Drogue

Pourquoi la cocaïne transforme-t-elle les gens en gros cons ?

On a demandé à un scientifique de nous expliquer le mystérieux processus qui pousse les consommateurs de poudre blanche à se comporter comme des imbéciles.
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, France
26.8.16
Di Caprio cocaine loup de wall street

La cocaïne est une drogue étonnante, pas vrai ? Je ne connais aucune autre substance – à part peut-être l'alcool – ayant la capacité de transformer de sympathiques humains en un véritable cauchemar. « Allez, cul sec ! », vous hurle votre pote Victor tout en essayant d'enfoncer le goulot d'une bouteille de cognac au fond de votre gorge. Après quatre traces, il devient complètement hors de contrôle. « Mec, on s'en prend une autre ? Allez ! Je t'ai déjà dit que je voulais monter mon propre bar ? »

Évidemment, tout le monde ne se transforme pas en une mâchoire crispée après un demi-gramme. On peut consommer de la cocaïne sans devenir égocentrique et arrogant. Le problème, c'est que certaines personnes en sont incapables – un peu comme cette meuf qui n'arrête pas de vous saouler avec son scénario bidon.

« La cocaïne révèle ce que les gens ont au plus profond d'eux-mêmes. Ils peuvent être introvertis ou très sociables », précise Katy Mcleod, directrice du Chill Welfare, une association qui installe des tentes de bien-être lors de festivals. Elle poursuit : « Le gros problème avec la cocaïne, c'est qu'elle vous fait vous sentir unique et qu'elle vous pousse à croiser la route d'autres consommateurs. »

Pour mieux comprendre cette logique, j'ai discuté avec David Belin, membre du Département de Pharmacologie de l'université de Cambridge. « Les drogues ciblent trois mécanismes dans votre cerveau », m'a-t-il dit. Avec la cocaïne, vous libérez de la dopamine. « La dopamine n'est pas du plaisir en soi mais un mécanisme du cerveau dédié à l'apprentissage », m'a-t-il expliqué. Et David Belin de poursuivre : « La cocaïne cible votre cerveau afin que cette dopamine puisse être relâchée à chaque fois que vous en prenez, pour vous faire vous sentir bien. »

Au-delà de ça, la cocaïne donne naissance à un véritable bordel entre vos deux oreilles. « La cocaïne influe directement sur votre cortex préfrontal – la partie de votre cerveau qui régule votre comportement et vous rend capable de réagir aux stimuli auditifs. Elle dérange votre contrôle de vous-même et votre prise de décision. Quand vous additionnez plaisir provenant de la dopamine et incapacité à vous contrôler, eh bien vous aboutissez à l'émergence de comportements liés à vos pulsions. »

Vous vous souvenez de cette soirée où vous bassiniez une fille pour qu'elle prenne une trace et qu'elle a fini par dire oui après vous avoir fait promettre de ne pas la laisser seule pour toujours ? Une étude de l'université de Maastricht aux Pays-Bas a prouvé qu'une simple dose de cocaïne pouvait nuire à votre capacité à reconnaître des émotions négatives chez d'autres personnes – ce qui explique pourquoi vous avez toujours l'impression que tout le monde est intéressé par ce que vous avez à dire alors que ce n'est absolument pas le cas.

« Troisièmement, les drogues facilitent les habitudes. Vous finissez par faire certaines choses sans même y réfléchir une seule seconde », a ajouté David. Il précise que tous ces désirs vont être encore plus présents si vous ajoutez de l'alcool dans le mélange. La combinaison donne naissance à une nouvelle substance puissante – appelée cocaéthylène – dans le foie, substance qui augmente considérablement le risque d'être victime d'une crise cardiaque jusqu'à 12 heures après votre soirée.

« La cocaïne va affaiblir votre système inhibiteur et vous pousser à vous comporter différemment », a poursuivi David. Il tient également à mettre à mal le mythe selon lequel la coke permet de vous débourrer quand vous constatez que vous avez bu trop rapidement. La cocaïne va simplement fournir plus de dopamine à vos neurotransmetteurs. Cela pourra momentanément améliorer votre attention mais, dans les faits, vous êtes seulement plus stimulé.

Pour finir, je désirais savoir pourquoi tant de personnes deviennent si excitées sexuellement lorsqu'elles sont sous coke. « Il peut y avoir de l'excitation, m'a répondu David. Mais, contrairement à l'héroïne qui met l'accent sur le plaisir physique, la cocaïne rend simplement le monde meilleur. Quelque chose de beau – comme un potentiel partenaire sexuel – deviendra nettement plus beau et vous en voudrez encore plus. Peut-être même que vous n'aurez pas le choix. »

La question du choix, ou d'absence de celui-ci, a été évoquée à de nombreuses reprises par David lors de notre interview. « Disons que vous avez pris de la cocaïne une fois lors d'une soirée avec des amis et que vous avez apprécié. Deux mois plus tard, rebelote. À moyen terme, au lieu d'être tous les deux mois, cette consommation pourrait devenir hebdomadaire, disons tous les samedis. Vous penserez alors que vous allez bien, que vous contrôlez. À partir de là, demandez-vous si vous voulez vraiment en prendre ou si vous souhaitez simplement retrouver ce sentiment agréable. Si c'est la deuxième option, ça veut dire que vous êtes en train de perdre le contrôle. C'est un réflexe. Les déclencheurs – une rencontre avec des amis, boire de l'alcool – signifient que vous cherchez des excuses. Je vous propose de voir vos amis un samedi soir et de vous dire que vous ne prendrez pas de cocaïne. Si vous n'êtes pas capable de vous abstenir pendant la soirée, vous pourriez déjà être du mauvais côté de la barrière. »

@Gobshout est sur Twitter

VICE France est aussi sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.