J’ai testé tous les endroits où l'on peut se baigner à Paris

Du canal Saint-Martin à la fontaine de République, j’ai écumé les eaux vertes de la capitale à la recherche d’une alternative à Paris Plages.

|
20 Septembre 2014, 8:00am

Quand j'étais petit, j'aimais passer mes vacances d'été au bord de l'océan à ne rien faire. J'appréciais ces moments de sueur socialement acceptée et ces heures passées à me moquer des gens qui s'attachent obstinément à garder leur t-shirts lorsqu'ils vont à l'eau. Le problème, c'est que depuis que je bosse à VICE, je ne connais que la grisaille parisienne, ses burgers approuvés par Le Bonbon et ses piscines démoniaques – dont l'Aquaboulevard, équivalent aquatique d'une fête à la saucisse importée au milieu d'une mégalopole polluée qui fait passer les baigneurs chinois pour des amateurs de grands espaces.

Alors qu'il est interdit de se baigner dans la Seine depuis 1923 et que les compétitions de triathlon sont annulées parce que les autorités jugent l'eau trop sale – sans doute aussi parce qu'elles commencent à réaliser que personne ne sait ce qu'est le triathlon  – je me suis mis en tête de piquer une tête dans plusieurs endroits de la capitale de notre France millénaire en compagnie de cobayes que j'ai réussi avec peine à convaincre de la pertinence de mon projet.

Alors qu'à peu près 30% des habitants de l'agglomération parisienne ne partent pas en vacances et que Paris Plages ne constitue toujours pas une solution acceptable, l'heure était venue pour moi d'enfiler mon plus joli maillot avant de m'immerger dans une eau dont la couleur ressemble étrangement à celle d'un gaspacho de concombres.

LE CANAL SAINT MARTIN

L'avis de la Mairie de Paris : « Son atmosphère particulière, ses mystérieuses voûtes souterraines, la poésie dégagée par cette voie d'eau bordée de marronniers et de platanes plus que centenaires, ponctuée de passerelles romantiques, font du canal Saint-Martin un point fort du tourisme à Paris. »

NOTE : 5/10. Si vous jugez qu'une passerelle métallique recouverte de tags est un endroit romantique, alors le canal vous ravira. De notre point de vue, l'eau n'est pas repoussante mais l'endroit est plutôt glauque, car il nous a donné l'impression de nous baigner dans une piscine hors-sol située au beau milieu de la vallée du Rhône un jour de départ en vacances.

LA FONTAINE DU CONSERVATOIRE

L'avis de la Mairie de Paris : « La nuit, les chutes d'eau sont éclairées par des jeux de lumière qui font alors oublier la relative pauvreté des matériaux utilisés pour la construction. »

NOTE : 1/10. OK, les matériaux sont pauvres, mais la baignade l'est encore plus : peu de profondeur et la sensation désagréable de poser son pied sur un sol porteur de maladies que l'on croyait disparues depuis l'avènement de l'hygiénisme. Malgré tout, cette dichotomie entre le vrombissement des chutes du Niagara et les angles droits d'une cité universitaire de Besançon m'a rappelé qu'une troisième voie était possible, entre le froid réalisme soviétique et la truculence d'une Amérique capitaliste.

LA FONTAINE DE PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

L'avis de l'office de tourisme de Paris : « La Place de la République, toute belle toute neuve sous le soleil <3 #parisjetaime »

NOTE : 3/10. Haut lieu de la beuverie nocturne d'étudiants en école de commerce membres de BDE, le Monument à la République fait partie de tous ces trucs moches qu'on a érigés à une époque ou la grandeur de la France n'était pas encore un concept porté à bout de bras par Manuel Ferrara. Autant de vous dire que si notre pays se paluche régulièrement sur son passé révolutionnaire, il a oublié depuis longtemps que la France d'aujourd'hui sentait tristement l'urine, la bière de clochard et le surimi avarié.

LE LAC DES BUTTES CHAUMONT

L'avis du Lonely Planet : « Si le parc le plus abrupt de Paris est sans pitié pour les mollets, il constitue en revanche un vrai régal pour les sens. »

NOTE : 0/10. Le seul sens qui est en éveil lorsque l'on se retrouve un samedi à décuver aux Buttes-Chaumont, c'est bel et bien le sixième, celui qui nous permet de percevoir que ce lieu 100% Paris-est-une-ville-de-gauche n'est qu'un marécage de luxe pour étudiantes de l'École du Louvre en manque d'inspiration pour leur prochaine analyse du post-impressionnisme français. Les types du laboratoire des baignades urbaines qui m'ont accompagné pour ce plongeon étaient entièrement d'accord avec cette critique, et on a tous fini par se bourrer la gueule dans un rade bien miteux de Belleville afin d'oublier le contact de notre peau avec un mélange d'humus visqueux et de sécrétions vaginales de canes échaudées.

LE MIROIR D'EAU DE RÉPUBLIQUE

L'avis de Metro News : « Des dizaines de familles ont logiquement répondu à l'appel dimanche, arpentant la place à pied, à vélo, en skate ou à rollers et traversant le "miroir d'eau" et son brumisateur dans une ambiance très proche du fameux Paris Plages. »

NOTE : 2/10. Seules des personnes ayant perdu tout sens critique ou présentant une déviance neurologique peuvent accoler l'adjectif « fameux » à ce concept sordide qu'on appelle « Paris Plages » – et seuls les défenseurs des pédiluves peuvent considérer qu'un millimètre d'eau est une profondeur suffisante pour pouvoir se baigner.

LA SEINE

L'avis d'un forumeur de Jeuxvideo.com: « Non mais blague à part , y'a des égouts qui se mélange a la seine etc.. Puis t'as des merdes comme des silures , elle est froide, elle sent pas forcément la rose puis y'a des endroits ou t'as des sales courants. »

Note : 8/10, mention Patrick Swayze. Selon le CNRS, il y aurait environ 1000 coliformes fécaux pour 100 millilitres d'eau dans la Seine, sachant que l'OMS juge qu'une eau présentant un seul coliforme fécal devient impropre à la consommation. Mais c'est une alternative tout à fait réglo, à supposer que vous soyez capable de faire abstraction de tous les frat-boys en lendemain de soirée Concrete qui ont eu la même idée géniale que vous – et que vous fermiez la bouche tout au long de votre baignade.

Suivez Romain sur Twitter.