FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Ce que les nanas devraient savoir sur le fait de pisser dans la nature

Quand on nous a proposé des accreds presse pour un énième festival en plein air, on a sérieusement dû peser le pour et le contre.
21 août 2012, 9:30am

Quand on nous a proposé des accreds presse pour un énième festival en plein air, on a sérieusement dû peser le pour et le contre. Ces teufs qui s'étalent tout le long d'un week-end peuvent dégénérer à tout moment. Certes, c'est toujours cool de voir en vrai un groupe qu'on aime ; le truc chiant, c'est de devoir faire abstraction des 10 000 autres connards autour en train d'exulter.
Avec peu de chance, il est possible de découvrir un groupe pas complètement merdique, on peut avoir la tête qui tourne parce qu'on est bourré – et déshydraté ! – et parfois, il est possible de finir par se faire sucer (ou doigter, si vous êtes une fille) derrière une tente sponsorisée par une marque de soda. En revanche, si vous avez la poisse, la scène s'écroulera sur votre gueule et vous mourrez, à moins que tout dégénère et que la scène se transforme en festiviol – ça s'est vu.
Bien sûr, le truc qui ne changera jamais c'est que les chiottes seront toujours une expérience terrible. Cauchemardesque. Et surtout pour les filles. On sait tous que le problème des gonzesses quand elles pissent dans des lieux publics – et pas que dans les concerts – c'est la queue interminable pour aller aux chiottes.  
C'est triste de constater que quelque chose d'aussi naturel et beau qu'uriner puisse devenir un tel inconvénient pour les filles, surtout dans un endroit ou tout le monde boit comme des trous et finit tôt ou tard par avoir envie de pisser. En revanche, ce dont vous ne vous doutez peut-être pas, c'est que ça fait des lustres que les nanas qui ont suffisamment de confiance en elles s'accroupissent discrètement pour pisser dans les bois. Donc ouais les filles, il est plus que temps que vous entriez dans notre communauté des libre-pisseuses. Considérez ce qui suit.

LES WC MOBILES SONT OK
D'abord, je ne suis pas pour l'anarchie du pipi. Si vous avez une cabine WC mobile de dispo, utilisez-la. Pissez-y comme si c'était la dernière fois de votre vie – putain, pissez du sang, videz votre Diva Cup, ajustez des chaussettes dans votre soutif, masturbez-vous, frottez votre vulve sur le siège des toilettes, n'importe. Utilisez l'intimité quand vous l'avez et soyez contente de ne pas être au milieu d'une foule couverte de boue qui ne connait que la moitié des paroles de « Quand la Musique est Bonne » mais qui tient absolument à la chanter vaille que vaille.

C'EST AUSSI OK DE PISSER DANS LA NATURE
Les femmes en général, et les citadines en particulier, ont beaucoup à apprendre sur le fait de pisser dans la nature. Et quand je dis « nature », je parle surtout de parkings, d'impasses, de fossés, d'abris-bus, de caniveaux ou de n'importe quel endroit où les gars ont tendance à se soulager.
Le mythe selon lequel les nanas ne pourraient pas pisser à l'extérieur est évidemment faux. Donc la vérité, la voilà : pour qu'une fille pisse dehors, il ne lui faut rien de plus que son vagin, ses jambes et un petit coin privé, idéalement garni de jolis feuillages à regarder pendant que ça sort. Il n'y a rien de handicapant dans l'anatomie urinaire des filles pour ce qui est de pisser à l'air libre – les filles et les garçons le font simplement différemment.

LE LIEU
Lorsque vous cherchez votre coin secret, faites-le avec attention et ne flânez pas. Cherchez des endroits bien protégés qui ne soient pas trop loin des sentiers battus. L'idéal étant les buissons : vous pouvez vous accroupir et vous y cacher pendant que vous faites vos besoins. En plus, ils vous permettent de rapidement réapparaître en public, en toute sécurité et avec grâce. Le meilleur plan c'est d'avoir trois murs de protection, bien que deux fassent largement l'affaire. Rappelez-vous que vos vêtements peuvent aussi faire office de rideau, parfois tellement bien que vous devenez votre propre cabine de WC. Les jupes ça marche très bien pour ça, les shorts aussi, même un sac à main. Si vous êtes cool, oubliez tout ce que je viens de dire – gardez juste la jupe et allez-y façon commando.

LA TECHNIQUE
Activez vos muscles fessiers et quadriceps, fléchissez des genoux, laissez tomber votre cul comme Christina Aguilera et c'est parti. Soyez le plus près possible du sol pour réduire éclaboussures, sons et résidus de toutes sortes. Ah et très important : visez le plus loin possible de vos pieds.

NETTOYAGE
Faites passer votre bassin en cycle essorage, et secouez bien. Pas trop fort non plus, pour éviter que des splashs vous retombent dessus. Si ça vous est désagréable, enfourchez un buisson et ridez-le sévère. Mais gare aux orties, sauf si c'est votre truc. Si malgré tout, vous vous êtes aspergée les pieds pendant que vous faisiez couler la rivière, vous n'avez qu'à les frotter contre quelque chose d'absorbant. Si vous ne trouvez rien de tel, sachez que vos pieds seront vraisemblablement secs au bout de trente secondes, donc faites comme si de rien n'était. Ce sera votre petit secret.

LES CHIOTTES DES MECS
Ma philosophie perso sur la liberté de la pisse c'est qu'uriner est un besoin biologique, et que tant que je me comporte raisonnablement et de façon respectueuse, ce n'est pas une séparation homme/femme à la con qui va m'empêcher de faire pipi. Du coup, je peux outrepasser la frontière et faire mon petit manège. S'il n'y a pas de queue chez les mecs et que vous sentez que votre urètre va bientôt sauter comme un bouchon de champagne, ne soyez pas maso juste pour garder la face. Ceci dit, les chiottes des hommes ne sont à considérer que dans la mesure où personne alentour n'est susceptible d'être un violeur. Comment savoir ? Eh bien, ayez foi en l'humanité, et en plus de ça, ayez du bol.

LA LOI DANS TOUT ÇA
Les pays développés comme le nôtre ont tendance à s'imaginer que les pays du tiers-monde sont l'enfer des libertés individuelles. En réalité, de la liberté, ils en ont bien plus que nous. Imaginez le sentiment d'indépendance qui doit vous envahir lorsque vous pouvez baisser votre pantalon dans la rue pour chier n'importe quand et n'importe où. Ici, nous vivons dans un état sous surveillance qui nous impose l'idée que pisser en public est honteux et crade. On peut prendre une amende pour avoir uriné en public, soi disant parce que c'est « obscène » et c'est rudement dommage parce que la plupart du temps, on pisse en public par nécessité, pas par plaisir. Pas besoin d'avoir fait du droit pour se méfier lorsque les pouvoirs publics punissent quelque chose qui est un besoin humain.
Au Royaume-Uni, un juge a récemment statué que pisser en public n'était pas une « nuisance publique » si personne ne l'avait vu, ce qui ne relève pas simplement du bon sens ; c'est surtout complètement cool. Un point sur lequel tous devraient se retrouver, c'est celui du respect de la pisse. Se respecter davantage et d'avantage respecter la pisse. Ouais bon, j'ai aussi pris pas mal de drogues le week-end dernier.

Plus de pisse :

ON A TROUVÉ UN DONJON DE LA PISSE AU FOND D'UN PUB

DE LA PISSE DANS MA BOUCHE