FYI.

This story is over 5 years old.

Drogue

Un cochon nourri au cannabis est un cochon heureux

Les deux plus beaux cadeaux de Mère Nature enfin réunis.
5.6.14

Vous est-il déjà arrivé de manger une côte de porc ou des chipolatas, et de vous dire : « C'est vraiment délicieux, mais ce serait encore plus délicieux s'il y avait de la weed dans ce cochon » ? Bien sûr que ça vous est arrivé, sinon vous n'auriez pas décidé de lire un article sur des cochons nourris au cannabis. Mais ne vous méprenez pas, ce n'est pas un reproche : il faut admettre que c'est une idée de génie.

Publicité

Grâce au charcutier William Von Schneidau, les gens peuvent désormais ingérer ces deux dons de la nature en même temps. Cet éleveur de Seattle nourrit ses cochons avec du cannabis, afin de non seulement de s'assurer qu'ils ont un apport suffisant en fibres, mais aussi pour donner à leur viande une saveur unique et éviter le gaspillage. Von Schneidau est le type le plus cool de la Terre, et j'ai eu l'honneur de l'interviewer.

Photos : Tim Lorang

VICE : Qu'est-ce qui vous a fait penser que marier du cannabis à du porc pouvait être une bonne idée ?
William Von Schneidau : C'est une idée très ancienne que j'ai adaptée. Les éleveurs de cochon ont toujours cherché des moyens originaux et bon marché de nourrir leurs animaux. Jeremy Gross, qui gère l'élevage Bucking Boar, nourrit ses bêtes avec des résidus issus de la distillation de vodka. Il récupère les drêches de blé auprès de la distillerie Project V – ça a la consistance du porridge. Ils n'en ont pas besoin, et il se trouve que c'est riche en protéine et que ça convient parfaitement aux cochons. Les propriétaires de la distillerie résolvent ainsi le problème de la gestion de leurs déchets, et Jeremy a de quoi nourrir ses bêtes.

Quand le cannabis a été légalisé dans l'État de Washington, Matt McAlman, qui produit le cannabis médicinal de Top Shelf Organic, s'est retrouvé confronté au même problème. En bon citoyen et en producteur responsable, il voulait trouver un moyen écologique et économique de se débarrasser des parties de la plante dont il ne se servait pas.

Publicité

J'ai toujours été convaincu qu'on peut améliorer la saveur de la viande à l'aide d'une alimentation adaptée. C'est pour ça que la viande des bœufs laissés en pâturage a meilleur goût que celle des bœufs nourris à l'aide d'aliments industriels. Essayer d'améliorer le goût de la viande en modifiant l'alimentation des animaux est une pratique ancienne. Ici, j'ai donc surtout voulu essayer quelque chose de nouveau.

Vous fumez du cannabis ?
Je ne peux pas dire que je n'ai jamais essayé, mais je préfère un bon verre de vin, de whisky, ou encore de la vodka du Project V.

Vous avez l'air génial. Comment faites-vous pour que les cochons mangent le cannabis ? Ils n'aiment pas trop les plantes vertes, si ?
C'est assez simple. Matt a des tiges et des feuilles qu'il ne peut pas utiliser, il nous les envoie, on les passe au broyeur et on mélange le tout à leur pâtée.

Vous n'avez pas l'air d'être le genre de personne à faire une chose pareille juste pour le principe. Alors est-ce que ça change vraiment le goût de la viande ?
Je trouve qu'elle est plus savoureuse, et les clients l'ont décrite comme étant douce et moelleuse. Je suis cependant certain qu'ils ne disent pas ça en rapport avec ce qu'ils ressentent quand ils fument un joint.

Seattle est une ville où le cannabis n'est plus un tabou, mais les gens acceptent-ils malgré tout qu'on en donne à manger aux cochons ?
Quand on nous demande qui consomme nos porcs, les gens s'attendent à ce que notre clientèle se compose essentiellement de hippies et de feignants qui passent leur temps à fumer des joints. La vérité, c'est que la plupart de nos clients sont des gens suffisamment intelligents pour comprendre qu'il s'agit avant tout d'une question de soutenabilité et de locavorisme. On ne fait pas ça pour rire. Je ne dis pas que ce n'est pas drôle de le faire ; mais le message derrière tout ça, c'est avant tout qu'il faut promouvoir une production de viande qui soit à la fois locale et responsable. Les gens se demandent avant tout : qu'est-ce que je préfère manger ? Des porcs élevés aux antibiotiques et aux hormones de croissances, ou des porcs nourris avec des produits naturels et inutilisables autrement, comme des résidus de céréales ou de cannabis ?

C'est un des meilleurs arguments que j'ai entendu en faveur de la viande bio. Est-ce que cette nourriture a un effet sur les cochons ? Rien que d'y penser, je trouve ça adorable.
Quoi qu'ils mangent, les cochons ont tendance à faire la sieste après un repas. Le fait qu'ils consomment du cannabis ne change rien à cela. En revanche, il semblerait qu'ils aiment bien le goût, car j'ai remarqué qu'ils mangent un peu plus et prennent plus de poids. Nous sommes en train d'effectuer des analyses pour déterminer quelle différence il y a vraiment.

C'est bien connu que le cannabis, ça creuse. Vous avez essayé d'ajouter d'autres choses à leur alimentation ?
Il faut du temps pour bien mesurer tous les effets d'un changement d'alimentation sur nos cochons. Pour le moment, on reste là-dessus.

Publicité

Oui, j'imagine qu'il vaut mieux s'assurer que les choses sont bien faites. Quelles sont les implications légales de ce que vous faites ? Dans quelle mesure êtes-vous affecté par la nouvelle structure légale mise en place depuis la dépénalisation ?
Nous devons surtout faire attention à la quantité de cannabis que nous transportons jusqu'à la ferme. Ce que nous donnons aux cochons est inutilisable de toute manière, il faudrait être vraiment désespéré pour essayer de fumer ça. Puisque ça ne peut pas être fumé ou même utilisé à tout autre usage, nous aimerions pouvoir faire lever les restrictions sur les quantités transportées. Mais l'État prend le temps de regarder comment les choses se passent pour adapter la réglementation. Un changement est donc tout à fait possible, mais il faut un peu de temps.

Ça doit être difficile pour vous d'innover ainsi en nourrissant vos bêtes avec du cannabis alors que la loi n'est pas encore adaptée. Vous pensez que vous allez contribuer au lancement d'une nouvelle tendance du « manger vert » ?
Je ne pense pas qu'il soit question d'une nouvelle tendance, mais cela s'inscrit en revanche dans un mouvement plus large qui privilégie une production locale, écologique et respectueuse du bien-être animal. Les éleveurs travaillent main dans la main, s'entraident afin de réduire le gaspillage. Les consommateurs se sentent plus proches des producteurs et peuvent se faire une meilleure idée de ce qui finit dans leurs assiettes. Ils savent ce que mangent nos cochons : un tas de choses saines qui leur permettent d'être en bonne santé, dont un peu de cannabis. Ils ne sont pas élevés en batterie, mais dans des fermes familiales, plus proches du consommateur.

Vos cochons doivent être plutôt heureux. Comment conseillez-vous de déguster leur viande ?
Comme vous le souhaitez. Que vous préfériez le bacon ou les saucisses, vous apprécierez nos cochons. Vous pouvez aussi faire des côtelettes, l'idéal étant de les faire griller au barbecue.

Et la question qu'on se pose tous : est-ce qu'on peut se défoncer en mangeant leur viande ?
Ces cochons ne vous feront aucun effet. Nous ne savons pas vraiment quelle quantité de marijuana reste dans leur viande, mais nous avons prévu de demander à un laboratoire de faire quelques analyses pour le découvrir. Mais même s'il reste du THC, la cuisson empêche visiblement qu'il fasse effet.

Quel dommage.

Suivez Wendy sur Twitter.