FYI.

This story is over 5 years old.

Vice Blog

La Vie de dealer pendant la Fashion Week

La consommation de drogues va souvent de pair avec le monde de la mode – et la Fashion Week ne fait que corroborer cette thèse.
4.3.16

Photo via l'utilisateur Flickr Imagens Evangelicas

Des nombreuses rumeurs sur la potentielle addiction à la cocaïne de Kate Moss aux marques qui présentent des mannequins en train de sniffer du poppers dans leurs campagnes publicitaires, tout le monde sait que la consommation de drogues va souvent de pair avec le fabuleux monde de la mode. Et la Fashion Week de New York – qui accueille des troupeaux d'Européens aux cheveux impeccablement coiffés et aux revenus disponibles venus tenir compagnie à leurs homologues new-yorkais – ne fait que corroborer cette thèse.

Publicité

Il y a quelques mois, on demandait à des assistantes mode de nous raconter leur calvaire journalier. On s'est dit que ce serait une bonne idée d'interviewer un dealer durant la Fashion Week pour en savoir un peu plus sur son boulot. Sachant que la plupart de nos contacts nous ont blacklisté au moment où nous avons mentionné l'idée d'en faire « un petit article », on s'est rappelé qu'un de nos amis – qui travaille actuellement dans la mode en tant qu'agent pour mannequins – avait un passé de dealer. Il bosse pour une agence relativement cotée et ne voulait pas que son nom soit associé à son ancien business parallèle. Du coup, il nous a demandé d'utiliser un des pseudonymes suivants : « Dick Tracy, Brian Boitano, ou Manny Ribera ». On a opté pour Dick Tracy.

VICE : Quel travail occupes-tu dans le secteur de la mode ?
Dick Tracy : Techniquement, je suis agent, booker, manager – c'est plus ou moins la même chose. Ça va faire cinq ans que je fais ça. Je manage 70 à 90 mannequins, mais ils ne sont jamais tous dans la même ville au même moment.

Tu continues à vendre de la drogue en parallèle de ton job ?
En ce moment, je me contente de vendre de la weed – mais principalement pour financer ma propre consommation. C'est comme ça que j'ai commencé à vendre de la MDMA, aussi. Un de mes amis dealers devait s'absenter et m'a demandé de prendre le relais. Ça s'est écoulé à une vitesse hallucinante – j'ai juste demandé à mes amis et à quelques collègues s'ils en voulaient.

Publicité

En ce qui concerne les drogues plus dures, je vends beaucoup plus en club. J'essaie d'éviter de vendre ce type de substances à des gens avec lesquels je travaille. J'ai arrêté tout ça il y a un an. Ça prenait une trop grosse ampleur, et le seul moyen d'arrêter pour de bon était de me débarrasser de tout ce que j'avais.

Est-ce que les clichés sur le monde de la mode et la consommation de drogues sont vrais ?
Tous ces stéréotypes sont vrais. En fait, ce ne sont même pas des stéréotypes – c'est juste une vérité. Mon collègue vient tout juste de revenir de la Fashion Week de Milan, et il paraît qu'un des grands designers a fait passer une calice remplie de cocaïne à une after.

Quelle drogue est la plus prisée ?
La coke. La MDMA a fait son temps après quelques années de gloire. J'ai l'impression qu'en 2014, la MDMA était un peu plus populaire – peut-être parce que les rappeurs ont commencé à s'impliquer un peu plus dans la mode à ce moment-là. Possible que la cocaïne perde en popularité, mais pas autant.

Est-ce qu'un dealer vend plus de drogues pendant la Fashion Week ?
Oui, et de manière significative. Déjà parce qu'il y a beaucoup plus de monde en ville. Au mois de février, les gens ont tendance à sortir un peu moins – mais quand la Fashion Week arrive, tout le monde se rattrape. Je suis persuadé que la plupart des dealers vendent beaucoup plus durant la Fashion Week de New York. On croise des consommateurs qui ne sont pas toujours là – beaucoup d'Européens, par exemple.
Je me fais contacter en permanence pendant la Fashion Week, même si j'ai décroché. Je me contente de les rediriger vers une connaissance.

Publicité

À quel point tes ventes augmentaient-elles lorsque tu dealais encore ?
J'achetais environ quatre fois plus qu'à l'ordinaire. Je ne sais plus combien exactement, mais je dirais l'équivalent de 2000 $ par semaine. Mon record, c'est 28 grammes de MDMA pour un seul client – et à peu près pareil pour la weed. Mes clients faisaient vite passer le mot et j'avais toujours quelqu'un à aller voir. Je préférais toujours acheter en grosses quantités pour ne jamais être à court.

Je vendais quasiment tout pendant les after-parties. Je gardais toujours quelque chose sur moi pendant la journée parce que je me faisais contacter à n'importe quelle heure. On m'a donné rendez-vous dans mon bureau, dans ma salle de sport, à un nombre incalculable de fêtes. Je n'avais pas besoin de me déplacer, le plus souvent – les gens venaient à moi.

Image via

Est-ce que des dealers arnaquent leurs clients durant la Fashion Week ?
Oui, j'en ai vu beaucoup en profiter, sachant que la plupart des clients quitteront la ville une fois la Fashion Week terminée. La plupart des mannequins viennent juste pour les défilés, certaines pour la première fois, et elles pètent un plomb. Si leurs clients sont friqués, les dealers en profiteront allègrement.

En tant qu'agent pour mannequins, ça t'ennuierait de voir tes clients se droguer pendant la Fashion Week ?
En tant qu'agent, j'ai envie de savoir ce que font mes clients – et je préfère qu'ils soient totalement honnêtes avec moi pour que je puisse les aider quoiqu'il arrive. De toute façon, je finirai par le découvrir d'une manière ou d'une autre, par exemple sur les réseaux sociaux – c'est devenu difficile de cacher quoi que ce soit. Tant qu'ils ne ressemblent pas à rien lors des défilés ou que je ne reçois pas de coup de fil paniqué à la dernière minute, tout me va. Je passe mon temps à nettoyer leur merde, mais c'est le job qui veut ça. Je mens ou je lisse les choses pour que mes clients préservent leur réputation.

Il existe aussi des filles qui rêvent de devenir des stars et qui mettent un point d'honneur à ne pas prendre de drogues. D'autres sombrent dans le monde de la fête et se persuadent qu'elles peuvent faire les deux. Les filles qui ne dorment presque pas et qui boivent toute la nuit se réveillent avec le visage bouffi, et ça ne passe pas toujours pendant les castings.

Tu as vu des gens prendre des drogues en pleine journée pour paraître en forme ?
Bien sûr – je l'ai vu de mes propres yeux. Parfois, les gens sont prêts à tout pour tenir, en particulier pendant la Fashion Week, où il faut bosser toute la journée et faire la fête toute la nuit.

D'après ton expérience, quels sont les mannequins qui font le plus la fête ?
Les mannequins australiens, et de loin – les Anglais arrivent en deuxième place.