Si quelqu'un a vraiment besoin de se taire, ce n'est pas Kanye West, c'est nous

Si quelqu'un a vraiment besoin de se taire, ce n'est pas Kanye West, c'est nous

Est-il à ce point difficile de concevoir que les personnes célèbres peuvent également rencontrer des difficultés majeures dans leur vie ?
Ryan Bassil
London, GB
25.11.16

J'avais pour habitude de commenter les moindres faits et gestes de Kanye West, mais quand il a avoué il y a une semaine, lors d'un concert en Californie, que « s'il avait voté, il aurait voté pour Trump », je suis resté muet. Déjà parce qu'en tant qu'Européen, je n'ai pas forcément les billes pour débattre intelligemment sur la politique passée, présente et future des États-Unis. Ensuite, et surtout, parce que ça m'a mis mal à l'aise. Je suis fan de Kanye West, de son franc-parler et de ses déclarations fracassantes, mais on sentait que celle-ci avait été provoquée par quelque chose de moins naturel et de plus malsain que d'habitude.

Publicité

Durant ces cinq dernières années, Kanye a autant fait parler de lui pour ses propos sur le racisme, sur l'industrie de la mode et ses attaques envers Jay Z et Justin Timberlake pour leur titre « Suit And Tie », que pour ses disques, ses featurings et ses 21 Grammy Awards. Au point que si pendant un concert il ne balançait pas une série de piques puissance 10 sur les accords menaçants de « Clique » ou de « Runaway », ce n'était pas un vrai concert de Kanye West.

Évidemment, ses déclarations à propos de Donald Trump ont choqué et énervé la majeure partie de ses fans, fermement opposés à l'extrémisme politique du nouveau président des États-Unis. D'autant plus que West a visiblement fait peu de cas de la xénophobie, de l'homophobie, du racisme, de la haine et du mensonge qui ont alimenté son ascension au pouvoir. Puis il s'en est pris à Jay Z (« Jay Z, appelle-moi, frère ! Tu ne m'appelles toujours pas. Jay Z, appelle-moi »), Beyoncé (« Beyoncé, je me suis senti blessé. Sept ans que je suis à tes côtés »), Mark Zuckerberg (« Tu avais pourtant dit que tu m'aiderais, mais tu ne l'as pas fait. Ensuite tu es parti à la chasse aux extra-terrestres ») et les stations de radio en règle générale (« Allez-vous faire foutre ») – des cris de paranoïa et de détresse qui l'ont poussé à quitter la scène après avoir joué seulement quatre morceaux. Et qui, intervenant quelques jours seulement après sa déclaration sur Trump, semblaient annonciateurs d'un problème bien plus profond. Une hypothèse qui s'est confirmée quand West a annulé tous ses concerts et été hospitalisé d'urgence au centre médical UCLA.

Publicité

La première personne à qui j'ai pensé en apprenant la nouvelle, c'est Amy Winehouse. West et Winehouse sont des artistes différents, avec des carrières différentes et des vies différentes. Pourtant leurs histoires ont un point commun : leur traitement par la presse et le public. Le film Amy retraçait les innombrables exemples de la façon dont Winehouse était représentée dans les médias et comment cette représentation a influé sur sa carrière : « Quelqu'un l'a réveillée à 18 heures pour lui annoncer qu'elle avait gagné un Grammy » déclare un annonceur dans le film avant de la qualifier ouvertement d'« ivrogne ». « Elle a eu la chance de faire son grand retour et l'a totalement laissé passer ! », ajoute un commentateur après que Winehouse ait lutté pour chanter lors d'un concert en Serbie.

Il suffit de jeter un coup d'œil rapide aux réactions concernant West sur Internet pour constater qu'elles se sont arrêtées au niveau superficiel des événements et ne sont pas parvenues à les aborder avec empathie et humanisme. Les réseaux sociaux s'en sont donnés à coeur joie et Twitter a été inondé de termes tels que « taré » ou « cinglé ». Des fans ont annoncé qu'il était temps de tirer un trait sur Kanye West et qu'il valait mieux se réjouir de l'annulation de sa tournée. On a vu des photos de gens mettant leurs paires de Yeezy à la poubelle. Snoop Dogg a traité West de « fou ». Mais le plus flippant, c'est quand on prend toutes ces réactions dans leur ensemble : ce qui voudrait être spontané, innocent et drôle, s'avère au final terriblement cruel et stupide. Comme s'il était impossible de concevoir que des personnes célèbres peuvent rencontrer des difficultés majeures dans leur vie.

Parce que Kanye West est Kanye West, on suppose que tout ce qu'il fait doit être jugé. Dans certains cas, c'est vrai. Après tout, c'est une personne publique et un artiste – sans doute le plus important de notre époque. Mais arrive un moment où nous devons nous demander : « sommes-nous en train de répéter les mêmes erreurs qu'avant ? », « Est-ce que je saisis vraiment l'ampleur de la situation avant d'écrire ce post / tweet ? », « Est-ce qu'il y a des choses dont je ne suis pas au courant ? », « Qu'est-ce que j'apporte au débat en traitant quelqu'un de fou ? »

Depuis que West a été admis à l'hôpital, on a vu tourner la vidéo d'une interview de Dave Chapelle. Le sujet abordé est le traitement des célébrités par la presse et le public, et le refus de chacun d'ouvrir les yeux et d'éprouver de la compassion face à un être humain qui traverse une situation bien merdique et bien réelle. Il parle de son amitié avec l'acteur Martin Lawrence, qui, il y a des années, a été hospitalisé après avoir brandi un pistolet en criant « Ils essaient de me tuer ». Chapelle explique : « Il n'y a rien de pire que de traiter quelqu'un de fou, c'est dédaigneux… Ces gens ne sont pas fous, ce sont des gens forts, mais peut-être que leur environnement est un peu malsain. »

C'est le cas de l'environnement de West. Il est la personne la plus ciblée par les paparazzis dans le milieu du rap, son épouse a été victime d'un vol à main armée au début de l'année, il est en tournée depuis le mois d'août, et son travail le plus récent traite de l'anxiété, des troubles de panique et de l'antidépresseur Lexapro. La prochaine fois qu'il vous démangera d'écrire un article ou même un post Twitter sur l'attitude de Kanye West, de Kid Cudi, de Justin Bieber, ou de toute autre personne traversant quelque chose de plus difficile que ce qui nous est donné à voir en tant que spectateurs, souvenez-vous de cette vidéo. Souvenez-vous que le tableau est toujours beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Comme nous, les célébrités ne peuvent agir sans subir de jugement. Mais comme nous, elles méritent d'être traitées avec humanité et compréhension. Si quelqu'un a vraiment besoin de se taire, ce n'est pas Kanye West, c'est nous.

Ryan Bassil est sur Twitter.