, pour toutes sortes de raisons différentes — et certainement pas par manque de recettes. Mais vous remarquerez très vite que tous les bars sont, heureusement, gay-friendly.

Si vous cherchez quelques bars gays, rendez-vous dans la rue Reguliersdwarsstraat. Vous y trouverez des bars qui organisent des bons événements comme De Trut, Spellbound, Fucking Pop Queers, GOD, Dolly, Yarr et Nyx. Si vous cherchez un bar transgenre, le De Lellebel de Rembrandtsquare est un choix tout indiqué.

Si c'est votre style, Amsterdam comporte beaucoup de darkrooms, comme le Spijkerbar. Au rez de chaussée, c'est un bar plutôt classique, mais des trucs plutôt scabreux se passent à l'étage. Pour les amateurs de jacuzzi, rendez-vous à Thermos.

Tous les ans, lors du premier samedi du mois d'août, la Canal Pride voit des dizaines de bateaux naviguer sur les canaux d'Amsterdam. C'est plus une célébration politiquement correcte qu'une vraie fête, mais c'est toujours assez marrant. Le Milkshake Festival a lieu fin juillet, et l'événement est décrit comme étant destiné aux « garçons qui aiment les filles qui aiment les garçons qui aiment les garçons ».

Pour ceux qui voudraient en savoir plus, rendez-vous au Pink Point, près du Homomonument de la place Westermarkt. Ce kioske vous donnera tous les renseignements nécessaires sur le Amsterdam LGBT.

Revenir en haut

OÙ BOIRE

Les bars situés près de Noordermarkt, le marché des puces de Jordaan sont des endroits parfaits pour passer une bonne soirée. Faites juste attention à ne pas tomber dans le canal et à esquiver les touristes adolescents qui vomissent après trois pintes – ils sont nombreux. Personnellement, mon bar préféré est le Paepeneiland, qui a vu passer quelques célébrités comme Bill Clinton. Vous n'imaginez pas le nombre de gens des services secrets qu'il a fallu employer pour le tenir à l'écart du quartier rouge.

Essayez aussi  Joe’s Garage, Brouwerij de Prael et Brouwerij ‘t IJ. Le Roest est également un endroit sympathique – il se trouve à l'est de la ville et comporte une piscine et une terrasse couverte de sable qui lui donnent un air de plage perdue au beau milieu d'une zone industrielle. Normalement, vous y croiserez très peu de touristes.

Revenir en haut

OÙ DORMIR

Si vous avez un petit budget – ou que vous comptez tout claquer dans le premier coffee-shop venu –, le Hans Brinker Budget Hotel (25 € la nuit) est votre meilleure option. C’est une auberge où tout le monde fait la fête, et la procédure à suivre est assez simple : les gens viennent pour le prix avantageux, restent pour l'emplacement idéal de l’hôtel et s'enfuient dès que le bruit devient trop insupportable.

Si vous comptiez vous reposer un peu, rendez-vous au Stayokay Zeeburg (30 € la nuit dans un dortoir). C’est une auberge assez cool située en plein milieu d’un quartier un peu bourgeois à l’est de la ville – les chances de croiser un junkie sur votre perron avant l’heure du petit-déjeuner sont donc assez minces. Il existe une alternative plus onéreuse, le CitizenM (comptez 85€ la nuit pour une chambre) – le rapport qualité/prix est excellent, mais vous serez très éloigné du centre-ville.

Si vous venez d’hériter d’une coquette somme, l’Hotel Américain (150€ la nuit) est un endroit superbe. Et si vous tenez vraiment à vous débarasser de votre argent, rendez-vous au Faralda NDSM Crane hôtel (435€ la nuit en suite), qui est l’endroit idéal pour ramener quelqu’un si votre plus gros fantasme est de faire l’amour dans une boîte suspendue à 50 mètres du sol. Parce que c’est exactement ce que c’est – une boîte suspendue à 50 mètres du sol.

Revenir en haut

OÙ TRAÎNER EN ÉTAT DE SOBRIÉTÉ

Sincèrement, il est très difficile de ne pas s'amuser à Amsterdam. Cette ville est faite pour faire la fête, donc évitez de passer l'intégralité de votre séjour près de Rembrandt­square ou Leidsesquare. Ces endroits sont des attrape-nigauds. Amsterdam est une ville assez petite pour que vous preniez le risque de vous aventurer en dehors du centre-ville – c'est comme ça que vous ferez vos plus belles découvertes.

Un conseil : allez voir les mecs de Rush Hour Records et de Red Light Records, vous y trouverez des flyers pour les meilleurs soirées underground de la ville. Si ça ne vous tente pas, peut-être que vous êtes juste une personne foncièrement opposée à la notion même d'amusement.

Louer un bateau
OK, on en fait peut-être pas autant des tonnes que les Vénitiens, mais vous devez absolument naviguer sur nos superbes canaux. Notre vie se résume plus où moins à boire, manger et fumer sur des bateaux, et il y en a une pléthore à louer. Évitez juste les pédalos, c'est beaucoup moins bien et vous ne vous sentierez pas aussi triomphant que sur un bateau classique.

Le musée Electric Ladylight
Ce musée est géré par un New-yorkais excentrique pourvu d'une magnifique barbe. À ma connaissance, ce musée dédié aux œuvres d'art fluorescentes est unique en son genre. Il est divisé en plusieurs sections qui portent des noms comme « La terre magique des lumières, des sons et des dimensions » – donc oui, allez-y défoncé, votre expérience n'en sera que meilleure.
LIEN

Le Savoy Bar
Tout le monde se retrouve ici quand les autres bars ont fermé. À l'aube, vous y croiserez des prostituées, des dealers, des frat boys, des cocaïnomanes, des étudiants, des touristes et des vieux marins. Près des toilettes, vous aurez sans doute l'occasion de croiser une femme prénommée Wilma qui vous vendra des bonbons et des cigarettes.
LIEN

Broek in Waterland/Durgerdam
Si vous voulez profiter d'un magnifique paysage en fumant un joint, sortez des coffee shops et rendez-vous dans un petit village situé au nord d'Amsterdam, comme Broek in Waterland ou Durgerdam. Ces villages sont magnifiques et valent vraiment le déplacement.

Les docks au nord de la ville
Pour une raison obscure, le nord de la ville est ignoré de la plupart des touristes. C'est dommage, parce que là-bas, les ferries sont gratuits et c'est l'endroit parfait pour passer un bon après-midi. Le musée EYE Film propose souvent de chouettes expositions. Il vous suffira de traverser la rivière à partir de la gare — impossible de le louper : c'est le seul bâtiment du coin qui ressemble à un vaisseau spatial tout droit sorti d'un mauvais jeu vidéo des années 1990.

Hannekes Boom
Situé au cœur du vieux port, ce lieu est un véritable caméléon. La journée, les étudiants se rendent là-bas pour travailler, et la nuit, l'endroit se transforme en bar. Aucun rapport avec Michael Haneke, si jamais vous vous attendiez à croiser des psychopathes bien sapés.
LIEN

Les collections du Rijksmuseum
Si vous avez déjà vu les tableaux de Rembrandt et de Vermeer, sachez que le meilleur reste à venir. Rendez-vous au sous-sol du Rijksmuseum, où vous trouverez des piles d'or et de bijoux, ainsi que des superbes lanternes magiques du 17ème siècle.
LIEN

Le coffee shop Bluebird
La plupart des coffee shops vendent de la weed pour se faire du blé, mais ce n'est pas le cas du Bluebird. Cet endroit est géré par des potheads expérimentés dont le but utime est de vous fournir la meilleure défonce imaginable. C'est souvent très chiant d'entendre des mecs vous parler des vertus de leur dernière variété de weed, – mais franchement, autant aller là-bas si vous voulez vous défoncer.
LIEN

Sarphatipark
Éloigné du centre-ville, cet adorable petit parc situé dans le quartier du Pjip est bordé de bars fréquentés par des gens du coin. Les locaux ne seront pas nécessairement ravis d'y voir plein de touristes, soyez donc sympa avec eux.

Le cabinet des chats
 Ce musée est dédiée à la place des chats dans l'art. En gros, c'est comme imgur dans la vraie vie.
LIEN

Revenir en haut

(Photo : Ewout Lowie)

COMMENT ÉVITER LES ARNAQUES

À Amsterdam, les chauffeurs de taxi sont réputés pour arnaquer les touristes. Dans n’importe quel endroit touristique – la gare, Dam, Leidseplein et Rembrandtplein –, les chauffeurs se battront pour attirer votre attention, avant de tourner en rond pendant plusieurs minutes pour que votre course vous revienne plus cher.

Face à ce problème, la ville a décidé d’engager des clients mystères pour tenter d’épingler les arnaqueurs, mais il y a de grandes chances que vous tombiez sur un escroc. Le meilleur moyen de les éviter est de marcher à une centaine de mètres des endroits touristiques pour en trouver un. De toute évidence, évitez les taxis qui n’ont pas de pancarte officielle.

Amsterdam a beau être une ville charmante, sa réputation s'est bâtie sur le sexe et la drogue – deux concepts amusants que des enfoirés exploitent depuis des siècles pour extorquer l'argent d'autrui. Et le quartier rouge rassemble tous ces entrepreneurs crapuleux qui se font de l'argent sur le dos de pauvres femmes. De manière générale, le quartier est assez mauvaise ambiance.

Revenir en haut

COMMENT NE PAS SE COMPORTER COMME UN TOURISTE INFERNAL

On aime bien voir des touristes à vélo s'intéresser à notre culture locale – sauf quand ils s'agglutinent tous dans le centre-ville EN MÊME TEMPS. La ville entière mérite d'être explorée, mais la plupart des visiteurs se contentent de fumer deux blunts et de pédaler le long des rues de la Vieille ville. Sortez du centre et partez à la conquête du reste de la ville, par pitié.

Un autre truc qu'on déteste : les touristes qui prennent des photos dans le Quartier rouge. Les filles qui bossent là-bas n'aiment pas nécessairement se faire photographier, et il y a des chances qu'elles balancent votre appareil dans le canal le plus proche.

Revenir en haut

QUELQUES PERSONNES ET ENDROITS À ÉVITER

Les frat boys du quartier De Pijp
De Pijp est la terre d'accueil des frat boys amstellodamois – vous les reconnaîtrez à leur odeur de sueur et de désespoir sexuel. Comme tous les frat boys de la planète, ils sont violents, sexistes, stupides et moches. Si vous avez le malheur de trop vous rapprocher d'eux, ils risquent de se rendre compte que vous êtes un être humain décent et vous jetteront des bouteilles à la figure.

Les vélotaxis
Les chauffeurs de taxis d'Amsterdam sont particulièrement exécrables, mais les chauffeurs de vélotaxis sont encore pires. En plus de porter des maillots en lycra, ils sont lents et particulièrement vénaux.

De Wallen
Cet endroit est le quartier rouge le plus connu d'Amsterdam. On sait qu'il fait partie de l'identité de la ville, mais vous n'imaginez pas à quel point les prostituées qui y travaillent sont malmenées. De Wallen est un endroit sinistre, et il n'y a rien d'amusant à coucher avec une prostituée qui déteste son boulot.

Les dealers de rue
Amsterdam est une des villes où la drogue est la plus accessible. Inutile d'accoster des vendeurs de rue, à moins que vous ne souhaitiez payer une fortune pour fumer de la mort aux rats.

Leidseplein
Cet endroit regroupe beaucoup de tramways, et c'est bien là son seul intérêt. J'ignore pourquoi les guides touristiques s'évertuent à le mentionner — c'est typiquement le genre d'endroit dans lequel on se retrouve quand on s'est planté de chemin. Déguerpissez sans plus attendre si vous atterrissez là-bas.

Les kebabs ouverts de nuit
C'est étonnant qu'une ville comme Amsterdam propose des kebabs aussi nuls – surtout près du Quartier rouge. Les vendeurs réchauffent parfois leurs kebabs et leurs chawarmas en les plongeant dans l'eau bouillante. Je sais que vous ne m'écouterez sans doute pas – surtout si vous êtes défoncés – mais je tente quand même le coup : rentrez chez vous affamé, ça vaudra mieux.

L'Amsterdam Dungeon
Cet endroit est fait pour arnaquer les touristes. Vous n'apprendrez rien de l'histoire d'Amsterdam – en tout cas pas plus que si vous étiez resté chez vous en fumant des sachets de thé et en tapant « canaux » sur Google.

Escape
 De nombreux guides le citent comme étant un endroit emblématique de la vie nocturne amstellodamoise. Pourtant, c'est juste un club merdique qui passe de la musique merdique. Allez plutôt au Studio 80 qui est juste à côté.

Kalverstraat
La rue commerçante la plus connue d'Amsterdam. Les magasins sont nuls et peuplés de touristes perplexes face à tant de nullité.

Het Damrak
Cette rue est située juste en face de la Centraal Station – c'est souvent celle que les touristes voient pour la première fois. Les bâtiments historiques sont cachés par des barrières et des pancartes néons qui vous dirigeront vers des magasins tout pourris. À moins que vous ne souhaitiez absolument porter un T-shirt qui dit « Les gentilles filles vont au paradis, les mauvaises filles vont à Amsterdam », filez au plus vite.

Le musée du sexe
On n'a aucun problème avec les gens qui parlent ouvertement de sexe, mais vous ne sortirez pas plus intelligent de ce musée. Vous y croiserez des adolescents défoncés qui rigolent à la simple mention du mot « nichon ». Votre mère n'a sans doute aucune envie de voir une photo de vous posant fièrement près d'un pénis de 2 mètres – et c'est sans doute le cas du reste du monde.

Revenir en haut

(Photo : Sabine Rovers)

QUELQUES TRUCS À SAVOIR

Pourboires
Les serveurs néerlandais sont habitués à servir des gens pauvres. Du coup, les pourboires ne sont jamais très élevés. Idéalement, donnez entre 5 et 10% de votre note. En ce qui concerne les taxis, contentez vous d'arrondir la somme. Ne donnez jamais de pourboire dans les salons de manucure, les coiffeurs, et à peu près tous les établissements qui fournissent des services.

Phrases utiles
Bonjour – Hallo
Au revoir – Tot ziens
S'il te/vous plaît – Alsjeblieft
Merci – Dank u
Où puis-je choper de la cocaïne, enfoiré ? – Hoe kom ik aan coke, kankerlijer?
Tu es canon – Je bent lekker
Bière ? – Biertje?
Est-il possible de pratiquer une relation sexuelle impliquant un fist dans cette pièce ?– Is seks met een vuist aanvaardbaar in deze donkere kamer?

Revenir en haut

UN PEU DE MUSIQUE LOCALE

Voici un peu de musique néerlandaise. Ça défonce, non ? Vous pourriez chanter les paroles aussi si votre langue maternelle ne vous empêchait pas de massacrer la nôtre.

Revenir en haut

NOTRE CARTE DE LA VILLE

C'est à peu près tout. Vous me remercierez plus tard si vous arrivez à ne pas vous perdre dans le quartier rouge sous champignons hallucinogènes.

Bisous,

– VICE Pays-Bas

Revenir en haut

Revenir au sommaire des guides VICE de l'Europe

Plus de VICE
Chaînes de VICE