Sexe

Ma nuit de noces a été interrompue par une orgie de sexe et de coke dans mon appart

On a été plus que surpris d'être les hôtes Airbnb d'une orgie poudrée... le soir de notre mariage.
14.6.16
The author's apartment. All photos courtesy the author

Mon mari et moi, on était inscrits sur Airbnb depuis mars 2015. On trouvait ça excitant de rencontrer de nouvelles personnes et, étonnamment, on avait rarement eu de mauvaises expériences. Ça nous a surtout permis d'accumuler une tonne d'anecdotes amusantes. Jusque là, le pire qui nous était arrivé, c'était de retrouver des poils de husky partout près de six mois après le départ d'un client et de son gros pitou. Un petit prix à payer pour rencontrer des gens incroyables de partout à travers le monde. Alors on a été plus que surpris d'être les hôtes Airbnb d'une orgie poudrée… le soir de notre mariage.

Publicité

C'était le 31 décembre 2015. Mon mari et moi, on avait décidé de nous marier la veille du jour de l'An parce que c'est une date facile à retenir et qu'on déteste tous les deux cette fête. Mais la veille de notre mariage, on a reçu une demande de réservation sur Airbnb pour le lendemain. On ne pouvait pas la refuser automatiquement, alors on a immédiatement appelé nos clients potentiels pour leur expliquer qu'on ne pouvait pas les héberger ce soir-là. Ils avaient l'air désespérés, c'était la veille du jour de l'An après tout. Ils ont dit que tout était déjà réservé et qu'ils doutaient qu'Airbnb les rembourse à temps. Étant donné qu'on avait quelques heures à tuer entre notre brunch de mariage et la réception, on a accepté.

Je suis plutôt de nature introvertie, mais, avec le temps, je me suis laissé influencer par la personnalité extrovertie et l'attitude positive de mon mari, que j'ai rencontré sur un site de rencontre. Comme lui, j'ai aussi adopté l'économie du partage et j'ai commencé à utiliser différentes applications pour rencontrer de nouvelles personnes, manger et me déplacer. Je me suis mise à aimer rencontrer de nouvelles personnes. Je n'avais pas à parler, je n'avais qu'à écouter les gens. Ma gêne s'est tranquillement éclipsée. Je me suis habituée à donner aux gens le bénéfice du doute et à affronter les situations gênantes avec une attitude positive. Alors je me suis dit que ce n'était pas si grave de partager notre appart avec des étrangers le soir de notre mariage.

Le matin de notre mariage a été particulièrement stressant. On avait un autre invité Airbnb dans notre deuxième chambre d'amis, et il a passé plus d'une heure sous la douche. On avait 15 minutes de retard à notre propre mariage, qui avait lieu à midi, mais le stress a rapidement cédé la place à l'excitation quand on s'est assis pour notre brunch de mariage. Avant la réception, mon père et mon nouveau mari sont arrêtés à l'appart pour remettre les clés à nos deux invités : un couple d'environ 20 ans, un jeune homme et sa blonde. Mon mari était excité quand il est arrivé à la maison. « Ils ont vraiment l'air cool. Ils ont tout de suite remarqué la guitare quand ils ont mis les pieds dans l'appart et se sont mis à jouer. » Le couple avait aussi fait bonne impression à mon père, un homme calme et droit. Il avait eu, lui aussi, un « bon feeling ».

Il était environ 2 h 30 du matin quand on est rentrés, après un party intime et fantastique. On s'est rapidement rendu compte qu'on n'était pas les seuls à avoir passé un jour de l'An exceptionnel.

La cuisine et le salon étaient couverts de déchets et la moitié de la bouffe dans notre cuisine avait été engloutie. Les invités n'étaient plus là, sans doute partis clubber ou poursuivre la fête chez quelqu'un d'autre. Notre appart n'avait jamais été aussi à l'envers — c'était peut-être même la première fois qu'il l'était —, mais, comme c'était notre nuit de noces, on trouvait que ça ne valait pas la peine de trop s'en faire. On réglerait ça dans la matinée. Un peu plus tard, on était en train de jaser dans notre chambre quand ils sont rentrés. Ils essayaient de ne pas faire trop de bruit, mais ils étaient visiblement un peu saouls — à un moment donné, quelqu'un a accroché quelque chose. Il y a une petite table en verre au milieu de notre salon qu'un ancien coloc avait laissée, comme pas mal tous nos meubles. Cet ex-coloc aimait à l'occasion faire de la poudre avec ses amis du secondaire le week-end, et il avait acheté la table justement pour ça. C'est une table en verre basse et massive, idéale pour couper et sniffer de la coke. Je ne sais pas si c'est la table qui a convaincu nos clients de louer notre chambre (on la voit clairement sur nos photos), mais elle a joué un rôle très important dans la soirée. On a rapidement reconnu les sons familiers de ceux qui coupent puis sniffent de la coke (on allait aussi retrouver des sachets vides, ô combien révélateurs, un peu plus tard).

Ces bruits familiers ont cessé et les invités, profitant d'un regain d'énergie, sont repartis. Ils sont revenus assez rapidement et on avait l'impression qu'ils étaient allés se coucher. Vers 5 h du matin, mon mari m'a réveillée. « Écoute. Ils sont en train de fourrer dans notre salon. » C'était évident. On trouvait ça bizarre qu'ils fassent ça dans notre salon alors qu'ils avaient leur propre chambre, mais, encore une fois, pas la peine de s'en faire pour ça. Ça nous a quand même empêchés de dormir. Mon mari avait un peu peur que nos invités, qui n'avaient manifestement pas de limites, tentent de voler quelque chose. Épuisée et dans un état second, je m'imaginais qu'on risquait une mort violente, et j'ai commencé à exposer mes théories sur Steven Avery dans Making a Murderer. On a fini par s'endormir au lever du soleil. Je me suis réveillée avec une envie de pisser et j'avais presque oublié les événements de la veille. En sortant de ma chambre, je suis tombée nez à nez avec deux personnes à poil, endormies sur mon sofa. Notre table en verre était repoussée contre le mur. Je suis allée faire pipi rapidement, puis je suis retournée dans ma chambre. C'est là que la colère a commencé à monter. Ma première réaction a été de tweeter l'incident et Airbnb m'a répondu rapidement en me demandant mon numéro de téléphone. J'ai attendu 40 minutes pour retrouver mon calme, puis j'ai réveillé mon mari pour lui dire ce qui se passait. On s'est levés tous les deux. Rendu là, il ne restait plus qu'une fille habillée sur le sofa qui textait. À moitié endormie, elle nous a souhaité bonne année et nous a demandé qui on était. On l'a ignorée et on s'est dirigés au fond de l'appartement vers la chambre louée. Quand ils ont ouvert, on a constaté qu'il y avait encore plus de monde dans le lit. On s'est adressés au jeune qui a loué notre chambre en lui expliquant que ce n'était « pas cool » de se réveiller avec des étrangers dans notre maison.

Horrifié, il s'est confondu en excuses et a reconnu qu'ils avaient dépassé les bornes. Il y avait cinq personnes dans leur partouse. Mon mari, comme pour montrer sa supériorité morale, a clos la discussion en disant : « C'était ma nuit de noces et quelqu'un dans cet appart a eu beaucoup de sexe et c'était pas moi! » C'est là que le jeune a promis de tout nettoyer et de s'en aller. On est retournés se coucher pendant qu'ils ramassaient leur bordel. Airbnb nous a appelés en nous offrant leur aide. Ils ont été beaucoup plus gentils que ce que j'aurais cru, compte tenu de toutes les histoires d'horreur que j'avais lues en ligne.

On avait presque oublié que notre autre client Airbnb louait une chambre quand il est rentré ce soir-là à 21 h. Mon mari s'est précipité dans le salon en s'excusant pour les évènements de la veille. L'invité, qui était très gêné et se servait probablement d'Airbnb pour s'ouvrir au monde, était bien sûr contrarié. Il pensait que les autres invités étaient nos amis et était « convaincu qu'ils se droguaient ». Mon mari lui a expliqué la situation de façon amicale : « Oui, ils se droguaient! Et ils fourraient! » Ce à quoi le gars a répondu : « Oui, je sais. Il fallait que j'aille à la toilette et quand j'ai ouvert la porte il y avait cinq personnes qui baisaient sur votre tapis. J'ai refermé la porte et je me suis retenu toute la nuit. »

La majorité des gens sont scandalisés quand je raconte cette histoire. Pourquoi t'as rien fait? Comment t'as fait pour ne pas les étriper? Et la police? Honnêtement, je m'estime chanceuse d'avoir une aussi bonne histoire à raconter sur mon mariage. Mon seul regret, c'est mon tapis souillé. Heureusement, Airbnb a offert de le remplacer. (J'ai tout de même demandé à mon père comment faire disparaître les « traces d'une orgie » sur un tapis. Sa réponse : « Utilise le produit dont tu te sers pour nettoyer tes tapis d'auto. ») Notre plus grande déception c'est qu'ils ne nous ont même pas conviés à nous joindre à eux. Après tout, c'était notre nuit de noces.

Suivez Justine Smith sur Twitter.