Culture

Bienvenue à Crack City

On a filé un appareil photo à un artiste peintre vivant à Cracolândia, le marché à crack à ciel ouvert de São Paulo, et il est revenu avec ces clichés.

par Índio Badaróss ; Texte de Felipe Larozza
20 Mars 2015, 7:00am

Foto: Índio Badaróss

Cracolândia – ou Crackland – est un marché de la drogue à ciel ouvert de 160 mètres carrés, situé à São Paulo, au Brésil. Environ 2 000 junkies y trainent chaque jour, pipe à crack au bec, afin de faire la manche et d'acheter leur drogue. Bien sûr, Cracolândia est régi par ses propres lois, et ne pas prendre de photos dans les zones les plus fréquentées en fait partie.

Malgré cette interdiction, le photographe Gabriel Uchida a pris l'habitude de s'y rendre. « J'ai visité Cracolândia pour la première fois il y a très longtemps et, de sorte à comprendre cet endroit, j'ai passé de nombreuses nuits à parler à ses habitants, explique Gabriel. Je voulais aller plus loin que les mythes qui l'entourent et créer un portrait plus réaliste de l'endroit. »

Gabriel y a notamment rencontré Índio Badaróss, un artiste SDF qui vit à Cracolândia. Badaróss est connu pour être le « Basquiat de Cracolândia » – un surnom que lui a donné le journal brésilien Folha de São Paulo dans un article qui lui était consacré.

« Índio peint sur toile, sur les murs et sur tout ce qu'il peut trouver dans la rue – ça peut être un panneau routier, une vieille porte, n'importe quoi. Le plus fou c'est que, vu qu'il n'a pas de maison, ses peintures sont étalées à même le sol toute la journée et sont souvent volées ou emportées par les éboueurs, explique le photographe. D'autres travaux de Índio sont en ce moment exposés dans des galeries ou se trouvent aux mains de collectionneurs privés de San Francisco, de Los Angeles ou de Bâle. »

Malgré sa récente popularité, la vie de Índio n'a pas beaucoup changé. Après avoir longtemps tenté de le convaincre, il a finalement autorisé Gabriel à documenter sa vie et son œuvre, à une seule condition : le laisser prendre les photos.

Ainsi, Uchida lui a donné trois appareils photo jetables et est revenu à Cracolândia quelques jours plus tard pour les récupérer. Si l'un des appareils avait été volé, les photos prises par les deux autres sont apparues comme une jolie surprise.

Voici quelques images de Cracolândia, vu par Índio Badaróss.