psychose
Images : Getty. Collage : Amarens Eggeraat.  
Santé

Ce que ça fait de faire une dépression nerveuse sur les réseaux sociaux

« Je partageais des photos de moi en train d'embrasser un arbre dans un parc. »
Sandra  Proutry-Skrzypek
Paris, France
26.10.20

Quand un de mes amis a fait une dépression nerveuse, je l’ai découvert sur les réseaux sociaux. Il a supprimé tous ses posts et les a remplacés par des stories Instagram inquiétantes, avec des références obscures à la façon dont le monde entier était sur le point de changer. Il a commencé à suivre des milliers de comptes, tant de célébrités que de personnes normales, et a commencé à recevoir des commentaires méchants sous ses posts. Il n’était clairement pas lui-même et cela me rendait malade.

Les proches des personnes qui font une dépression se sentent souvent comme des spectateurs impuissants. Mais lorsque votre ami perd clairement la boule publiquement sur les réseaux sociaux, où tout ce que vous dites et faites est visible à tout moment, vous avez l'impression qu’il vous échappe encore plus vite. Lors d'un épisode psychotique, les gens perdent le sens de la réalité, deviennent méfiants et paranoïaques. Les actions de mon ami en sont le reflet.

Un jour, ce même ami a posté une photo d'un hôpital avec une vague légende. J'ai découvert plus tard qu'il avait été hospitalisé, mais qu'il était toujours autorisé à utiliser les réseaux sociaux depuis la clinique. La psychologue Marieke Pijnenborg, spécialisée dans les troubles psychotiques, affirme que la loi aux Pays-Bas (où mon ami et moi vivons) ne prévoit aucune restriction sur l'utilisation d'Internet pour les patients psychiatriques. Cette loi n'a pas été mise à jour depuis 1994, bien avant l’arrivée des réseaux sociaux.

Selon Pijnenborg, la situation est délicate. Si les patients peuvent trouver du réconfort en communiquant avec leurs proches, beaucoup ont honte de leur comportement en ligne après leur rétablissement. « Ils doivent non seulement gérer un épisode psychotique, mais aussi réparer les dommages qu'ils ont causés en ligne », dit-elle. Les professionnels de la santé ne peuvent pas surveiller l'activité de leurs patients sur Internet, car cela constituerait une énorme atteinte à la vie privée. Heureusement, mon ami est maintenant de retour à la maison et dans un état stable. Curieuse de savoir comment les autres gèrent les conséquences de leur psychose en ligne, j'ai demandé à quelques personnes qui ont vécu cette expérience de la partager avec nous.

Sarah, 24 ans

Il y a deux ans, j'ai eu un épisode psychotique après avoir passé une semaine à prendre de la drogue et à dormir très peu. J'ai été hospitalisé pendant trois mois et il m'a fallu plus d'un an pour me sentir à nouveau moi-même. Au début de ma période maniaque, je n'arrêtais pas de partager des chansons sur Instagram et Facebook – s'il y avait ne serait-ce qu’un seul mot dans les paroles que j’identifiais à ma situation, je pensais qu'elles parlaient de moi. Je partageais des vidéos de moi en train de chanter, ou des photos de moi en train d'embrasser un arbre dans un parc.

J'ai aussi créé un groupe WhatsApp avec tous mes amis. Quand j’ai été transférée de ma clinique psychiatrique à un hôpital ordinaire parce que j'ai mal réagi à mes médicaments, je leur ai envoyé une photo de l'ambulance en leur disant : « Regardez ma nouvelle voiture. » Mes amis ont eu du mal avec ces messages. Lorsque j'ai partagé un selfie de moi l’air joyeux, allongée sur un lit d'hôpital avec une perfusion intraveineuse, ils m'ont dit qu'ils n'aimaient pas ça. Mais de mon côté, je voulais tout partager avec eux et je ne comprenais pas leurs commentaires. En regardant ces messages maintenant, je comprends.

Annette*, 28 ans

Durant mes deux épisodes psychotiques, j’ai passé beaucoup de temps sur les réseaux sociaux. Je publiais des messages assez confus, mais j'ai aussi créé ma propre entreprise avec un site web, un blog et tout le reste. C'était très différent de la façon dont je passe habituellement mon temps en ligne. Heureusement, je n'ai pas partagé de contenu compromettant, mais il était clair que je n’allais pas bien.

Avec le recul, j'ai particulièrement honte des publications impliquant d'autres personnes. À un moment donné, j'ai envoyé des mails totalement incompréhensibles à certains de mes professeurs. J'ai également postulé à des postes vacants parce que je cherchais un emploi. Cela peut vraiment nuire à votre réputation.

Je pense sincèrement qu’Internet peut accélérer une psychose. Les réseaux sociaux permettent en quelque sorte de valider les comportements maniaques. Une fois l'épisode terminé, il m'a fallu beaucoup d'efforts pour inverser ce que je faisais en ligne. J'avais même acheté plusieurs domaines et enregistré mon entreprise auprès de la Chambre de commerce.

Tom*, 30 ans

J’ai vécu un épisode psychotique à 26 ans, lorsque mon père est décédé. J'ai acheté une caméra très chère et je filmais tout ce que je faisais. Je me filmais sur un scooter, avec d'autres personnes en ville, à la salle de sport, etc. J'ai tout mis sur Youtube. En fait, j’étais persuadé de devoir le faire, comme si c'était mon travail. Je pensais que j'aidais le monde avec mes vidéos, que je faisais quelque chose de très important.

Certains patients que j’ai rencontrés à l’hôpital sont devenus mes bons amis. Parfois, ils ont une autre psychose et partagent des théories du complot en ligne. C'est vraiment triste à voir. Je sais qu'ils ne croient pas vraiment à ces trucs, mais les gens les jugent, et c’est ça qui me fait de la peine.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.
VICE Belgique est sur Instagram et Facebook.