Les objets abandonnés des migrants

FYI.

This story is over 5 years old.

Les objets abandonnés des migrants

Sur la route de Lampedusa, les migrants africains laissent leur passé derrière eux pour se construire un nouvel avenir.
26 mai 2015, 5:00am

Harragas est un mot arabe qui signifie « ceux qui brûlent ». Les immigrants illégaux du Maroc, d'Algérie, de Tunisie et de Libye qui essaient d'atteindre l'Europe en bateau sont dénommés comme tel parce qu'ils brûlent leurs papiers avant de quitter l'Afrique ou au moment de leur arrestation. Pour eux, la seule façon de quitter leur pays pour de bon, c'est de brûler ces documents et de perdre leur identité.

Les objets photographiés ici ont été collectés par Askavusa, une association qui aide les migrants africains qui arrivent sur l'île italienne de Lampedusa. Située entre la Tunisie et l'Italie, l'île est une plaque tournante de l'immigration illégale vers l'Union européenne et a été le théâtre de nombreux désastres, impliquant toujours des bateaux de fortune bourrés de migrants. Le naufrage le plus célèbre a eu lieu en octobre 2013 et a provoqué la mort de 366 personnes.

Tous ces objets ont été abandonnés sur des bateaux tout au long de la dernière décennie. En observant les effets personnels de ceux qui ont tenté d'arriver « de l'autre côté », j'en suis venu à admirer leur volonté de laisser derrière eux le passé et leur détermination à construire quelque chose de nouveau.