FYI.

This story is over 5 years old.

Stuff

Les Évadés professionnels

Des adeptes du Parkour se font embaucher pour entrer et sortir de prisons ultra protégées.
15.3.15

Toutes les images sont publiées avec l'aimable autorisation de ParkourGenerations.com

Contrairement à ce que son nom peut laisser entendre, un test d'intrusion n'exige pas qu'un représentant commercial fourre un godemichet dans un vagin en caoutchouc pour effectuer un contrôle qualité. En réalité, ces tests – qui peuvent également désigner l'évaluation de la sécurité d'un système informatique – impliquent des groupes d'adeptes de parkour expérimentés, lesquels sont engagés pour tenter de s'échapper d'une prison et voir où se situent les failles de leur système de sécurité. Et la plupart du temps, il y en a énormément.

La majorité du temps, ces professionnels du parkour sont embauchés par des entreprises de sécurité. À ce jour, Parkour Generations est la seule compagnie anglaise à proposer ce service. Leurs employés sont envoyés dans une prison, de laquelle ils doivent ensuite s'échapper en escaladant les murs et en grimpant sur les barrières. On leur demande ensuite de déterminer quels sont les points faibles de l'établissement. Quand l'équipe parvient à s'échapper en quelques minutes, l'entreprise se remet au travail pour faire en sorte que l'endroit soit impénétrable.

Publicité

Parkour Generations entraîne aussi les militaires à ces techniques, en montrant aux soldats et à la police militaire comment sortir de ces prisons dans un premier temps, tout en les aidant à s'assurer que personne ne fasse de même. J'ai discuté avec Dan Edwardes, le directeur général de Parkour Generations, afin d'en savoir plus sur ses services.

VICE : Combien de prisons avez-vous testé ?
Dan Edwardes : Un certain nombre, bien que ce soit une pratique relativement nouvelle. Ça se développe très vite, les institutions nous contactent de plus en plus dès lors qu'elles réalisent ne jamais avoir testé nos méthodes. Nous avons un pourcentage de 85 % de succès en terme d'entrée et de sortie dans une prison – et ce malgré la présence des gardes.

Dans quel pays avez-vous réalisé ces tests ?
Pour l'instant, principalement aux États-Unis et en Angleterre.

Quel type de compagnies font appel à vos services ? J'imagine que ce sont surtout des prisons.
On a toutes sortes de clients : des pénitenciers, des prisons à haute sécurité, des hôpitaux psychiatriques, des immeubles commerciaux, des organisme de police et militaires, ou encore des sites privés.

Est-ce que les entreprises supposent d'habitude que vous ne pourrez pas venir à bout de leurs gardes ?
Elles sont généralement très surprises de la vitesse à laquelle nous pouvons rentrer et sortir. La plupart pense que leurs établissements sont impénétrables, parce qu'ils ne pensent ou ne voient pas l'architecture de notre manière.

Publicité

Quelle est la manière la plus étrange que vous ayez trouvé pour vous évader d'un endroit ?
Nos manières d'entrer ou de sortir sont assez étranges, ce qui est nécessaire – les chemins les plus évidents sont souvent ceux qui sont protégés ou rendus inaccessibles. Le plus fréquemment, ce n'est pas l'installation elle-même qui permet une entrée Ce sont les éléments alentour qui nous permettent un accès, c'est une chose sur laquelle de nombreux designers n'ont aucune prise quand ils conçoivent un immeuble. Chaque installation doit être pensée dans le contexte de sa localisation et du terrain environnant.

De nombreuses compagnies vous engagent, mais si vous êtes les seuls à être formés pour ces essais, il doit y avoir beaucoup de prisons défectueuses.
Oui ! Nous voyons constamment des chemins possibles pour entrer et sortir qui sont prétendument sécurisés. Bien entendu, il revient à chaque installation d'être satisfaite de ses propres mesures de sécurité, mais nous apportons un élément supplémentaire qui est souvent négligé – les capacités physiques et l'ingéniosité d'un être humain motivé et déterminé à passer les obstacles qui se trouveront sur son chemin.

Dans votre équipe, combien de personnes sont qualifiées pour passer ces tests ?
Nous avons six consultants qualifiés dans notre équipe.

Comment déterminez-vous les personnes aptes pour ces tests ?
Nous avons un programme d'entraînement interne pour notre département tactique, mais la plupart des consultants ont de l'expérience en parallèle du parkour – souvent, ils ont travaillé dans des jobs relevant du domaine de la sécurité.

Publicité

Votre entreprise fournit aussi des entraînements d'exfiltration et d'infiltration. Qu'est-ce que cela implique ?
L'entraînement est une combinaison entre l'enseignement des compétences, les mouvements nécessaires et l'aptitude, y compris la force fonctionnelle et le fitness, tout en développant la vision pour voir et connaître les routes d'entrée et de sortie d'une structure ou d'un site. Avoir l'un sans l'autre – la capacité physique ou la vision technique – est inutile.

Comment franchissez-vous les obstacles ? Un mur de briques, par exemple.
Une fois que tu as la bonne technique et que tu sais courir à la vitesse adaptée, tu peux te propulser très haut sur un mur. Tu commences à le voir comme une sorte de « sol vertical ». Les obstacles conçus comme des barrières peuvent devenir les étapes d'un parcours. Il s'agit d'adapter son mouvement pour créer une nouvelle perspective afin de voir des possibilités.

C'est dangereux ?
Pour certains ça peut paraître dangereux, mais c'est simplement une question de perception – nous nous entraînons pendant des années pour être capable de bouger de cette manière. Nous sommes tous très entraînés pour ce type de boulot, ce qui limite les risques. De plus, nos procédures d'évaluation incluent la vérification du matériel et de la surface, les conditions météorologiques, le poids, l'accès, etc. Effectivement, nous cherchons à nous assurer que notre équipe puisse exercer ses pratiques dans un environnement aussi sûr que possible. Une personne qui s'évade de prison pour de vrai ne fera probablement pas de telles vérifications.

Et ils ne se soucieront pas autant de leur sécurité. Comment pouvez-vous être sûr que ces tests soient réalistes ?
Les capacités de mouvement de notre équipe sont bien plus élevées que celle d'un prisonnier moyen. Pour faire ce que nous faisons, cela demande la combinaison d'une pratique d'élite du parkour ainsi que des facultés opérationnelles et tactiques. Si on ne peut pas trouver un chemin, il est fortement improbable qu'un prisonnier en soit capable.

Quel était l'endroit dont vous vous êtes échappé le plus vite ?
Un asile – je me rappelle m'en être échappé en moins de 15 secondes, en allant de leur jardin sécurisé jusqu'au parking extérieur. Ça a vraiment été une révélation pour mes clients.

Merci Dan !