FYI.

This story is over 5 years old.

Tech

Un énième abruti a créé un réseau social pour les riches

Netropolitan est le nouveau concurrent de Facebook – à ceci près que l’inscription coûte 7000 euros.
25.9.14

Il y a une chose que les riches aiment plus que l'argent : parler de leur argent avec d'autres gens riches. Cela explique sans doute pourquoi l'humanité a vu apparaître les country clubs, le golf, les écoles de commerce à 15 000 euros l'année – et Netropolitan, un nouveau réseau social dont les membres doivent débourser 7000 euros pour s'inscrire, puis 3000 euros par an pour y garder sa place. Le site promet un espace pour « discuter de vos voitures de luxe, de vos vins d'exception et de vos projets entrepreneuriaux sans être jugé », ce qui a l'air à première vue de relever d'un cliché sur les riches.

Ce réseau social est né dans la tête de James Touchi-Peters, l'ancien chef d'orchestre de l'orchestre philharmonique du Minnesota, qui, à ma grande surprise, gagnait assez d'argent pour pouvoir être qualifié de mec « aisé ». Le principal attrait du site, au-delà de son exclusivité, est d'être sans publicité et 100% privé, même si une liste de membres est disponible après votre adhésion. J'ai appelé James pour pouvoir déterminer si son site était un projet réservé aux riches ou alors une idée encore plus brillante afin d’extorquer 7000 euros à des travailleurs de la classe moyenne en manque de reconnaissance sociale.

VICE : Vous avez mis votre site en ligne il y a une semaine, c'est bien ça ?
James Touchi-Peters : C'est exact.

Et quelles sont vos premières impressions ?
Ça a dépassé nos prévisions. Notre projet était certes unique, mais on ne s'attendait pas à attirer autant l'attention.

Publicité

Pourquoi croyez-vous dans le succès de votre site ?
En fait, l'idée m'est venue pendant l'un de mes nombreux voyages. Je me suis rendu compte qu'il m'était impossible de rencontrer des personnes qui me ressemblaient quand je le souhaitais. C'est peut-être arrogant de ma part, mais je suis chef d'orchestre et j'ai fini par réaliser que ma vie ne ressemblait pas à celle de la plupart des gens. J'ai donc voulu partager mes expériences avec des gens comme moi via un réseau social et j'ai compris qu'un tel réseau n'existait pas. J'ai fait quelques recherches afin d'établir si cette idée pouvait être viable et j'ai été très surpris de voir qu'[aucun réseau social] n'était basé sur un modèle pourtant très simple : faire payer l'adhésion à ses membres. Je suis toujours étonné que personne n'y ait pensé avant.

Pourquoi cette somme de 7000 euros ? Pourquoi pas 50 000 euros ?
On a passé deux ans à réfléchir à cette question. Finalement, on s'est dit qu'il fallait que le chiffre soit assez élevé pour décourager les gens ne faisant pas partie de notre cible mais  pas trop pour que ces mêmes-gens ne soit pas choqués par une telle somme. Il faut que vous réalisiez que des gens sont venus me voir pour me dire qu'à leurs yeux, la somme n'était pas assez élevée. Je ne sais pas si vous le savez, mais les country clubs exigent bien plus d'argent. Le chiffre de 7 000 euros nous paraissait le plus adapté.

Publicité

Je vois. J'ai lu que vous insistez beaucoup sur la dimension exclusive et privée du site. Mais comment pourrais-je savoir si l'un de mes amis est membre avant de m'être inscrit ? Votre objectif est-il de connecter des gens qui ne se connaissaient pas avant ?
L'idée centrale du site est de prendre le contrepied des autres réseaux sociaux, qui ne font que confirmer des relations déjà préexistantes. On veut que les membres de Netropolitan aient la possibilité d'établir de nouveaux contacts.

J'ai lu que vous aviez lancé votre site avec un petit échantillon de membres. Comment les avez-vous choisis ?
Ce sont des amis, des gens que je connais par relations. On a aussi contacté des organisations, des clubs déjà existants. Pour faire simple, on leur a offert l'adhésion. Maintenant que le site est lancé et que les ventes ont démarré, on ne communiquera plus sur le nombre d'adhérents.

N'avez vous pas peur que n'importe qui pouvant rassembler 7000 euros ne s'inscrive et publie le nom des membres de Netropolitan ?
Ça peut arriver. Mais nous ne confirmerons jamais une telle information. Certaines personnes prétendent que 7000 euros n'est pas assez. Mais j'ai la sensation que si quelqu'un est prêt à payer, il se comportera intelligemment et nous serons donc heureux de l'avoir parmi nous.

Quels sont les gens visés par ce site ? J'imagine que les milliardaires n'ont pas vraiment envie de communiquer avec des millionnaires. Selon vous, quel devrait être le salaire des adhérents ?
La réponse à cette question est un peu longue. Voilà quelques chiffres pour vous : une personne sur 200 dans le monde gagne plus de un million de dollars par an. Aux États-Unis, ce chiffre grimpe à une personne sur 50. Les gens évoquent souvent les « 1% » mais en fait on devrait parler des « 2% ».

Publicité

J'ai également appris que les riches se répartissaient en groupes bien déterminés. Par ordre croissant, on trouve les gens qui gagnent moins de 1 million par an mais qui se débrouillent très bien et sont très dépensiers. Au-dessus, vous avez ceux que j'appelle « les riches qui travaillent », ceux qui gagnent plus de un million mais qui n'ont pas de patrimoine substantiel. Encore au-dessus, vous avez ceux qui possèdent plus de 5 millions d'actifs liquides. C'est ce qu'on appelle « les vrais riches ». Enfin, vous avez les « super riches », ceux qui possèdent plus de 30 millions d'actifs. Ils sont 200 000 dans le monde, et parmi eux, on trouve 15 000 milliardaires.

On s'est mis en tête de cibler deux groupes : « les riches qui travaillent », parce qu'ils doivent se lever tous les jours pour gagner de l'argent, et les riches qui vivent dans des petites villes et qui n'ont donc pas de relations sociales très établies avec d'autres riches. On pense que ces gens pourraient tirer de nombreux bénéfices de leur participation à Netropolitan.

On parle donc de gens qui sont tous millionnaires.
Oui, exactement. Il y a 30 millions de millionnaires dans le monde. Lorsque l'on regarde ces chiffres, on se rend compte qu'un marché inexploité existe.

Est-ce que qu'un membre peut supprimer son compte et être remboursé s'il n'est pas satisfait ?
Voilà comment ça fonctionne : on ne rembourse personne, quoiqu'il arrive. Ce qu'on veut éviter, ce sont les gens qui paient pour avoir accès aux membres, puis qui font les idiots et nous poussent à les bannir pour pouvoir être remboursés. En fait, si les gens ne veulent plus payer les frais annuels, leur compte est suspendu mais jamais supprimé. Une fois que avez payé les 7000 euros, vous êtes membre à vie.

Pourquoi avez-vous mis en place une limite d'âge à 21 ans ?
Parce que les législations autour des mineurs diffèrent dans le monde. Si quelqu'un venait à discuter d'alcool avec un mec de 18-19 ans, ça serait illégal aux États-Unis. C'est pour cela qu'on a mis cette limite en place.

Publicité

Est-ce que vous allez autoriser des contenus pornographiques sur le site ?
On n'y a jamais vraiment pensé, mais je pense que non. La pornographie peut intimider certaines personnes.

Depuis combien de temps travaillez-vous sur le site ?
J'ai effectué des recherches pendant deux ans de mon côté afin de déterminer si le concept était viable. Puis il m'a fallu deux nouvelles années de travail avec d'autres partenaires pour mettre en place le site.

J'ai fait quelques recherches autour de votre site et j'ai remarqué qu'il utilisait WordPress, qui est une plateforme assez commune de blogs. La sécurité sera-t-elle suffisante ? WordPress n'est il pas un peu trop « lambda » pour abriter un réseau social réunissant des millionnaires ?
Je ne ferai aucun commentaire sur la plateforme utilisée, tout ce que je peux vous dire c'est que tout est parfaitement sécurisé.

Capture d'écran du back-end du site, qui révèle l'utilisation de WordPress

Vous vous définissez vous-même comme riche. Quelle est la chose la plus onéreuse que vous possédiez ?
Vous avez posé cette question à la mauvaise personne : je ne suis pas dépensier. [Rires] Ce que j'aime me payer, ce sont des expériences. Je vis de manière modeste par choix, mais je n'ai rien contre les gens qui dépensent des fortunes pour s'acheter des voitures, etc. Il y a quelques années, je m'étais disputé avec ma femme au sujet d'une Aston Martin : je n’achèterai jamais une telle voiture mais je suis heureux que des gens puissent en acheter. Je trouve que ces voitures sont des œuvres d'art.

Vous avez été DJ, puis chef d'orchestre de l'orchestre philharmonique du Minnesota. D'où vous vient cette passion pour l'entrepreneuriat ?
En réalité, j'ai dirigé une petite entreprise pendant 20 ans, spécialisée dans la vente de logiciels. J'ai déjà participé à quelques projets assez importants mais mon nom n'a jamais été cité et je ne vous en dirai pas plus. Tout ça n'est pas nouveau pour moi.

Suivez Jules Suzdaltsev sur Twitter.