Life

Combien les soumis dépensent-ils dans la domination financière ?

« Je dirais que j’ai dépensé au moins 160 000 euros en deux ans. »
06 août 2020, 7:09am
paypig findom distributeur
Photo : Alamy 

Comme l'a dit un jour le grand philosophe Coolio : « Le pouvoir et l'argent, l'argent et le pouvoir. » Si l'histoire nous a appris quelque chose, c'est que l'argent et le pouvoir sont synonymes – tout comme le pouvoir et le sexe. C’est particulièrement vrai pour les fétichistes qui prennent leur pied en dépensant. On les appelle « esclaves » ou « porcs qui paient » au sein de la communauté BDSM. C'est une forme de soumission au pouvoir de quelqu'un d'autre, que beaucoup décrivent comme produisant une sensation de calme extrême, connue dans la communauté comme l'entrée dans le « subspace ».

La dynamique de la domination financière (findom) n'est pas bien documentée en dehors de la communauté BDSM, malgré son omniprésence dans les manœuvres quotidiennes du capitalisme. Intriguée, j'ai discuté avec des soumis pour savoir exactement ce qu'ils trouvent de si séduisant dans la findom et combien d’argent ils y consacrent.

ASIF, 25 ANS, TRAFIQUANT DE DROGUE

VICE : Depuis combien de temps es-tu dans la domination financière ? Comment cela a-t-il commencé ?
Asif : J'ai commencé par un fétichisme des pieds et, un jour, je suis tombé sur la findom via un site porno. C'était il y a quelques années maintenant, et c'est devenu une sorte d'obsession depuis.

Cela crée-t-il une dépendance ?
Absolument. C'est la première chose à laquelle je pense le matin et la dernière à laquelle je pense le soir. J'ai fait de la prison l'année dernière et c'est là que j'ai réalisé à quel point j'étais dépendant.

Peux-tu décrire ce sentiment ?
Quand ils sont excités, beaucoup de gens réagissent en se masturbant ou en faisant l'amour, puis ils passent à autre chose. Mais pour moi, c'est une addiction. La findom me permet d’éprouver ce sentiment tout le temps.

Au total, combien d'argent as-tu dépensé là-dedans ?
C’est difficile à estimer, parce que mes revenus ne sont pas vraiment suivis, bien sûr. Mais je dirais au moins 160 000 euros en deux ans. Je vis encore avec ma mère et je dois souvent lui emprunter de l'argent pour payer les dettes de mes dominatrices. Bien entendu, elle n'en a aucune idée. C'est difficile parce que c'est quelque chose que j’aime, mais parfois, je voudrais que tout s’arrête. C'est une question d'amour/haine. J'ai tout essayé pour surmonter cela, mais rien ne marche. J'ai même suivi une thérapie récemment.

Enfin, comment tes différentes dominatrices te font-elles payer ?
Elles ont beaucoup d'informations personnelles sur moi et des photos avec lesquelles elles peuvent me faire chanter. La peur d'être exposé publiquement ajoute un peu de piment à tout cela.

SIMON, 45 ANS, UNIVERSITAIRE

VICE : Combien dépenses-tu par mois ?
Simon : Ça varie, mais je dirais environ 165 euros par mois.

Comment gères-tu ton budget ?
J'ai une idée précise de mes dépenses et de mes obligations : comme la plupart des gens, j'ai des responsabilités – des factures à payer, des êtres chers, des économies – et pour moi, ces choses-là passent toujours, TOUJOURS, en premier. Certains dépensent de l’argent dans des fringues, je dépense le mien dans la domination financière. La findom est un luxe, et je reconnais que je suis très privilégié de pouvoir m'y adonner.

Quel est le montant le plus élevé que tu aies dépensé en une seule transaction ?
Environ 200 euros en dix minutes. C'était une expérience passionnante, et j'aimerais revivre cette intensité, mais seulement dans les bonnes circonstances.

Peux-tu décrire le sentiment ressenti ?
Cette sensation peut prendre plusieurs formes, selon la nature de l'interaction. Certaines interactions sont graduelles (plusieurs petites sommes sont dépensées), tandis que d'autres sont plus brusques (lorsqu'une seule grosse somme est dépensée). De plus, si de nombreuses interactions sont privées et en ligne, d'autres peuvent être plus visibles : par exemple, une rencontre entre une dominatrice et un soumis à un distributeur automatique.

Y a-t-il un scénario ?
En gros : le soumis sait qu'il pourrait être amené à céder le pouvoir à la dominatrice ; et la dominatrice le sait aussi. Il peut y avoir une interaction entre ces deux éléments, une danse entre la connaissance et l'anticipation, dont le point culminant est la mise à disposition des fonds transférés. En fin de compte, le paiement est souvent ressenti comme un honneur et un plaisir.

As-tu des conseils à donner pour éviter que cette habitude ne se transforme en dépendance ?
Le BDSM est guidé par le principe « Sûr, Sain et Consensuel » (SSC) : les deux côtés doivent être transparents sur les limites et fonctionner de manière éthique. C'est pourquoi, en partant de ce principe, je dirais qu'il faut connaître ses limites et les communiquer. Une dominatrice responsable les respectera.

MARK, 23 ANS, ÉTUDIANT

VICE : Salut Mark, comment es-tu entré dans la findom ?
Mark : Ça a commencé avec des modèles glamour que je suivais sur Twitter. Elles postaient des wishlists Amazon avec des choses qu'elles voulaient que les gens achètent pour elles. Et j'aimais bien cette idée. J'avais 18 ans à l'époque et j'ai acheté une paire de bottes pour l'une d'entre elles. Et c'est à partir de là que tout a évolué.

D'où proviennent tes revenus ?
Je tape un peu dans mon prêt étudiant et j’ai des économies provenant de petits jobs. En gros, je dois faire attention à ne pas laisser les choses déraper.

Combien dépenses-tu en moyenne par mois ?
J'essaie de rester en dessous de 200 euros, mais cela dépend vraiment. Une fois, une fille a accédé à mon ordinateur via TeamViewer et s’est transféré de l'argent elle-même. Cela m'a coûté environ 600 euros d'un coup, mais c'était hyper excitant.

As-tu des dettes ?
J'en rembourse une actuellement : 50 euros toutes les deux semaines pour les 600 euros que j’ai dépensés en jouant à un jeu de retweet avec une dominatrice (en gros, je paie un montant pour chaque retweet, like et commentaire qu’elle obtient sur un post).

DARREN, 50 ANS, SOIGNANT

VICE : Combien dépenses-tu pour la findom ?
Darren : Environ 200-300 euros par mois. Je pense que je suis vraiment au bas de l'échelle, même si c'est énorme pour moi, car je ne gagne pas beaucoup.

Comment en es-tu arrivé là ?
J’ai pratiqué la domination féminine (femdom) toute ma vie d'adulte, et il y a quelques années, j'ai commencé à réfléchir davantage à la findom et à me renseigner dessus. Pour moi, c'était une version plus extrême de la femdom, et la domination la plus efficace que l'on puisse connaître sans être dans la même pièce qu'une dominatrice.

Qu'est-ce qui te plaît particulièrement dans la findom ?
La perte de contrôle. La plupart des dominatrices sont très arrogantes et je suis très excité à l’idée d'être humilié et dégradé. J'aime faire des tâches domestiques pour qu’elles puissent se détendre et dépenser mon argent pendant que je travaille pour elles.

Quel genre de tâches accomplis-tu ?
Cela dépend. Par exemple, ce soir, je dois écrire des lignes pour ma dominatrice. Elle adore le nouvel album de Fiona Apple, Fetch The Bolt Cutters, alors elle m'a demandé de lui écrire toutes les paroles à la main.

Quel est le montant le plus élevé que tu aies dépensé en une seule transaction ?
Je dirais 50 euros, mais plusieurs fois le même jour. Une fois, j'ai acheté un truc à une dominatrice qui coûtait 100 euros.

Comment s'assurer que cela ne va pas trop loin ?
Quand on a l'impression que ça va trop loin, beaucoup d'entre nous prennent du recul, puis reviennent vers quelqu'un de nouveau et recommencent. Je ne sais pas si je pourrais un jour m'arrêter pour de bon, ni comment je m’y prendrais.

VICE France est sur Twitter, Instagram, Facebook et sur Flipboard.